« yves-de-chartres-287 »


Général

  •  
    Yves, prévôt de Beauvais (futur évêque de Chartres)

  •  
    Haimeric

  •  
    après 1040 - avant 1090

  •  
    [avant 1090(1)]

  •  
    Lettre

  •  

    Ivo, minimus Belvacensis ecclesie Beati Quintini presbyter(a), Haimerico(2), bonae spei fratri, quod pie pulsat sibi patenter aperiri.

    Litteras fraternitatis tuae nuper accepi, neque enim domi eram quando ad ecclesiam nostram perlatae sunt, Lugdunum profectus occasione cujusdam ecclesiastici negotii(b). Quaerit autem in litteris illis fraternitas tua utrum Dominus noster Jesus Christus, in coena quam fecit cum discipulis(c) ante passionem suam, dederit eis corpus suum passibile, cum nos illud de mensa altaris accipiamus impassibile(3). Ad quam quaestionem si tibi respondeatur discipulos Christi corpus Domini tale accepisse quale tunc erat, nos vero tale accipere quale nunc est, non video quae auctoritas mihi contradicat, non video(d) quae rationis violentia me urgeat ; immo, si aliter dicerem, repugnantem mihi viderem rationem et auctoritatem.

    Nam corpus illud, quod tunc discipulis suis Dominus commendabat, adhuc fuisse passurum nemo est qui abnuat, sicut tu(e) ex auctoritate dominica in litteris tuis posuisti : « Hoc corpus quod pro vobis tradetur(4). » Passibile autem fuisse quod passurum erat, quis deneget ? Impassibile vero nunc esse quod sumimus, tu ipse bene ex auctoritate Apostoli(5)(f) confirmasti, quia(g) « Christus resurgens ex mortuis jam non moritur, mors illi ultra non dominabitur. » Quo modo enim si figulus daret mihi vas fictile(6) ante fornacem crudum et infirmum, post fornacem vero redderet idem coctum et firmum et humanae utilitati commodum, quam utilitatem habere non posset nisi prius coctum esset, sic Christi corpus ante passionem quale erat datum est discipulis passibile, quod per(h) passionem transiturum erat ad impassibilitatem. Nec cuiquam profuisset ad salutem infirmitas illa passibilis corporis, nisi subsecuta fuisset glorificatio impassibilis et immortalis. Quo modo enim posset mihi dicere figulus : « Vas quod tibi do ante ignem inutile et infirmum, hoc statim reddam post ignem utile et firmum(i) », ita Dominus noster Jesus Christus signanter(j) dixit : « Hoc corpus, quod pro vobis tradetur, accipite », et subsequenter adjunxit : « Hoc facite ». « Hoc » dixit, non « aliud » ; alterum tamen futurum esse non negavit, quatenus relinqueret intellectui nostro corpus quod de dominica mensa sumimus ejusdem esse essentiae(k) ; quod exemplo suae transfigurationis et documento suae auctoritatis praesignaverat suis discipulis futurum esse alterius gloriae.

    Nec praetereundum est ad hujus rei discussionem quod cum dixisset : « hoc facite ». addidit : « in meam commemorationem ». Quae autem sit illa commemoratio, beatus Apostolus(l) exponit dicens(7) : « Quotiescumque enim panem Domini accipimus et calicem ejus bibimus, mortem Domini annuntiamus(m) donec veniat. » Sicut ergo impassibilis corporis assumptio dominicae mortis praeteritae est commemoratio, sic passibilis illius corporis acceptio ejusdem dominicae mortis adhuc futurae fuit praenuntiatio. Nec refert quale tunc acceptum fuerit vel modo accipiatur, sed qua utilitate acceptum sit vel accipiatur. Et cum utriusque acceptionis unus finis reperiatur, de qualitate rei quae sumitur omnis dubitatio sopiatur. Sicut enim cum esurio panis meus qualis sit non exquiro, mollis an durus, frigidus an calidus ; vinum quoque meum cum sitio, non curo(n) sapa sit an carenum, sed hoc attendo ut ruinas ventris reficiat et indigentiae meae satisfaciat ; sic Christi corpus quale(o) sumptum sit a discipulis, vel(p) nunc sumatur a Christicolis, nil in eo(q) interest, tantum illi utilitati satisfaciat(r) propter quam statutum est a Domino ut illud populus fidelis accipiat.

