« yves-de-chartres-152 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Léger, archevêque de Bourges

  •  
    après 1090 - avant 1116

  •  
    n.c.

  •  
    Lettre

  •  

    Leodogario, venerabili Bituricensium archiepiscopo(1), Ivo, humilis Ecclesiae Carnotensis minister, salutem et servitium.

    Quoniam speculatores domui Israel positi sumus(2), in alto positi magis a circumstantibus et longe positis inspicimur et discutimur quam si in loco humili positi(3) nostrae tantum saluti et privatis utilitatibus nostris sollicitudinem nostram impendere studeremus. Unde oportet ut in omnibus dispensationibus nostris simpliciter incedamus et scandala fratrum prae caeteris cavere procuremus(4). Si enim, sicut Apostolus monet(5), « bonum » nos oportet habere « testimonium ab his qui foris sunt », quanto magis ab his qui domesticam conversationem nostram sciunt et quibus voluerint revelare pudenda nostra magis quam velare(6), in aliquo a nobis offensi, parati sunt ?

    Quod ideo dilectioni vestrae commemoro ut injurias domni Hugonis Maidunensis(7), sicut ipse dicit, hactenus neglectas, zelo paternae dilectionis attendatis et quod verbo vel(a) lingua corrigi non potest severitatis baculo feriatis. Nec enim decet honestatem vestram esse oblitam qualiter vobis, sicut ipse commemorat, in omnibus necessitatibus vestris adjutor et propugnator adstiterit, qualiter de incommodis vestris sicut de suis doluerit, ne ingratum fuisse beneficiis ejus vobis forsitan sit incommodum et aliis in exemplum. Charitate itaque suadente, excellentiam vestram moneo ut quod hactenus erga nobilem virum minus sollicite fecistis de caetero diligentius implere studeatis ne, si ad majorem audientiam clamor ejus pervenerit, et famae vestrae incurratis dispendium et rerum vestrarum non sine corporis vestri vexatione detrimentum. Valete.


  •  
    nec TAu.

  •  
    Léger, archevêque de Bourges de 1097 au 31 mars 1120. Ami de Robert d'Arbrissel, dont il a fait l'oraison funèbre, J. Dalarun, Les deux vies de Robert d'Arbrissel, Supplementum historiae vitae Roberti, p. 244-257 et passim. Il fut enterré au prieuré fontevriste d'Orsan. G. Devailly, Le Berry du XIIesiècle au milieu du XIIIe, p. 255, 277, 284, 490, 499. J. Dalarun, L'impossible sainteté, p. 159-176 et passim.
  •  
    Ez. 3, 17.
  •  
    La quadruple répétition de positi, conservée dans la traduction, est-elle négligence ou recherche stylistique ? L'idée que plus les hommes sont en vue, plus ils ont de responsabilités est développée dans la lettre de Marbode de Rennes à Robert d'Arbrissel, § 3 et 22, op. cit. note supra, p. 529, 547.
  •  
    Sur la peur du scandale, voir lettres 73, 85, etc.
  •  
    I Tim. 3, 7.
  •  
    Allusion à Noé et Cham, voir lettre 83.
  •  
    Meung-sur-Loire, cne et cant., arr. Orléans, Loiret. Les seigneurs de Meung dépendaient de l'évêque d'Orléans et possédaient en communauté avec lui le château de Meung. Hugues a succédé à Léon qui avait voulu en 1103 enlever à l'Église d'Orléans la majeure partie de ce château et avait été maté par Louis VI. Il laissa la vie au cours de cette attaque, Suger, Vie de Louis VI, éd. Waquet, p. 29,.A. Fliche, Philippe Ier, p. 325. L'affaire rapportée dans cette lettre concerne d'autres possessions puisqu'elles sont situées dans le diocèse de Bourges.

  •  
    Avranches, BM 243, 84rv
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 58
  •  
    Troyes, BM 1924, 121v
  •  
    Auxerre, BM 69, 60rv

  •  

    À Léger, vénérable archevêque des Bituriges, Yves, humble ministre de l'Église de Chartres, salut et service.

    Puisque nous avons été placés en observateurs pour la maison d'Israël, placés sur la hauteur nous sommes davantage observés et examinés par ceux qui nous entourent et qui sont placés au loin que si, placés en un lieu sans élévation, nous nous appliquions à consacrer notre sollicitude seulement à notre salut et à nos intérêts privés. Aussi faut-il que nous avancions avec simplicité dans toutes nos dispositions et que nous veillions avant toute chose à prendre garde aux scandales pour nos frères. Si en effet, comme l'Apôtre en avertit, il faut que nous ayons « un bon témoignage de la part de ceux qui sont à l'extérieur », combien plus de la part de ceux qui connaissent notre vie privée et sont prêts, si nous les choquons en quelque chose, à dévoiler à qui ils veulent nos parties honteuses plutôt qu'à les cacher.

    Je rappelle ces points à votre dilection pour que vous prêtiez attention, avec le zèle de votre affection paternelle, aux injustices subies par le seigneur Hugues de Meung, jusqu'ici négligées à ce qu'il dit, et pour que ce qui ne peut être corrigé par le verbe ou la langue vous le frappiez avec le bâton de la sévérité. Car il ne convient pas que votre honnêteté oublie combien dans tous vos besoins il vous a été, comme il le rappelle lui-même, un soutien et un défenseur, combien il s'est affligé de tous vos dommages comme des siens, de peur que l'ingratitude envers ses bienfaits ne soit peut-être pour vous un dommage et pour d'autres un exemple. C'est pourquoi la charité me persuade de conseiller à votre excellence de s'appliquer à l'avenir à remplir avec plus de diligence ce que jusqu'ici vous avez fait avec trop peu de zèle à l'égard d'un homme noble, de peur que, si sa plainte en venait à être plus largement entendue, vous n'encourriez une perte de votre réputation et un préjudice pour vos biens, non sans désagrément pour votre corps. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 21089 (yves-de-chartres-152), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/21089 (mise à jour : 21/09/2017).