« yves-de-chartres-271 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Pascal 2, pape

  •  
    après 1114/10/28 - avant 1115/07

  •  
    [1114, après 28 octobre-1115, avant l'été](1)

  •  
    Lettre

  •  

    Paschali, Dei gratia summo pontifici, patri et domino suo, Ivo, humilis Carnotensis Ecclesiae minister, integram et devotam pro viribus obedientiam.

    Gratias referimus summae paternitati vestrae quod per praesentium latorem, perspectis litteris nostris, confirmastis(2) optatum privilegium communi clero Carnotensis Ecclesiae contra rapacitatem praepositorum(3), ad compescendam oppressionem ecclesiasticorum pauperum. Adversus quod duo ex praepositis, quos praesentium lator celsitudini vestrae nominabit, pertinaciter se erexerunt ; et regiae potestati ad diminutionem sui regni hoc privilegium factum esse suggesserunt(4) et ita in apostolicam sedem, si animadvertere velit, ad perpetuam infamiam suam graviter deliquerunt. Unde pro ipso clero et cum ipso clero, flexis genibus cordis, supplico excellentiae vestrae quatenus repetitis scriptis decretum vestrum corroboretis et qua poena feriendi sint praesentialiter isti apostolici decreti contemptores, manifeste et sine ambiguitate verborum, Ecclesiae Carnotensi cum terribili gladio ex utraque parte inobedientiam feriente dirigatis. Isti enim ad hoc regem seduxerunt quomodo voluerunt et valuerunt, ut minaces litteras adversus clerum mihi mitteret(5), continentes cum minis quod bona clericorum sibi accepturus sit ubicumque poterit, nisi privilegium vestrum destruatur et rapacitas praepositorum in pace concedatur. Has itaque litteras excellentiae vestrae misi ; quibus visis, in suggestores eorum severam sententiam dictetis, quatenus infamiae semper subjaceant, nisi ii qui hac occasione res suas amiserint eas ex integro recipiant. Ita enim et oppressionem pauperum relevabitis et caeteros a simili praevaricatione compescetis.

    De precariis(6) vero, quas jam bis in Carnotensi Ecclesia vetuistis, similiter obnixe precamur ut numquam mutetur vestra sententia, sed magis confirmetur quia, quando personaliter accipiebantur, oriebantur inde illicita emptio et venditio inter accipientes et non accipientes, et foeda contentio, irae, rixae, aemulationes, inimicitiae(7) et multa illicita, quae radicitus evellenda(8) esse ab Ecclesia sancire debet vestra excellentia.

    De caetero et ego et clerus celsitudini vestrae supplicamus de hoc praesentium latore ut, si quid adversitatis ipsi causa hujus negotii contigerit, apostolicam manum et vindicem(a) et adjutricem sentiat. Nam, cum ante hoc negotium in pace esset, nunc et a rege et a comite Carnotensi(9) sub obtentu aliarum occasionum minis atque odiis circumvenitur, nec tamen et se et sua pro Ecclesia et pro pauperibus devote et misericorditer impendere desistit. Deprecamur etiam, si quid de hoc negotio postulaverit quod praesenti paginula non contineatur, ut ipsum tanquam nos in hac re audiatis(b). Valete.


  •  
    judicem A 
  •  
    Fin du manuscrit d'Avranches, fol. 137, Expliciunt epistule Ivonis Carnotensis episcopi numero CCLXXI.

  •  
    Cette lettre est postérieure à la bulle de Pascal II du 28 octobre 1114, voir lettre 265. Elle est antérieure à cette lettre 265 qui peut être datée de l'été 1115. Voir G.C. t. 8, col. 314 ; Pascal II, PL 163, lettre 396..
  •  
    Bulle citée note précédente.
  •  
    D'après L Merlet, les quatre prévôtés sont Nogent-le-Phaye (prévôt, Geoffroy de Lèves, futur évêque de Chartres), Fontenay-sur-Eure (prévôt, Foulques, neveu du doyen Ernaud), Amilly (prévôt, Saran) et Beauce (prévôt, Hugues). Les deux prévôts qui ont porté plainte sont Foulques et Hugues.
  •  
    Voir J. Dufour, Actes de Louis VI, n° 100, t. 1, p. 214-215. La lettre envoyée par le prévôt Foulques à Louis VI pour lui demander son appui dans cette affaire, antérieure à l'été 1115, est conservée, éditée par L. Merlet, « Lettres d'Ives de Chartres et d'autres personnages de son temps », p. 450, n° 5, reprise par J. Dufour, loc. cit., p. 215.
  •  
    La lettre du roi à laquelle il est fait allusion est perdue, J. Dufour, loc. cit.
  •  
    Voir la bulle du pape citée supra. Sur les précaires en droit canonique, Yves, Décret, 3, 227-230, 236 ; 6, 373 (Gratien, 10, 2, 4-6).
  •  
    D'après Gal. 5, 20, inimitiae, contentiones, aemulationes, irae, rixae, dissensiones.
  •  
    Sur cette expression, voir lettre 133.
  •  
    Thibaud IV, comte de Blois et Chartres, voir lettres 238, 245, 247, 275.

