« yves-de-chartres-219 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Pascal 2, pape

  •  
    après 1090 - avant 1116

  •  
    n.c.

  •  
    Lettre

  •  

    Domno et Patri suo, Paschali, summo pontifici, Ivo, humilis Carnotensis Ecclesiae minister, honorem ut patri, timorem ut domino(1).

    Ut(a) Cypriani verbis utar(2), « si aliqua falsitas de me ad apostolicam sedem praecessit, oportet ut veritas subsequatur », quae latrocinia noctis detegat(3) et ordinem gestarum rerum lucide aperiat. Nuper enim litteras accepi a quodam adolescente, canonico Ecclesiae nostrae, charactere apostolico signatas quas, cum aperuissem et perlegissem, multis de causis suspectas habui, existimans eas aut esse furtivas, aut aliqua suggestione fallaci subreptas. Primo quia praedictus adolescens infestus est mihi, quod eum non permitto, contra canones et conciliorum edicta, per manum laicam in quadam Ecclesia presbyterium usurpare et presbyteri oblationes presbytero ablatas suis usibus mancipare(4). Alter vero clericus qui cum adolescente fuit et ipse mihi infestus est, qui in hoc negotio nullus est, quia canonicus non est nec in conventu bonorum audiendus(5), qui a me suspensus est ab officio diaconi propter incestum patratum cum uxore consanguinei sui. Haec de personis interim dicta sint. Praeterea consuetudinem apostolicae sedis hactenus fuisse nec legimus nec audivimus ut ad delationem unius personae, quamlibet splendidae(6), sententia daretur in absentem, praecipue qui nec auditus fuerat nec vocatus(7)(b).

    Cum ergo de hujusmodi jure possem conqueri et plurimum disceptare, malui tamen servare humilitatem obsequentis quam mihi arrogare sollertiam disserentis. Restat ergo ut excusem innocentiam meam, quae Deum testem habet et meam conscientiam. Opponunt enim mihi litterae illae, cujuscumque sint, me dimidiam partem cujusdam praepositurae communitati canonicorum contulisse et eamdem contra canones imminentia regiae potestatis eisdem canonicis abstulisse. Cui calumniae respondeo, ex testimonio conscientiae meae, immerito dici ablatum esse quod canonice probari non potest vel a me vel ab aliquo eis fuisse collatum, nec esse restituendum quod probari non potest aliquando fuisse statutum. Dicam itaque paternitati vestrae quid dederim et quid non dederim et cur dederim et qua de causa nihil ultra dare voluerim.

    Cum enim in quampluribus canonicorum Carnotensium(c) desuevisset disciplinae regularis observantia, ut de negligentibus facerem diligentes, de somnolentis vigiles(d), de tardis assiduos ad frequentandas horas canonicas, deliberavi apud me ut darem eis dimidiam praeposituram, ut inde fieret quotidianus panis quem acciperent assidui, amitterent tardi, ut ad quas(e) eos panis interni dulcedo non movebat panis corporei refectio provocaret, quamvis eorum annua praebenda eis ad hoc sufficiens esse deberet. Certus tamen de praeteritis eorum negligentiis et sollicitus de futuris, praecepi eis ut ad me mitterent duos de clero illo, quibus missis commisi praesentes illius anni fructus, ut inde quotidianum panem praepararent et, tradito ordine, confratribus dispensarent. Novit Veritas quia nihil aliud dedi, de reliquo nihil eis dans aut promittens, nisi ut(f) in hoc modico fideles(8) et assiduos invenirem, ut mihi bene(g) placeret possessionem rei eis concedere et legitima stipulatione firmare. Haec dispensatio intra tres menses ita depravata est ut nulla mihi voluntas, nulla ratio suaderet, et(h) nullum coepiscoporum vel religiosorum virorum consilium approbaret, ut propter infructuosam rerum canonicalium amplificationem minuerem dignitatem episcopalem. Panes enim illos vendebant quidam de senioribus, ad ludum vero alearum(9) dabant quidam de junioribus, et qui se videndum praesentabat horis nocturnis subtrahebat se diurnis ; et qui audiebat missam catechumenorum subterfugiebat missam sacramentorum(10). Talis exitus rei revocavit me ab intentione mea ut non auferrem eis quod non dederam, sed nec aggrederer quod proposueram.

