« yves-de-chartres-133 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Richard, évêque d'Albano

  •  
    après 1102 - avant 1104

  •  
    [1102-1104]

  •  
    Lettre

  •  

    Ricardo(a), Dei gratia Albanensium(b) episcopo et sanctae Ecclesiae Romanae legato(1), Ivo, humilis Carnotensis Ecclesiae minister, bene valere et non omni spiritui credere(2).

    Sciens quia « meliora sunt vulnera diligentis quam fraudulenta oscula blandientis(3) » et illud Psalmographi : « Corripiet me justus in misericordia et increpabit me(4) », caustica(5) verba vestra, quantum pertinet ad simplicitatem intentionis vestrae, aequanimiter accepi ; sed duplicitatem falsorum fratrum qui, quasi quibusdam latrociniis noctis(6), falsa pro veris sollicitudini vestrae suggerunt graviter animadverti, quorum falsitas cito patebit cum luce veritatis reverberata in publicum(c) prodire non audebit. Horum sunt quidam qui infamiam suam non aliter se posse velare arbitrantur nisi famam bonorum laedere et vasa sincera incrustare(7) moliantur, qui alia de causa simoniam non reprehendunt nisi quia simoniaci esse non possunt, cum alii aliqui in Ecclesia assequuntur quod isti, praepedientibus quibusdam incursionibus, assequi non merentur. Qui(d) si oculos mentis in se reflecterent, praeter simoniam multa in se tam facinora quam flagitia merito reprehenderent ut patenter eis dici possit illud Apostoli : « In quo alterum judicas, teipsum condemnas ; eadem enim agis quae judicas(8). »

    Nec ista dico quod conscientiam meam aliquando(e) tali scelere contaminatam intelligam ; sed miror cur hoc solum vel in sola Carnotensi Ecclesia reprehenditur(9), cum et hoc et multa alia mala(f) aeque damnabilia in omni pene Gallicana Ecclesia dominentur. Quod autem vobis suggestum est simoniacam haeresim me permittente in Ecclesia Carnotensi publice dominari omnino veritate caret, quia hoc malum ab initio clericatus mei semper exhorrui et, postquam ad episcopatum veni, quantum Deo donante praevalui, in superficie resecavi(10) ; quod manifestum fieret, si pace confratrum et coepiscoporum nostrorum fieri posset in quorum Ecclesiis multae malae consuetudines adhuc caput erigunt, quae temporibus nostri sacerdotii Deo auxiliante in Ecclesia Carnotensi sopitae sunt(11). Si qua(g) autem adhuc sunt quae pro consuetudine antiqua publice exigant decanus et cantor et alii ministri ab his qui canonici fiunt, me contradicente et persequente, Romanae Ecclesiae consuetudine se defendunt, in qua dicunt cubicularios et ministros sacri palatii multa exigere a consecratis episcopis vel abbatibus, quae oblationis vel benedictionis nomine palliantur(12), cum nec calamus nec charta(13) gratis ibi, ut aiunt, habeatur ; et hoc quasi lapide conterunt frontem meam(14), cum non habeam quid respondeam, nisi evangelicum illud(15) : « Quae dicunt(h) servate et facite », sed si id faciunt, «  secundum opera eorum nolite facere. »

    Si autem hanc pestem radicitus evellere(16) non valeo, non tantum invalitudini meae hoc imputandum est, quia ad hoc ab origine nascentis Ecclesiae Romana Ecclesia laboravit(17) nec a gremio etiam suo tales sua quaerentes(18) penitus praevaluit eliminare. Nec in diebus malis(19) regnare desinet cupiditas donec, finito mundi termino, pacatum regnum accipiat charitas. Interim autem, ut verbis Augustini utar(20) : « Quantumlibet(i) vigilet disciplina domus meae, homo sum et inter homines vivo ; nec mihi arrogare audeo ut domus mea melior sit quam arca Noe, ubi tantum(j) inter octo homines reprobus unus derisor patris inventus est(21) ; aut melior sit quam domus Abrahae, ubi dictum est : “Ejice ancillam et filium ejus(22)”; aut melior sit quam domus Isaac, cui de duobus geminis dictum est : “Jacob dilexi, Esau autem odio habui(23).” » Et, ut ad Christiana tempora veniam, semper patitur Christus in membris suis Judam proditorem, Ecclesia Nicolaum fornicationis laudatorem(24), Simonem lucrorum sacrilegorum sectatorem et, ut universaliter dicam, semper abundabit(k) palea donec ventiletur area(25).

