« yves-de-chartres-223 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Audin de Condé, conseiller et chapelain du roi d’Angleterre Henri 1er (futur évêque d’Évreux)

  •  
    après 1090 - avant 1113


  •  
    [avant 1113]

  •  
    Lettre

  •  

    Ivo, Dei gratia Carnotensis Ecclesiae minister, Audoeno(1), Ebroicensis Ecclesiae designato episcopo, Deo placitum adipisci sacerdotium.

    Quoniam vinitoribus et agricultoribus comparat nos sermo divinus(2), gaudere debemus in Domino, cum agricultioni nostrae(a) gratia divina tales adhibet operarios, per quos vinea Domini Sabaoth palmites suos latius extendat(3) et ager Dei feracior fiat. Quod cum ab initio nascentis Ecclesiae Domino dicente(b) necessarium fuerit, maxime his diebus necessarium hoc esse videmus, cum manifesta novissimorum dierum signa prae oculis habemus(4), secundum quod praedictum est : homines seipsos amantes(5), sua quaerentes(6), quae Dei sunt post dorsum ponentes(7), tam viros quam mulieres per omnia corporis sui membra ordinem naturae adulterantes et in hunc modum plurima quae non tantum facere, sed turpe est etiam(c) dicere. Quae quia per domnum Guillelmum, Carnotensis monasterii Sancti Petri(d) abbatem(8), fraternitati vestrae displicere audivimus, in Domino gavisi sumus(9), quia vos utile vas in domo Dei(10) futurum esse credimus(e), simul expetentes ut familiarem inter nos dilectionem confirmemus et vicina ab invicem solatia atque praesidia pro eventuum et actionum ecclesiasticarum necessitate exspectemus.

    Praesentibus itaque litteris initia vestri episcopatus visitare decrevimus, ut amodo fraterna dilectione pro invicem sentiamus, onera nostra invicem portemus(11), quatenus secundum canonicam institutionem(12) oppressores ecclesiasticorum pauperum gladio Spiritus unanimiter persequamur, et a communione viventes, et a sepultura mortuos arceri faciamus(13). Habent enim parrochiani nostri a nobis communione privati apud Musivum(14) quosdam presbyteros et quosdam monachos, a quibus communionem petunt et accipiunt, qui etiam fluvium unde Musivus vicus ille dicitur transeunt, et in quodam falso coemeterio corpora excommunicatorum sepulturae tradunt(15). Quod de caetero fieri prohibeat dilectio vestra ne, manente prava consuetudine(16), contingat detestanda perversitas, si excommunicationis vilescat auctoritas et sceleratorum insolescat impunitas. Adversus haec et hujusmodi det vobis Dominus spiritum consilii et fortitudinis(17) ut, tanquam lucerna super candelabrum posita(18), in domo Dei luceatis et necessarium lumen ignorantibus ministretis. Valete.


  •  
    agricolationi divinae M

  •  
    docente A 

  •  
    et AM 

  •  
    beati Petri AM 

  •  
    credidimus AM.


  •  
    Audin de Condé, frère de Turstin archevêque d'York, chapelain du roi d'Angleterre Henri Ier avant de devenir évêque d'Évreux de 1113 au 2 juillet 1139. DHGE, 5, 312. Orderic Vital, l. 11, 42, éd. Le Prévost, t. 4, p. 301. Évreux, ch. lieu arr. Eure.

  •  
    Matth. 20, 1-16 ; 21, 28-43 ; Luc. 10, 1-2 ; 13, 6 etc.

  •  
    D'après Ps. 80, 11 et Ez. 17, 7.

  •  
    D'après Act. 2, 17-19 et bible passim.

  •  
    II Tim. 3, 2.

  •  
    Phil. 2, 21.

  •  
    Dorsum ponere, Ps. 20, 13 ; quae Dei sunt, Bible passim.

  •  
    Guillaume Ier succéda à Eustache en 1101/1102 et mourut le 22 décembre 1129/1130. Une lettre de Pascal II lui est adressée, Cartulaire Notre-Dame de Chartres, ch. 30, t. 1, p. 113. Voir aussi lettre 216.

