« yves-de-chartres-260 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Étienne de Garlande, chancelier du roi de France

  •  
    après 1090 - avant 1116

  •  
    n.c.

  •  
    Lettre

  •  

    Ivo, Dei gratia Carnotensis Ecclesiae minister, Stephano, regis cancellario(1), abundare spiritu consilii et fortitudinis(2).

    Nuper Aurelianis rediens, domnus Galterius, Carnotensis archidiaconus(3), intimavit mihi fluctuationes cordis tui et quomodo anima tua tabescat in malis, quaerens quid potissimum de sibi propositis eligat aut fugiat ; simulque addidit ut secundum audita dilectioni tuae responderem et consilium quod, Deo inspirante, sentirem sanius esse prudentiae tuae rescriberem. Quibus auditis, nihil utilius tibi consulere possum quam ut jactes cogitatum tuum in Domino, quia ipse te ab omni fluctuatione liberabit(4) et tranquillitatem cordis in te reformabit. Hoc tamen unum consilium praecipue tibi do, ut voluntatem tuam voluntati Dei numquam praeponas, sed vocanti te ad agriculturam suam(5) humiliter acquiescas et dicenti tibi in loco humili posito : «  Ascende superius(6) » minime contradicas. Quid enim scis si ille omnipotens medicus hac via honesta te velit eruere de luto fecis(7) et confirmare in petra(8) suae dilectionis ? Non enim terrere te debet et a bono proposito removere quod domnus papa non absolute respondit petitionibus tuis, sive de retinendis honoribus tuis cum episcopatu Parisiensi, sive de Belvacensi Ecclesia, ut aliter non transferatur ad eam domnus Gualo(9), nisi eum repetat eadem Ecclesia. Novi enim consuetudinem Romanae Ecclesiae, quia non solet neque vult decretis suis patenter obviare. Solet autem dispensatorie multa infirma tolerare postquam patrata sunt, tam pro locorum necessitate, quam pro personarum utilitate et honestate(10). Neque aliter cogendus est summus pontifex contraria sibi scribere vel facere, ne cogatur dicere illud apostolicum(11) : « Si quod destruxi iterum aedifico, praevaricatorem me constituo ». Haec attendens fiducialiter « ascende superius ». quia, cum ascenderis, tolerantiam quam nunc absolute non impetras, tum pro tua strenuitate, tum pro multorum te diligentium mediatione(a), quantum res temperari poterit salva honestate Romanae Ecclesiae, quod quaeris, ut credimus, impetrabis. Vale.


  •  
    meditatione M.

  •  
    Étienne de Garlande, voir lettre 87. N'ayant pu obtenir ni l'évêché de Paris ni celui de Beauvais, ce à quoi Yves fait allusion un peu plus bas, Étienne devint en 1106 chancelier de France, puis en 1118, à la mort de son frère Anseau, conseiller du roi. Sénéchal en 1120, il exerça une grande influence sur le roi mais il s'était aliéné la reine Adélaïde et tomba en disgrâce en 1127. Il mourut en 1148 à l'âge de 70 ans. La cordialité de cette lettre prouve que relations avec Yves ont changé, puisque ce dernier s'était opposé à Étienne pendant de longues années. On ne sait à quelle promotion il est fait allusion ici, cette lettre datant, vu sa place dans le recueil, d'environ 1114.
  •  
    D'après Is. 36, 5.
  •  
    Gautier apparaît comme témoin, entre 1114 et 1128, dans les chartes 32, 35, 43 du Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, t. 1, p. 118, 123, 133.
  •  
    Jactes...liberabit, d'après Ps. 54, 23.
  •  
    D'après I Cor. 3, 9.
  •  
    Luc. 14, 10.
  •  
    Ps. 40, 2.
  •  
    D'après Ps. 40, 2 et 69, 14.
  •  
    Voir lettre 102 et passim.
  •  
    Termes de la dispense, Yves, Prologue § 19, éd. citée, p. 84. Décret 5, 19 (Nicolas, lettre à l'empereur Michel). Voir lettres 55, 121, etc.
  •  
    Gal. 2, 18.

  •  
    Avranches, BM 243, 132v-133
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 95rv

  •  

    Yves, par la grâce de Dieu ministre de l'Église de Chartres, à Étienne, chancelier du roi, avoir en abondance l'esprit de conseil et de force.

    Revenant récemment d'Orléans, le seigneur Gautier, archidiacre de Chartres, m'a communiqué les incertitudes de ton cœur et dit comment ton âme se consume dans les maux, se demandant ce qu'il vaut mieux choisir ou fuir dans ce qui s'offre à elle ; et il a en même temps ajouté que je devais répondre à ta dilection en fonction de ce que j'avais appris et récrire à ta prudence ce que, sous l'inspiration de Dieu, je jugeais plus sain. En apprenant ceci, je ne peux rien te conseiller de plus utile que de décharger ta pensée dans le Seigneur, parce que lui te libérera de toute incertitude et rétablira en toi la tranquillité du cœur. Toutefois je te donne surtout ce seul conseil : ne fais jamais passer ta volonté avant la volonté de Dieu, mais repose-toi humblement sur lui s'il t'appelle pour sa moisson et ne le contredis nullement s'il te dit, à toi qui es placé à un rang inférieur : « Monte plus haut ». Comment sais-tu en effet si ce médecin tout-puissant ne veut pas par cette voie honorable te tirer de la fange du bourbier et t'affermir sur la pierre de sa dilection ? Il ne faut pas en effet que tu t'effraies et t'écartes de ton bon projet parce que le seigneur pape n'a pas répondu entièrement à tes demandes, soit pour conserver tes honneurs avec l'évêché de Paris, soit à propos de l'Église de Beauvais pour que le seigneur Galon n'y soit pas transféré, sauf si cette même Église le demandait. Car je connais la coutume de l'Église romaine, elle n'a pas l'habitude et ne veut pas renoncer ouvertement à ses décisions. Mais elle a l'habitude de tolérer par la dispense beaucoup de faiblesses une fois qu'elles ont été accomplies, tant en fonction de la nécessité des lieux que de l'utilité et l'honorabilité des personnes. Et il ne faut pas forcer autrement le souverain pontife à écrire ou faire le contraire de ses décisions, pour qu'il ne soit pas contraint de dire ce mot de l'Apôtre : « Si je reconstruis ce que j'ai détruit, je m'institue prévaricateur ». Veillant à tout ceci, « monte plus haut » fidèlement, parce que, quand tu seras monté, cette tolérance que maintenant tu n'obtiens absolument pas, tant en raison de ta vaillance, tant en raison de la médiation de tous ceux qui t'apprécient, autant que la chose pourra être arrangée sauve l'honorabilité de l'Église romaine, tu l'obtiendras, croyons-nous, parce que tu la demandes. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 21198 (yves-de-chartres-260), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/21198 (mise à jour : 21/09/2017).