    Quibus verbis liquet quia de his quae eis contuli nihil omnino imminentia regiae potestatis abstuli, nec regem ad dispensationes ecclesiasticas vel causas invitavi vel admisi, qui eum, meo multo labore et sudore et multis expensis, a vexatione Ecclesiae, ab incendiis et direptionibus ecclesiasticorum bonorum procul feci. In hoc quippe negotio major pars Ecclesiae et sanior(11) mecum fuit. Sed quidam, talium actionum minus periti, intellexerunt rem aliter fuisse quam fuerit. Sed cum eorum calumnia ante metropolitanum dilata et ad ultimum delata fuisset, de hoc negotio diffinitio certa processit et omnis controversia sopita est et pacis osculo confirmata et in plenario capitulo, praeter eos qui non interfuerant, ab omnibus(i) collaudata.

    Quibus suo ordine terminatis, volui, ex benevolentia mea quae(j) mihi multa gravamina intulit, praedictam partem praetaxatae praepositurae concedere duodecim presbyteris, si possent inveniri qui ad hoc officium eligerentur et suis temporibus ad sacerdotium promoverentur. Quod cum per decanum Ecclesiae et per me et per litteras domni Richardi, Albanensis episcopi, legati vestri(12), studiose quaesiissem, nec unus inventus est qui vellet aut valeret ad hoc officium promoveri aut eligi. Consilio itaque ejusdem legati vestri et pene totius Ecclesiae, nullo repugnante, nullo contradicente, prout melius potui ne Ecclesia saepius inde perturbaretur, personaliter ordinavi et honesto clerico et eidem rei administrandae et defensandae utili contuli(13)(k). Ad quam ordinationem alium minime(l) quaesiissem, nisi illum qui tenebat alteram partem, sed suspectus erat Ecclesiae tanquam per eum turbatio haec orta fuisset in Ecclesia. Isto vero ibi posito, et murmur sedatum est, et de caetero(m) quievit Ecclesia.

    Ne ergo de caetero hac vana occasione Ecclesia perturbetur, flexis genibus cordis, paternae pietati supplicamus ut causam, quae semel decisa est, propter cupidorum et malevolorum delationem non iteretis et pacem(n) quam nunc habet Ecclesia non tantum non concutiatis, sed etiam debito paternitatis affectu collaudetis et de caetero senectutem meam propter superfluam et impunitam appellatorum licentiam vexari non permittatis(14). Dum enim nos premit a praelata potestate illata adversitas, regendi in nobis debilitatur auctoritas, cum(o) ecclesiasticam in eos non audemus exercere disciplinam qui eam adversum nos appellant non confidentia justitiae, sed pro dilatione sententiae(15). Quod si juvenili vigore possemus adhuc peditare per ruinosas Alpium vias, equitare per praecipites praeterfluentium torrentium undas, et praecedere aut subsequi ad apostolicam sedem delatores nostros, procul dubio refrenaret se murmurantium lingua(16), quae parum adhuc novit quid distet inter serenitatem charitatis et caliginem cupiditatis.

    Si ergo aliquod temperamentum adversus haec incommoda non procuraveritis et inveteratis dierum malorum(17) et indisciplinatis juvenibus, qui vix sunt digni habere quae habent, nedum ambire quae non habent, vexandum me exposueritis, unum restat mihi tutum et totum consilium, assumptis pennis columbae(18), a molestiis inutilibus avolare et in solitudine montis requiescere, ubi exspectem eum qui salvum me faciat a pusillanimitate mentis et inquietudine(19), cum et ante episcopatum et in episcopatu semper voluntas mea fuerit magis in loco humili salvari quam in alto periclitari(20) et in domo Dei magis abjectum esse quam illis praeesse quibus non possem prodesse(21). Sed quia tantae sublimitatis aures ad fastidium verbis nolumus onerare, si qua minus de necessariis dicta sunt, isti fratres supplebunt et si opus fuerit probabunt. Valete.