    Si qua tamen talia in auribus nostris judiciario ordine publicantur(26), si certis(l) documentis approbantur, conservato quidem legum tramite(27) inulta praeterire non patimur. Incerta autem aeterni Judicis tribunalibus judicanda reservamus, scientes quia « qui non habet potestatem reum condemnare vel non potest comprobare immunis est(28). » Intelligant igitur conservi vestri, viventes in diebus malis(29) sicut et nos, quibus nondum revelata sunt abscondita tenebrarum et manifesta(m) consilia cordium(30), sicut nec nobis, ex imperfectione sua imperfectionem nostram neque festinent incerta judicare(31). Sed si forsitan ad ligna caedenda simpliciter incedunt, videant ne per immoderatum ictum ferrum de manubrio fugiat et aliquem de filiis prophetarum occidat(32).

    De caetero notum facio sollicitudini vestrae suspectum vos esse clericis Carnotensis Ecclesiae, quod eos Blesim invitastis ad recipiendum pro emunitate claustri Carnotensis judicium(33), ubi dicunt se timere vim temerariae multitudinis, cum clientela comitissae praecipuam ibi habeat potestatem, quae statutum Carnotensis Ecclesiae de non admittendis ad clerum libertis(34) adversus suam factum esse conqueritur honestatem. Quapropter oportet libertatem religionis vestrae ita in medio stare ut non videamini in judicio parvipendere personam pauperis et honorare vultum potentis(35). Nec ista dico quod aliquid mali suspicer ex parte comitissae, sed quia debitor sum honestati Romanae Ecclesiae, quantum ad parvitatem meam pertinet(36), providere. Cujus si non honoro missum, non videor honorare mittentem. Valete.


  •  
    Richardo MTAu 
  •  
    Albanensi AMTAu 
  •  
    reverberabitur et in lucem éd.
  •  
    quod Au éd
  •  
    om. AMTAu 
  •  
    om.éd.
  •  
    sed quia MAu 
  •  
    quae dicunt om.
  •  
    quantum AMTAu 
  •  
    ubi tamen AMT, ubi tantum Au 
  •  
    abundat ATAu 
  •  
    cunctis TAu 
  •  
    manifestata M.

