« yves-de-chartres-153 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Guillaume 1er, archevêque de Rouen
  •  
    Gilbert 1er, évêque d’Évreux

  •  
    après 1090 - avant 1100

  •  
    n.c.

  •  
    Lettre

  •  

    Guillelmo, Dei gratia Rothomagensium archiepiscopo(1), et Gisleberto(a), Ebroicensium episcopo(2), Ivo, humilis Carnotensis Ecclesiae minister, abundare spiritu consilii et fortitudinis(3).

    Quoniam pro domo Dei stare et murum pro domo Israel ponere(4) coepistis, sollicitudini vestrae summopere cavendum est, ut sartago quae fervere coepit ferrea fortitudine nullis ignibus cedat(5), sed zelus domus(6) Dei et amor decoris ejus de die in diem in mentibus vestris vehementius exardescat. Quod ideo sanctitati vestrae commemoro ut quod de Luxoviensi Ecclesia(7) bene incoepistis meliore exitu terminare studeatis(8), ut caudam hostiae cum capite immoletis(9). Audivimus enim et dolemus quod stercora quae de praedicta Dei domo vestro fuerant labore emundata(10), multiplicato nequam spirituum numero in eamdem sint reportata(11) et ipsa domus graviori errore quam prius infecta. Quam domus Dei injuriam si non, ut decet, animadverteritis(b), si non pro persona quam portatis correxeritis, certum nobis est quia cum iste fedus et fetidus rumor(12) apostolicas aures vel nostra vel aliena relatione percusserit nec praeterita neglecta remittentur et haec graviter exigentur.

    Ideo, dum tempus est, praemonemus dilectionem vestram ut suo tempore libera fronte possimus famam vestram excusare et aures apostolicas opportune pro vobis et importune(13) pulsare. Cum enim, in ipsa infantia mundi, in Lamech carnalis bigamia(c) sit culpata(14), quomodo poterit in sponsa Christi quae est Ecclesia, laudari, quae et sacramento et in veritate sacramenti uni viro debet desponsari ? Eliminetur ergo(d) de Luxoviensi Ecclesia Ranulfus Dunelmensis episcopus(15), ut bigamia(e) non admittatur, eliminentur pueri ejus, ut neophytorum haeresis exstirpetur. Non ignorantibus legem loquimur, sed charitative vos monemus ut vestrae consulatis honestati et Ecclesiae utilitati. Valete.


  •  
    Gilberto éd., om. T 
  •  
    animadvertitis Au 
  •  
    digamia TAu 
  •  
    igitur TAu
  •  
    voir c

  •  
    Voir lettre 149.
  •  
    Gilbert, évêque d'Évreux, est le fils d'Osbernus, grand sénéchal de Normandie, chanoine puis archidiacre de Lisieux ; il devint évêque en 1071. Réformateur, il assista au concile de Clermont, accompagna le duc Robert de Normandie en Terre Sainte en 1098. Il mourut le 29 août 1112. DHGE 20, col. 1318. Orderic Vital, passim. Une lettre d'Hugues de Lyon adressée à Yves en 1096 répond à une plainte de Gilbert contre Ursion, sénéchal du roi, l. 17, PL 157, col. 520. A. Fliche, Philippe Ier, p. 507-8.
  •  
    Is. 11, 2.
  •  
    Ez. 13, 5.
  •  
    D'après Ez. 4, 3, sartaginem ferream.
  •  
    Ps. 69, 9 ; Joh. 2, 17.
  •  
    Voir lettre 149.
  •  
    Voir lettre 81.
  •  
    Allusion au rituel du sacrifice d'après Lev. 3, 9, sans citation exacte.
  •  
    Allusion aux écuries d'Augias ? Le mot stercus est fréquent dans la bible mais pas avec emundare.
  •  
    D'après Matth. 12, 44-45 et Luc. 11, 25-26.
  •  
    Paraphrase de foedus humor, Lev. 15, 3.
  •  
    II Tim. 4, 2.
  •  
    Gen. 4, 19-24.
  •  
    Ranulfe, dit Flambard. Orderic Vital, l. 8, ch. 8 et l. 10, ch. 2, 8, 18, 31, éd. A. Le Prévost, t. 3, p. 310-313 et t. 4, p. 12, 54, 107-116, 273) et Guillaume de Malmesbury, livre 4, évoquent ce personnage à la sinistre réputation. L'essentiel de sa carrière est résumé par L. Merlet, Lettres, p. 286. Chapelain de Guillaume le Roux, qui le fit grand trésorier et grand justicier, il fut successivement doyen de la collégiale de Twinham (1088), abbé de Winchester, chargé en 1090 de l'administration de l'archevêché de Cantorbéry et en 1091 de celui de Lincoln. Il commit et fit commettre nombre d'exactions, pillages, extorsions dans le royaume anglais. Nommé évêque de Durham le 29 mai 1099 il le resta jusqu'en 1128. Fait prisonnier à la mort de Guillaume le Roux, il s'échappa et se réfugia en Normandie où il gagna les faveurs de Robert Courteheuse. Il fit nommer en août 1101 son frère Foucher à l'évêché de Lisieux et à sa mort fit donner l'évêché à son fils encore enfant, voir lettres 149, 154, 157. Pascal II le condamne en avril 1102 dans une lettre à Anselme de Cantorbéry, l. 74, PL 163, col. 93-94 : Ranulphi episcopi causam...indiscussam praeterire non patimur. Ejus enim facinora gravissima ad sedem apostolicam, multorum sunt relatione perlata etc. Eadmer, Histoire des temps nouveaux, cite l'évêque de Durham sans commentaire particulier, L'œuvre d'Anselme de Cantorbéry, éd. H. Rochais, t. 9, p. 198.