  •  
    Variantes MT : Début de lettre : Si quid de me adversum me perlatum est ad sedem apostolicam oportet ut pro me subsequatur cum legata carta non fallax que objectis respondeat et innocentiam meam defendat. Nuper enim litteras accepi a quodam adolescente, canonico Ecclesiae vestrae, charactere apostolico signatas quas, cum aperuissem et perlegissem, miratus sum quod ad suggestionem cujusdam adolescentis contra morem sedis apostolicae litterae illae sententiam dabant in absentem eum videlicet qui non fuerat auditus vel vocatus. Cum ergo de hujusmodi jure possem conqueri et plurimum disceptare, malui tamen servare humilitatem obsequentis quam mihi arrogare sollertiam disserentis. Restat ergo ut excusem innocentiam meam. Opponunt enim mihi litterae illae, cujuscumque sint, me dimidiam partem cujusdam praepositurae communitati canonicorum contulisse et eamdem contra canones imminentia regiae potestatis eisdem canonicis abstulisse. Ut Cypriani verbisutar etc. 
  •  
    Variante de M après vocatus : Haec et quaedam alia suspectas illas mihi fecerunt. Verum cujuscumque sint, innocentiam meam accusant videlicet dimidiam praeposituram communitati fratrum me contulisse et eamdem contra canones imminentia regiae potestatis eisdem fratribus abstulisse. Cui calumniae respondeo, ex testimonio conscientiae meae etc. Variante de A+Copenhague+Nal3041 après vocatus : Haec et quaedam alia suspectas illas mihi fecerunt. Verum cujuscumque sint, innocentiam meam accusant videlicet dimidiam praeposituram communitati fratrum me contulisse et eamdem contra canones imminentia regiae potestatis eisdem fratribus abstulisse. Cui calumniae (sic). Si quid de me adversum me perlatum est ad sedem apostolicam oportet ut pro me subsequatur cum legata carta non fallax que objectis respondeat et innocentiam meam defendat. Nuper enim litteras accepi a quodam adolescente, canonico Ecclesiaenostrae, charactere apostolico signatas quas, cum aperuissem et perlegissem, miratus sum quod ad suggestionem cujusdam adolescentis contra morem sedis apostolicae litterae illae sententiam dabant in absentem eum videlicet qui non fuerat auditus vel vocatus. J'ai conservé la leçon fournie par l'édition de Juret qui concorde avec la traduction de L. Merlet 
  •  
    Karnotensium clericorum AM 
  •  
    vigilantes A 
  •  
    quod AM 
  •  
    om. AMT 
  •  
    om.
  •  
    ut MT, om.
  •  
    om.
  •  
    quae...intulit om. MT 
  •  
    concessi AM 
  •  
    neminem A 
  •  
    om. éd. 
  •  
    ut pacem MT, pacem...caetero om. A 
  •  
    dum A.

  •  
    D'après Rom. 13, 7. Cette lettre fournit un nouvel exemple des multiples tensions entre l'évêque et son chapitre, E. de Lépinois et L. Merlet, Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, introduction, p. XCVI-CXIX.
  •  
    Cette citation n'a été trouvée ni dans Cyprien, ni dans le Décret et n'a pas été identifiée non plus par Ch. Rolker.
  •  
    Voir lettre 133.
  •  
    Yves, Décret, 14, 90-91 (concile de Gangres, c. 8, de Saint-Médard, c. 1).
  •  
    Ce témoignage est invalide pour plusieurs raisons : le clerc est seul, ennemi, excommunié, voir Yves, Décret 16, 152, 154, 156, etc.
  •  
    Expression empruntée au Code théodosien, 11, 39, 3, 1 int. Yves, Décret, 16, 204 ; Panormie 5, 21.
  •  
    Nombreux textes sur le sujet, en particulier 4e Concile de Carthage, Caveant etiam judices... Yves, Décret 6, 319. Voir aussi Panormie 5, 20.
  •  
    D'après Luc. 16, 10.
  •  
    Jeux condamnés dans le Canon des Apôtres, c. 42. Yves, Décret 13, 73 (Gratien D. 35, 1).
  •  
    Les catéchumènes étaient renvoyés après le sermon.
  •  
    Voir lettre 89.
  •  
    Voir lettres 84, 109, 127, 133, 134, 182.
  •  
    Cette solution n'a pas encore été la bonne, voir lettre 227 où ce prêtre est nommé Guarinus.
  •  
    L'appel au siège romain est mal vu des évêques, car c'est une procédure qui passe par-dessus leur compétence.
  •  
    Voir lettre 166.
  •  
    D'après Ps. 58, 5.
  •  
    Dan. 13, 52.
  •  
    Ps. 54, 7.
  •  
    D'après Ps. 54, 9. Mêmes citations lettre 40.
  •  
    Voir Yves lettre 37. Lettre de Marbode de Rennes à Robert d'Arbrissel, § 20, Les deux vies de Robert d'Arbrissel, éd. citée, p. 546.
  •  
    Praeesse, prodesse, voir lettres 25, 26, 29, 215.

  •  
    Avranches, BM 243, 112-114
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 79-80
  •  
    Troyes, BM 1924, 13-15

  •  

    À son seigneur et père Pascal, souverain pontife, Yves, humble ministre de l'Église de Chartres, honneur comme envers un père, crainte comme envers un maître.