    Item dixisti te haerere in quibusdam verbis beati Augustini conantis determinare verba Domini duodecim apostolos instruentis qui remanserant, septuaginta(8) ferme retro abeuntibus. Sunt autem haec verba(9) : « Non hoc corpus quod videtis manducaturi estis ; neque bibituri illum sanguinem quem fusuri sunt illi qui me crucifigent. » Quod sic convenienter intelligi potest quia et ipsum est et non ipsum. Ipsum quidem materiali(s) essentia, sed non visibili forma. Unde et subditur :« Etsi necesse est illud visibiliter celebrari, necesse est tamen invisibiliter intelligi. » Ipsi enim qui recesserunt putabant(10) quod carnes Domini viventis bestiali more essent in frusta scissuri et aut elixas vel assas in verubus comesturi. Quod si nollent, non possent ejus esse discipuli. Nos autem sic immolatum Christum manducamus et bibimus ut integrum eum ad dexteram Patris manere credamus. Et cum semel in distinctione membrorum suorum, in manifestatione corporis sui se obtulerit hostiam viventem, passibilem et mortalem, quotidie tamen sub velamento panis et vini a sancta Ecclesia immolatur, et non in partes scissum neque cruentum corpus ejus fidelium ore percipitur ; et hoc est quod dicitur : «  Non hoc corpus quod videtis manducaturi estis. »

    Neque enim quod de altari sumimus, beatus Augustinus verum corpus esse negaret, qui hoc in plerisque tractatuum suorum locis evidenter affirmat. Unde dicit in quodam sermone de verbis Evangelii(11) : « Quod videtis in altari panis est et calix, quod etiam oculi renuntiant; quod autem fides postulat instruenda, panis est corpus, calix(t) est sanguis. » Et interpositis quibusdam(12) : « Quomodo panis est corpus(u), vel quod habet calix quomodo est sanguis ? Ista, fratres, ideo dicuntur(v)sacramenta, quia aliud videtur, aliud intelligitur. » Idem(w) in sermone Ad neophytos(13) : « Hoc accipite in pane quod pependit in cruce, hoc accipite in calice quod manavit de Christi latere. » De hac item invisibili corporis Christi assumptione dicit Eusebius Emisemus(14) : « Cum reverendum altare cibis spiritualibus satiandus ascendis, sacrum Dei tui corpus et sanguinem fide respice, honora, mirare, mente continge, manu cordis suscipe, et maxime totum haustu interioris hominis assume. » Possem(x) quidem de Scripturis in hanc sententiam plura colligere, sed nunc ista sufficiant fraternitati tuae. Vale.


  •  
    minimus...presbyter : Carnotensis episcopus J36 
  •  
    Lugdunum...negotii om. J36 
  •  
    suis J36 
  •  
    non video]aut J36, om. J5A 
  •  
    fin ms J36 
  •  
    apostolica M 
  •  
    quod .éd 
  •  
    post A 
  •  
    et robustum M, et roboratum J5A 
  •  
    significanter J5 
  •  
    substantiae éd. Ju
  •  
    beatus Paulus M 
  •  
    annuntiabimus M 
  •  
    curo an A 
  •  
    qualecumque éd
  •  
    tibi J5 
  •  
    mea A. éd. Ju
  •  
    sufficiat J5 
  •  
    naturali A 
  •  
    calix...corpus om. J5 
  •  
    voir t1
  •  
    dicimus A 
  •  
    Item idem ad neophitos in sermone J5A 
  •  
    phrase om. M.

