« yves-de-chartres-273 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Conon, évêque de Préneste (Palestrina)

  •  
    après 1115/07/12 - avant 1116

  •  
    [après le 12 juillet 1115]

  •  
    Lettre

  •  

    Cononi(1), Dei gratia Praenestino episcopo, sanctae sedis apostolicae legato, Ivo, humilis Ecclesiae Carnotensis minister, salutem et obedientiam.

    Novit vestra sollicitudo quia vaccae quae arcam portabant, relictis fetibus domi, Bethsamis ibant et, cum(a) pro fetibus mugientes retro aspiciebant, non(b) tamen a via exorbitabant(2). Quod attendere debet sollicitudo vestra quia, licet ab obedientia sedis apostolicae nulla ratione dissentire velimus, tamen aliquando fraternae compassionis affectu pro fratribus in tribulatione positis, sedem apostolicam vel vicarios ejus compellare compellimur(3) ut, moderato rigore justitiae, amicis et familiaribus nostris aliquod consolationis remedium impetremus. Unde pro Bajocensi episcopo(4), justis de causis nobis amicissimo, sollicitudini vestrae supplicamus quatenus excommunicationem in episcopos Northmanniae intentatam(5) ita in eo temperetis, pro amore Dei et nostro et caeterorum pro eo supplicantium, ut si episcopale officium ei concedere non potestis saltem introitum ecclesiae ad tempus non negetis. Sub alieno enim jure(6) tanquam sub torculari positus dolet et gemit se nihil plus posse quam permittitur. Unde iterum et iterum supplicamus ut apud vos pro eo nostra valeat intercessio, quam a nobis non extorquet nisi sola fraternae charitatis affectio. Valete.


  •  
    et tamen M 
  •  
    nec M.

  •  
    Voir lettre 266.
  •  
    I Sam. 6, 7 et 10-12.
  •  
    Encore un de ces jeux de sonorités fréquents dans les lettres Yves.
  •  
    Richard, fils de Samson seigneur de Douvres, fut désigné par Henri Ier après 1105 pour succéder, au siège de Bayeux, à Turold qui abandonna le siège pour la vie monastique. Déjà évêque en 1108, il mourut en avril 1133/1134. Ses frères Thomas et Samson étaient respectivement archevêque d'York et évêque de Worcester.
  •  
    Au concile de Châlons-en-Champagne du 12 juillet 1115, Conon avait convoqué les évêques de Normandie qui refusèrent d'y assister, désireux de ne pas déplaire à Henri Ier qui ne voulait reconnaître d'autre légat que l'archevêque de Cantorbéry. Th.  Schieffer, p. 201-202. O. Pontal, Les conciles, p. 262. Guillaume de Mamesbury, De gestis pont. Angl. cité par Juret, PL 162, col. 422. Voir aussi lettre 270. La Normandie correspond à la province de Lyonnaise II, soit l'archevêché de Rouen, les évêchés d'Évreux, Lisieux, Bayeux, Avranches, Coutances, Sées.
  •  
    Celui du roi d'Angleterre, voir note précédente.

  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 98

  •  

    À Conon, par la grâce de Dieu évêque de Préneste, légat du saint siège apostolique, Yves, humble ministre de l'Église de Chartres, salut et obéissance.

    Votre sollicitude sait que les vaches qui portaient l'arche, ayant abandonné leurs petits à l'étable, allaient à Bet Shemesh et, bien qu'elles se retournassent en mugissant pour regarder vers leurs petits, elles ne s'écartaient cependant pas de leur route. Votre sollicitude doit faire attention à ce fait parce que, même si nous ne désirons pour aucune raison nous écarter de l'obéissance due au siège apostolique, parfois cependant, par un sentiment de compassion fraternelle en faveur de nos frères placés dans la tribulation, nous sommes incités à inviter le siège apostolique ou ses vicaires à procurer quelque remède de consolation à nos amis et proches en adoucissant la rigueur de la justice. Aussi supplions-nous votre sollicitude en faveur de l'évêque de Bayeux, qui nous est très cher pour de justes raisons, de tempérer à son égard, pour l'amour de Dieu et le nôtre et celui de tous ceux qui supplient pour lui, l'excommunication portée contre les évêques de Normandie de sorte que, si vous ne pouvez lui accorder l'office épiscopal, vous ne lui interdisiez pas au moins pour un temps l'entrée de son église. Placé sous un droit étranger comme sous une presse, il s'afflige en effet et gémit de ne rien pouvoir de plus qu'il ne lui est permis. Aussi supplions-nous encore et encore que compte auprès de vous notre intercession en sa faveur, qui ne nous a été arrachée que par la seule affection de la charité fraternelle. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 21211 (yves-de-chartres-273), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/21211 (mise à jour : 21/09/2017).