  •  
    Avranches, BM 243, 136v-137
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 97v

  •  

    À Pascal, par la grâce de Dieu souverain pontife, son père et seigneur, Yves, humble ministre de l'Église de Chartres, obéissance entière et dévouée selon ses forces.

    Nous rendons grâce à votre souveraine paternité d'avoir, par le porteur de la présente, une fois pris connaissance de notre lettre, confirmé pour l'ensemble du clergé de l'Église de Chartres le privilège souhaité contre la rapacité des prévôts, afin d'apaiser l'oppression des pauvres ecclésiastiques. Privilège contre lequel deux des prévôts, que le porteur de la présente nommera à votre altesse, se sont élevés obstinément ; et ils ont suggéré au pouvoir royal que ce privilège avait été institué pour diminuer sa souveraineté et ils ont ainsi gravement péché contre le siège apostolique, s'il veut y prêter attention, pour leur infamie perpétuelle. Aussi, au nom de ce clergé même et avec ce clergé même, les genoux du cœur fléchis, supplié-je votre excellence de confirmer votre décret par un nouvel acte écrit et de décider pour l'Église de Chartres, de manière manifeste et sans ambiguïté dans les termes, de quelle peine ces maudits contempteurs du décret apostolique doivent être frappés en personne avec le terrible glaive qui frappe de toute part la désobéissance. Car ceux-ci ont séduit le roi comme ils ont voulu et comme ils ont pu, de sorte qu'il m'a adressé une lettre de menaces contre les clercs, signifiant avec des menaces qu'il s'emparerait des biens des clercs partout où il le pourrait, à moins que votre privilège ne soit détruit et que la rapacité des prévôts ne leur soit accordée en paix. C'est pourquoi j'ai envoyé cette lettre à votre excellence ; après en avoir pris connaissance, prononcez une sentence sévère contre ses instigateurs, pour qu'ils soient toujours soumis à l'infamie, à moins que ceux qui ont perdu leurs biens en cette occasion ne les récupèrent intégralement. Car ainsi vous soulagerez l'oppression des pauvres et vous réfrénerez chez tous les autres une prévarication semblable.

    Quant aux précaires, que déjà par deux fois vous avez interdites dans l'Église de Chartres, nous vous prions également instamment de ne jamais changer votre sentence mais plutôt de la confirmer parce que, quand elles étaint reçues personnellement, naissaient de là achat et vente illicites entre ceux qui recevaient et ceux qui ne recevaient pas, ainsi que disputes honteuses, colères, rixes, jalousies, inimitiés et beaucoup de choses illicites qu'il faut que votre excellence décrète devoir être arrachées de l'Église à la racine.

    En outre, et moi et mon clergé nous supplions votre altesse en faveur du porteur de la présente pour qu'il trouve en la main apostolique vengeance et secours, si quelque ennui lui arrivait à cause de cette affaire. Car, tandis qu'avant cette affaire il était en paix, maintenant, sous couvert d'autres prétextes, il est entouré de menaces et de haines de la part et du roi et du comte de Chartres, et cependant il ne cesse de consacrer dévotement et miséricordieusement et lui-même et ses biens à l'Église et aux pauvres. Nous vous prions aussi, s'il réclame sur cette affaire quelque chose qui ne soit pas contenu dans le présent écrit, de l'écouter sur ce point comme si c'était nous. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 21209 (yves-de-chartres-271), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/21209 (mise à jour : 21/09/2017).