  •  
    Éditée par L. Merlet au début de sa traduction, la lettre n'était pas dans le manuscrit de Chartres. Elle est copiée en première place dans le manuscrit d'Avranches, avant la table dans laquelle elle n'apparaît pas. Dans le manuscrit de Montpellier, c'est la dernière, fol. 100. C'est la place qu'elle occupe dans plusieurs autres manuscrits. Yves n'étant pas encore évêque, la lettre est antérieure à 1090. Dans Jesus, elle est copiée au folio 5, en entier ; et au fol. 36 le début est repris, jusqu'à sicut tu, avec la rubrique Ivo, Carnotensis episcopus.
  •  
    L. Merlet l'identifie à Haimeric, troisième abbé d'Anchin, alors encore moine de Saint-Vaast, mais rien ne le prouve. Il faudrait que cette lettre soit antérieure à 1088, date à laquelle Haimeric devint abbé de Saint-Sauveur d'Anchin (cne Vred, cant. Marchiennes, arr. Douai, Nord), sinon l'adresse ne se comprendrait pas, « frère de bonne espérance » qui se rapporte généralement à de jeunes moines, voir lettres 34, 43, 161, 198, 228, 252. Haimeric d'Anchin apparaît dans les chartes de Lambert d'Arras G. 73, 75, 77, 78 (chartes 2, 3, 5-8, éd. B.-M. Tock) et dans de très nombreuses autres chartes, J.-P. Gerzaguet, L'abbaye d'Anchin, p. 302 et passim. Les chartes de l'abbaye d'Anchin (1079-1201), Turnhout, 2005. Il mourut le 19 octobre 1102.GC III, 409.
  •  
    Yves, Décret, 2, 4, d'après Augustin. Lanfranc,De sacramento corporis, PL 150, col. 407-442. Yves, Décret 2, 9 (Gratien, De cons. 4, 129 et 2, 52). Il y a sûrement allusion à l'hérésie de Bérenger de Tours, condamnée au concile de Latran d'avril 1059, mais encore assez dangereuse, même après la mort de Bérenger en 1083 ou 1088, pour être à nouveau condamnée au concile de Plaisance en 1095. Plusieurs auteurs reprennent cette question, par exemple Jean de Fécamp, PL 101, col. 1085-1098 ; Pierre Damien, n° 28, éd. K. Reindel, t. 1, 1983, p. 259-260 ; Alger de Liège, De sacramento corporis et sanguinis Domini, PL 180, col. 739-856. De misericordia et justitia, éd. R. Kretzschmar, Sigmaringen, 1985, l. 1, c. 59-62, et introduction p. 127. Les collections canoniques lui accordent des sections importantes, Yves, Décret livre II, De sacramento corporis et sanguinis Domini (et encore dans Gratien, De consecratione). Sur l'hérésie de Bérenger, A.J. Macdonald, Berengar and the Reform of Sacramental Doctrine, Londres, 1930. R. Somerville, « The case against Berenger of Tours : A new text », dans Studi gregoriani, t. 9, 1972, p. 55-75. Voir Yves, lettre 262.
  •  
    Paroles de la consécration, Luc. 22, 19.
  •  
    Rom. 6, 9.
  •  
    Métaphore biblique, Lev. 6, 28 ; 11, 33 etc.
  •  
    D'après I Cor. 11, 26.
  •  
    Soixante-douze est le nombre des disciples appelés pour la moisson d'après Luc. 10, 1-2.
  •  
    Augustin, In Ps. 98, 5, 9, CCSL 39, p. 1386 : Spiritualiter intelligite quod locutus sum : non hoc corpus quod videtis, manducaturi estis ; et bibituri illum sanguinem, quem fusuri sunt qui me crucifigent. Sacramentum aliquod vobis commendavi ; spiritualiter intellectum vivificabit vos. Etsi necesse est illud visibiliter celebrari, oportet tamen invisibiliter intelligi. La citation est dans Lanfranc, c. 18, reprise par Yves, Décret 2, 8 (col. 150C) ; Panormie 1, 134 (Gratien, DC 2, 45).
  •  
    Les phrases qui suivent jusqu'à credamus citent à peu près textuellement Lanfranc, c. 18, d'après Augustin. Yves, Décret 2, 9, col. 153B, voir note supra. Même argumentation lettre 262.
  •  
    Augustin, Sermo 272, In die Pentecostes postremus, PL 38 col. 1246, au début. Cité dans Yves, Décret 2, 8, col. 151A.
  •  
    Ibid., quelques phrases plus loin.
  •  
    Ps. Augustin,Sermones ad Neophytos, PL 40, col. 1209-1213. La phrase est citée par Lanfranc, op. cit., c. 19, avec cette même source. La référence est inexacte, cette phrase n'a pas été trouvée dans cette œuvre mais dans le sermon De sacramento altaris ad infantes, § 2 : Hoc agnoscite in pane, quod pependit in cruce; hoc in calice, quod manavit ex latere, sermo 3, PL 46, col. 827. Yves, Décret 2, 9, col. 156C.
  •  
    Yves, Décret 2, 4 (fin, col. 140C), attribue la phrase à Eusèbe d'Émèse, Sermo de corpore et sanguine Domini, mais l'attribution est fausse selon A. Friedberg, Gratien, DC 2, 35. Le texte est édité dans PL 67, col. 1053, sous le titre de sermon 5, De paschate, de Césaire d'Arles.