  •  
    Avranches, BM 243, 84v-85
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 58rv
  •  
    Troyes, BM 1924, 122rv
  •  
    Auxerre, BM 69, 61

  •  

    À Guillaume, par la grâce de Dieu archevêque de Rouen, et à Gilbert, évêque d'Évreux, Yves, humble ministre de l'Église de Chartres, abonder en esprit de conseil et de courage.

    Puisque vous avez commencé à vous dresser pour la maison de Dieu et à élever un mur pour la maison d'Israël, votre sollicitude doit veiller avec le plus grand soin à ce que la poêle qui a commencé à chauffer ne cède à aucun feu grâce à la résistence du fer, mais à ce que le zèle de la maison de Dieu et l'amour de son honneur s'enflamment de jour en jour de plus en plus vivement dans vos esprits. Je rappelle ceci à votre sainteté pour que vous vous appliquiez à terminer par une meilleure fin ce que vous avez bien commencé pour l'Église de Lisieux, de manière à immoler la queue de la victime avec la tête. Nous avons appris en effet et nous déplorons que les fumiers, qui avaient été nettoyés dans ladite maison de Dieu par votre travail, soient revenus dans la même maison, avec la multiplication du nombre d'esprits mauvais, et que cette maison soit infectée d'une erreur plus grave qu'auparavant. Si vous ne châtiez pas comme il convient l'injure faite à la maison de Dieu, si vous ne la corrigez pas en raison du rôle qui vous revient, nous sommes certain que, lorsque cette rumeur honteuse et fétide aura frappé les oreilles apostoliques, soit par notre relation soit par celle de quelqu'un d'autre, les anciennes affaires négligées ne seront pas pardonnées et celles-ci seront jugées lourdement.

    C'est pourquoi, pendant qu'il est temps, nous prévenons votre dilection pour que vous puissiez en son temps, le front haut, justifier votre réputation et frapper en votre faveur, à temps et à contre-temps, les oreilles apostoliques. Car, puisque la bigamie charnelle a été dès l'enfance même du monde punie en Lamech, comment pourrait-elle être approuvée dans l'épouse du Christ qui est l'Église, qui tant par le sacrement que dans la vérité du sacrement doit être unie à un seul homme ? Que soit donc chassé de l'Église de Lisieux Ranulfe, évêque de Durham, pour que la bigamie ne soit pas admise, que soient chassés ses enfants, pour que l'hérésie des néophytes soit extirpée. Nous nous adressons à des gens qui n'ignorent pas la loi mais nous vous conseillons dans la charité de veiller à votre honorabilité et à l'utilité de l'Église. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 21091 (yves-de-chartres-153), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/21091 (mise à jour : 21/09/2017).