    Pour user des mots de Cyprien, « si quelque fausseté sur moi m'a précédé auprès du siège apostolique, il faut que la vérité la suive », pour qu'elle dévoile les brigandages de la nuit et découvre dans la lumière l'ordre des événements. En effet j'ai reçu récemment une lettre d'un jeune homme, chanoine de notre église, signée du sceau apostolique, que j'ai tenue pour suspecte pour de multiples raisons, dès que l'eus ouverte et lue, pensant ou qu'elle était fausse ou qu'elle avait été extorquée sur quelque suggestion trompeuse. D'abord, ledit jeune homme m'est hostile, parce que je ne lui permets pas d'usurper, à l'encontre des canons et des édits des conciles, la prêtrise de la main d'un laïc dans une certaine église ni de prendre pour son usage les offrandes du prêtre enlevées au prêtre. Quant à l'autre clerc qui était avec le jeune homme, il m'est lui aussi hostile : il n'est rien dans cette affaire, puisqu'il n'est pas chanoine et qu'il ne doit pas être entendu dans une assemblée de gens de bien, et que je l'ai suspendu de l'office de diacre à cause d'un inceste perpétré avec une femme de sa parenté. Voici pour le moment ce qu'on peut dire des personnes. En outre nous n'avons ni lu ni entendu que la coutume du siège apostolique ait été jusqu'à maintenant de proférer, sur la délation d'une seule personne, même illustre, une sentence contre un absent, qui en plus n'avait été ni entendu ni cité en justice.

    Donc, bien que je puisse me plaindre d'un droit de ce genre et en discuter longuement, j'ai cependant préféré garder l'humilité de l'obéissant que m'arroger l'habileté du discoureur. Il me reste donc à défendre mon innocence, qui a pour témoins Dieu et ma conscience. Car cette lettre, de qui qu'elle soit, me reproche d'avoir concédé à la communauté des chanoines la moitié d'une prévôté et d'avoir enlevé contre les canons cette même part aux mêmes chanoines par la menace du pouvoir royal. Je réponds à cette calomnie, selon le témoignage de ma conscience, que c'est à tort qu'on dit avoir été enlevé ce qu'on ne peut prouver canoniquement leur avoir été concédé par moi ou par n'importe qui d'autre, et que ne doit pas être restitué ce qu'on ne peut prouver avoir été un jour institué. C'est pourquoi je vais dire à votre paternité ce que j'ai donné et ce que je n'ai pas donné et pourquoi je l'ai donné et pour quelle raison je n'ai rien voulu donner de plus.

    En effet comme un grand nombre de chanoines de Chartres avaient perdu l'habitude de l'observance de la discipline régulière, pour faire de négligents des diligents, de somnolents des veilleurs, de paresseux des assidus à suivre les heures canoniales, j'ai décidé en moi-même de leur donner la moitié de la prévôté, pour qu'ainsi il y ait un pain quotidien que recevraient les assidus, que perdraient les paresseux, de sorte que ceux que la douceur du pain intérieur ne poussait pas vers elles, la nourriture du pain corporel les y entraîne, bien que leur prébende annuelle dût leur être suffisante pour cela. Néanmoins, assuré de leurs négligences passées et soucieux de leurs négligences futures, je leur ai prescrit de m'envoyer deux de leurs clercs auxquels j'ai confié les fruits actuels de cette année, pour qu'ils en préparent le pain quotidien et le distribuent à leurs confrères, selon l'ordre établi. La Vérité sait que je n'ai donné rien d'autre, ne leur donnant ou ne leur promettant rien à l'avenir, si ce n'est que, pour les trouver fidèles et assidus dans cette petite chose, j'avais l'intention de leur concéder la possession de ce bien et de la confirmer par une clause légitime. Cette disposition a été dans les trois mois tellement pervertie qu'aucune volonté, aucune raison ne pouvaient me persuader et qu'aucun conseil de collègues évêques ou d'hommes religieux ne pouvait approuver que pour un accroissement infructueux des biens canoniaux je réduise la dignité épiscopale. Car certains des plus vieux vendaient ces pains, certains des plus jeunes les donnaient pour le jeu de dés, et celui qui se présentait pour qu'on le voie aux heures nocturnes se dérobait aux heures diurnes ; et celui qui écoutait la messe des catéchumènes fuyait la messe des sacrements. Un tel résultat de l'affaire m'écarta de mon intention, non pour leur enlever ce que je n'avais pas donné, mais pour ne pas ajouter à ce que j'avais proposé.