  •  
    Avranches, BM 243, 1v-2v (avant la table)
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 100-101 (dernière lettre du ms)
  •  
    Jesus College, Q.G.5, 5-6 (en entier) et 36 (le début seulement)
  •  
    Troyes, BM 1924, 4-5v

  •  

    Yves, le plus petit prêtre de l'église du bienheureux Quentin de Beauvais, à Haimeric, frère de bonne espérance, qu'il lui soit ouvert largement là où il frappe pieusement.

    Je viens de recevoir la lettre de ta fraternité, car je n'étais pas à la maison quand elle a été apportée à notre église, étant parti à Lyon à l'occasion d'une affaire ecclésiastique. Or dans cette lettre ta fraternité demande si notre Seigneur Jésus-Christ, dans le repas qu'il a pris avec ses disciples avant sa passion, leur a donné son corps passible alors que nous nous le recevons impassible à la table de l'autel. Si à cette question on te répondait que les disciples du Christ ont reçu le corps du Seigneur tel qu'il était alors, mais que nous nous le recevons tel qu'il est maintenant, je ne vois pas quelle autorité le contredirait, je ne vois pas la violence de quelle raison me presserait ; bien plus, si je parlais autrement, je verrais la raison et l'autorité s'opposer à moi.

    Car ce corps que le Seigneur confiait alors à ses disciples il n'y a personne pour douter qu'il était destiné à souffrir encore, comme tu l'as dit dans ta lettre selon l'autorité du Seigneur : « Ce corps qui sera livré pour vous. » Or qui niera qu'il était passible, puisqu'il allait souffrir ? Mais que celui que nous prenons maintenant soit impassible, tu l'as bien toi-même confirmé selon l'autorité de l'Apôtre, à savoir que « le Christ ressuscitant d'entre les morts ne meurt plus, la mort n'aura plus de pouvoir sur lui. » Car de la même manière que, si un potier me donnait un vase d'argile cru et faible avant le passage au four, il le rendrait après la cuisson cuit et solide et pratique pour l'usage humain, utilité qu'il ne pourrait avoir s'il n'avait pas d'abord été cuit, ainsi le corps du Christ avant sa passion a été donné aux disciples tel qu'il était, passible, lui qui allait par la passion arriver à l'impassibilité. Et cette faiblesse du corps passible n'aurait été utile au salut pour personne, si ne l'avait suivie une glorification impassible et immortelle. Car de la même manière que le potier pourrait me dire : « Le vase que je te donne inutile et fragile avant la cuisson, je te le rendrai aussitôt après la cuisson utile et solide », ainsi notre Seigneur Jésus-Christ l'a dit de manière figurée: « Recevez ce corps qui sera livré pour vous » et ensuite il a ajouté : « Faites ceci ». Il a dit « ceci » et non « autre chose ». Il ne nia pas cependant que ce serait autre chose, pour nous laisser comprendre que le corps que nous prenons à la table dominicale est de la même essence ; par l'exemple de sa transfiguration et la preuve de son autorité, il avait montré d'avance à ses disciples que ce corps serait d'une autre gloire.