  •  
    Gaudete in Domino, Phil. 3, 1 ; 4, 4.

  •  
    Expressions bibliques.

  •  
    Gal. 6, 2.

  •  
    Quatrième concile de Tolède, c. 31. Yves, Décret 16, 2.

  •  
    Termes empruntés à la formule de l'excommunication.

  •  
    Muzy, cant. Nonancourt, arr. Évreux, Eure, au nord de Dreux, à la frontière entre les diocèses de Chartres et d'Évreux, dont le village dépend.

  •  
    Les problèmes de sépultures sont fréquents en cas d'excommunication ou d'interdit, voir Geoffroy de Vendôme, passim.

  •  
    Contre les mauvaises coutumes, lettre de Nicolas à Hincmar, Yves, Panormie 2, 164 (Gratien, D. 8, 3).

  •  
    Is. 36, 5.

  •  
    D'après Marc. 4, 21.


  •  
    a. Avranches, BM 243, 116rv


  •  
    M. Montpellier, Ecole de médecine H 231, 87



  •  

    Yves, par la grâce deDieu humble ministre de l'Église de Chartres, à Audin, évêque désigné de l'Église d'Évreux, exercer un sacerdoce qui plaise à Dieu.

    Puisque la parole divine nous compare aux viticulteurs et aux agriculteurs, nous devons nous réjouir dans le Seigneur quand la grâce divine fournit pour notre agriculture des ouvriers grâce auxquels la vigne du Seigneur Sabaoth puisse étendre plus largement ses rameaux et le champ de Dieu devenir plus fertile. Ce qui a été nécessaire dès le début de l'Église naissante, comme le dit le Seigneur, nous voyons que c'est encore plus nécessaire en ces jours où nous avons devant les yeux les signes manifestes des tout derniers jours, selon ce qui a été prédit : des hommes qui s'aiment eux-mêmes, recherchent leur intérêt, placent derrière leur dos ce qui est de Dieu, tant hommes que femmes qui corrompent l'ordre de la nature par tous les membres de leur corps et de nombreuses choses de ce genre qu'il est honteux non seulement de faire mais même de dire. Comme nous avons appris du seigneur Guillaume, abbé du monastère Saint-Père, que ceci déplaisait à votre fraternité, nous nous sommes réjoui dans le Seigneur, parce que nous croyons que vous serez un vase utile dans la maison de Dieu, et nous souhaitons également que nous consolidions entre nous une affection familière et que nous attendions en voisins, selon les besoins des événements et des affaires ecclésiastiques, des secours et des aides réciproques.

    C'est pourquoi par la présente lettre nous avons décidé de vous rendre visite au début de votre épiscopat, pour que nous manifestions dès à présent de l'affection fraternelle l'un pour l'autre, que nous portions l'un l'autre nos fardeaux, afin que, selon l'institution canonique, nous poursuivions ensemble du glaive de l'Esprit les oppresseurs des pauvres de l'Église et que nous fassions en sorte de les écarter et vivants de la communion et morts de la sépulture. Car nos paroissiens, que nous avons privés de la communion, ont à Muzy certains prêtres et certains moines dont ils demandent et reçoivent la communion, qui traversent même la rivière d'où le village de Muzy est dit tirer son nom et livrent à la sépulture dans un faux cimetière les corps des excommuniés. Qu'à l'avenir votre dilection empêche que cela se produise, de peur qu'avec la persistance d'une mauvaise coutume une perversité détestable ne survienne, si l'autorité de l'excommunication est avilie et que se développe l'impunité des scélérats. Contre ces choses et d'autres du même genre, que le Seigneur vous donne l'esprit de conseil et de force pour que, comme une lampe posée sur un chandelier, vous rayonniez dans la maison de Dieu et que vous procuriez la lumière nécessaire aux ignorants. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 21161 (yves-de-chartres-223), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/21161 (mise à jour : 21/09/2017).