    D'après ces mots il est évident que je n'ai, sous la menace du pouvoir royal, absolument rien ôté de ce que je leur ai octroyé et que je n'ai pas invité ni admis le roi à des dispositions ou des causes ecclésiastiques, moi qui, au prix d'un grand effort et de grandes sueurs et de grandes dépenses, l'ai toujours tenu éloigné de la persécution contre l'Église, des incendies et des rapines de biens ecclésiastiques. Dans cette affaire assurément la plus grande et plus saine part de l'Église était avec moi. Mais certains, moins expérimentés sur de telles questions, comprirent que la chose s'était passée autrement qu'elle ne se passa. Mais comme leur calomnie avait été différée et enfin déférée devant le métropolitain, on arrêta une décision ferme sur ce problème et toute controverse fut assoupie et confirmée par un baiser de paix et approuvée en plein chapitre par tous, hormis ceux qui n'étaient pas là.

    Ceci terminé dans les règles, j'ai voulu, par une bienveillance qui m'a apporté de nombreux ennuis, concéder ladite part de la prévôté en question à douze prêtres qui, s'ils pouvaient se trouver, seraient choisis pour cet office et seraient promus en leur temps au sacerdoce. Bien que je les eusse fait rechercher avec soin par le doyen de l'Église et par moi-même et par lettres de Richard, évêque d'Albano, votre légat, pas un ne s'est trouvé qui veuille ou vaille d'être promu ou choisi pour cet office. C'est pourquoi sur le conseil de votre même légat et de presque toute l'Église, sans que personne ne le repousse, que personne ne le contredise, du mieux que j'ai pu pour que l'Église ne soit pas de ce fait troublée davantage, je m'en suis chargé personnellement et l'ai confiée à un clerc honnête et utile dans l'administration et la défense de ce même bien. Pour cette charge je n'aurais pas cherché quelqu'un d'autre que celui qui tenait l'autre partie, mais il était suspect à l'Église étant donné que c'était par lui que cette perturbation était née dans l'Église. Une fois cette disposition prise, les murmures se sont apaisés et l'Église a enfin retrouvé sa tranquillité.

    Donc pour qu'à l'avenir l'Église ne soit pas troublée pour un si vain prétexte, les genoux du cœur fléchis, nous supplions votre piété paternelle de ne pas revenir, en raison de la délation d'hommes cupides et malveillants, sur une cause qui a été une fois tranchée, de manière non seulement à ne pas ébranler la paix qu'a maintenant l'Église, mais même à la combler de louanges par l'affection de la paternité qui nous est due, et à ne pas permettre à l'avenir que ma vieillesse soit perturbée par la licence superflue et impunie de gens qui font appel. Car tant que nous presse une difficulté suscitée par le pouvoir supérieur, l'autorité pour diriger s'affaiblit en nous, puisque nous n'osons pas exercer la discipline ecclésiastique contre ceux qui en appellent à lui contre nous, non par confiance en la justice mais pour retarder la sentence. Si nous pouvions encore avec une ardeur juvénile cheminer à travers les dangereuses [abruptes] routes des Alpes, chevaucher à travers les ondes tumultueuses des torrents qui en coulent, et précéder ou suivre nos délateurs jusqu'au siège apostolique, sans nul doute la langue des mécontents serait réfrénée, elle qui connaît encore trop peu quelle distance il y a entre la sérénité de la charité et l'obscurité de la cupidité.

    Si donc vous ne procurez pas quelque adoucissement contre ces ennuis et si vous m'exposez à être perturbé par ces jeunes gens, accoutumés des jours mauvais et indisciplinés, qui méritent à peine d'avoir ce qu'ils ont et pas même d'ambitionner ce qu'ils n'ont pas, il me reste une seule décision assurée et absolue : m'étant élevé sur les ailes de la colombe, m'envoler loin des tracas inutiles et me reposer dans la solitude de la montagne où j'attendrai celui qui me sauvera de la pusillanimité et de l'inquiétude de l'esprit, puisque, avant mon épiscopat comme pendant mon épiscopat ma volonté a toujours été plutôt d'être sauvé dans une humble situation que de tomber dans une haute, et d'être plutôt dégradé dans la maison de Dieu que de commander à ceux à qui je ne pourrais pas être utile. Mais parce que nous ne voulons pas charger de mots jusqu'à l'ennui les oreilles d'une si grande hauteur, si certaines choses ont été dites incomplètement, lesdits frères y suppléeront et si besoin les prouveront. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 21157 (yves-de-chartres-219), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/21157 (mise à jour : 21/09/2017).