    Et il ne faut pas oublier, pour débattre de ce sujet, qu'après avoir dit : « faites ceci » il a ajouté « en mémoire de moi ». Or quelle est cette commémoration, le bienheureux Apôtre l'expose en disant : « Toutes les fois que nous recevons le pain du Seigneur et que nous buvons son calice, nous annonçons la mort du Seigneur jusqu'à ce qu'il vienne. » De même donc que l'absorption de ce corps impassible est la commémoration de la mort passée du Seigneur, de même la réception de ce corps passible fut la préfiguration de cette même mort du Seigneur encore à venir. Et ce qui importe n'est pas de savoir comment il fut alors reçu ou de quelle manière il est reçu, mais pour quelle utilité il a été reçu ou l'est encore. Et comme on trouve une seule fin pour l'une et l'autre réception, tout doute est assoupi quant à la qualité de la chose que l'on prend. Car de même que, quand j'ai faim, je ne me demande pas comment est mon pain, mou ou dur, froid ou chaud ; également pour mon vin, quand j'ai soif je ne me soucie pas qu'il soit du vin cuit ou du vin doux, mais je fais attention à ce qu'il répare les défaillances de mon ventre et réponde à mon besoin ; ainsi il ne m'importe en rien de savoir de quelle manière le corps du Christ a été pris par les disciples ou est pris maintenant par ceux qui vénèrent le Christ, il m'importe seulement qu'il satisfasse à l'utilité pour laquelle le Seigneur a décidé que le peuple fidèle le recevrait.

    Tu m'as dit aussi que tu t'attachais à ces mots du bienheureux Augustin qui s'efforce de définir les mots du Seigneur instruisant les douze apôtres qui étaient restés, tandis qu'environ soixante-dix étaient repartis en arrière. Voici ces mots : « Ce n'est pas ce corps que vous voyez que vous allez manger, et vous n'allez pas boire ce sang que ceux qui me crucifieront vont répandre. » On peut ainsi comprendre justement et que c'est lui-même et que ce n'est pas lui-même. Lui-même assurément dans son essence matérielle, mais non dans sa forme visible. D'où on peut déduire : « Bien qu'il soit nécessaire que ceci soit célébré visiblement, il est cependant nécessaire que ce soit compris invisiblement. » Car ceux qui s'étaient écartés pensaient qu'à la manière des bêtes ils devraient couper en morceaux les chairs du Seigneur vivant et devraient les manger ou bouillies ou rôties à la broche. Et que s'ils ne voulaient pas ils ne pourraient être ses disciples. Or nous, nous mangeons et buvons le Christ immolé de sorte que nous croyons qu'il demeure tout entier à la droite du Père. Et bien qu'il se soit offert une seule fois en hostie vivante, passible et mortelle, dans la distinction de ses membres, dans la manifestation de son corps, chaque jour cependant, sous le voile du pain et du vin, il est immolé par la sainte Église et son corps n'est pas pris coupé en morceaux ni sanglant par la bouche des fidèles ; et voici ce qui est dit : « Ce n'est pas ce corps que vous voyez que vous mangerez ».

    Et en effet ce que nous prenons à l'autel, le bienheureux Augustin ne nierait pas que c'est le vrai corps, lui qui l'affirme d'évidence dans plusieurs passages de ses traités. Aussi dit-il dans un sermon Sur les paroles de l'Évangile : « Ce que vous voyez sur l'autel est le pain et le calice, ce que même vos yeux reconnaissent ; mais ce que la foi exige de comprendre, c'est que le pain est le corps, le calice est le sang. » Et quelques lignes après : « Comment le pain est-il le corps, ou ce que contient le calice comment est-ce le sang ? La raison, mes frères, pour laquelle on appelle ceci sacrement, c'est qu'on voit une chose et qu'on en comprend une autre. Et le même dans le Sermon aux Néophytes : « Dans le pain recevez ce qui a été suspendu à la croix, dans le calice recevez ce qui est sorti du flanc du Christ. » Sur cette réception invisible du corps du Christ, Eusèbe d'Émèse dit aussi : « Quand tu montes à l'autel vénérable pour te rassasier des nourritures spirituelles, regarde dans la foi le corps et le sang sacrés de ton Dieu, honore, admire, touche par l'esprit, reçois par la main du cœur et surtout prends tout par l'aspiration de l'homme intérieur. » Je pourrais assurément rassembler davantage de textes des Écritures sur ce sujet, mais que ceci maintenant suffise à ta fraternité. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 21225 (yves-de-chartres-287), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/21225 (mise à jour : 21/09/2017).