  •  
    Richard, évêque d'Albano (1096-1113), légat de 1102 à 1104 ; il a présidé les conciles de Troyes, avril 1104, et de Beaugency, juillet 1104, consacrés à l'absolution du roi Philippe Ier. Voir lettres 84, 109, 127.
  •  
    I Joh. 4, 1. Voir aussi lettre 88.
  •  
    Prov. 27, 6, avec odientis au lieu de blandientis.
  •  
    Ps. 140, 5.
  •  
    Même adjectif lettre 277.
  •  
    D'après Abdias 1, 5. Même expression lettre 219.
  •  
    Horace, Satires, livre 1, satire 3, vers 56, vas incrustare.
  •  
    Rom. 2, 1. Voir lettre 125.
  •  
    Le moine André, dans la Vie de Robert d'Arbrissel, signale l'intervention de Robert qui prouve qu'en 1116, sous l'évêque suivant, Geoffroy de Lèves (1116-1149), le problème de la simonie dans l'Église de Chartres n'était pas totalement réglé. J. Dalarun, L'impossible sainteté, § 16, 6-7, p. 272 et Les deux vies de Robert d'Arbrissel, p. 218-221.
  •  
    Le serment d'investiture demandé aux chanoines, cité par J.-B. Souchet, PL 162, col. 463, sans source, prouve cette vigilance. La métaphore employée habituellement suggère plutôt de couper les racines.
  •  
    Sur les mauvaises coutumes, voir lettre 117. Une bulle de Callixte II adressée à l'évêque Geoffroy, datée du 2 novembre 1119, citée par J.-B. Souchet, ibid. (lettre 46, PL 163, col. 1137), revient sur le problème des doyens et chantres évoqué dans la phrase suivante, preuve que l'affaire perdure.
  •  
    Augustin, Enarratio in Psalmos 48, sermo 2, 1, palliatur nomine christiano, CCSL 38, p. 565.
  •  
    Inspiré de Cicéron ? Calamo et atramento temperato, charta etiam dentata res agetur, Ad Quintum Fratrem, 2.15.1.
  •  
    Allusion à Goliath, I Sam. 17, 49-50.
  •  
    Matth. 23, 3.
  •  
    Expression traditionnelle dans les textes grégoriens pour évoquer la simonie.
  •  
    Épisode de Simon le Magicien, Act. 8, 9.
  •  
    I Cor. 13, 5.
  •  
    Ps. 93, 13.
  •  
    Augustin, lettre 78 aux frères d'Hippone, c. 8, CCSL 31A, p. 90 (PL 33, 272), Yves, Trip. II, 50, 37, 38 (Gratien, D. 47, 9).
  •  
    Gen. 9, 22-23.
  •  
    Gen. 21, 10.
  •  
    Mal. 1, 2-3.
  •  
    Le terme d'hérésie nicolaïte, hérésie généralement accompagnée chez les réformateurs grégoriens de l'hérésie simoniaque, est employé pour stigmatiser les infractions à la loi du célibat des prêtres. Voir Dictionnaire historique de la papauté, p. 1159-1161. Elle est définie par Isidore de Séville, Étymologies 8, c. 5. Condamnée par Grégoire VII, Urbain II, elle fut encore condamnée au concile de Latran I et la lutte se poursuivit durant tout le moyen âge.
  •  
    Is. 30, 24.
  •  
    Ordinem judicarium manifesta non desiderat causa, Étienne V, ep. Leoni ep. Thianensi, 887. Yves, Décret 6, 431 ; Panormie 4, 117 (Gratien 2, 1, 17). Ordo judiciarius, voir lettre 138.
  •  
    Trames legis, legum, justitiae, expressions canoniques, voir lettre 169.
  •  
    La citation n'est pas dans le Décret d'Yves. Voir Gratien, 23, 4, 31, sentence attribuée faussement à Ambroise, Super primam epistolam ad Corinthios, c. 5. Voir aussi lettre 186. On trouve une idée similaire dans Symmaque, 4e synode de Rome de 501, Fausses décrétales, éd. Hinschius, p. 664. Anselme de Lucques, 3, 102 (Gratien, dictum post D. 17, 6).
  •  
    Ps. 94, 13.
  •  
    D'après I Cor. 4, 5.
  •  
    La prudence dans le jugement est sans cesse rappelée en droit canonique, voir lettre 71.
  •  
    Deut. 19, 5. Grégoire le Grand,Moralia in Job, 10, 9.
  •  
    Voir lettre 127.
  •  
    Problème soulevé dans la lettre 126. Le terme libertus n'y était pas employé, il y avait vulgo nati.
  •  
    D'après Lev. 19, 15.
  •  
    Même expression lettre 92.

  •  
    Avranches, BM 243, 77-78
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 52v-53
  •  
    Troyes, BM 1924, 104-105
  •  
    Auxerre, BM 69, 50-51v

  •  

    À Richard, par la grâce de Dieu évêque des Albains et légat de la sainte Église romaine, Yves, humble ministre de l'Église de Chartres, se bien porter et ne pas se fier à n'importe quel esprit.

    Sachant que « les blessures de l'ami sont meilleures que les baisers trompeurs du flatteur » et que selon ce mot du Psalmiste : « Le juste me blâmera dans la miséricorde et m'invectivera », j'ai accueilli d'une âme égale vos paroles caustiques, dans la mesure où cela tient à la simplicité de votre intention ; mais j'ai remarqué avec peine la duplicité des faux frères qui, comme pour des brigandages de nuit, suggèrent à votre sollicitude le faux à la place du vrai et dont la fausseté se dévoilera vite quand, réfléchie par la lumière de la vérité, elle n'osera pas se produire en public. Parmi eux, il y en a qui pensent ne pas pouvoir voiler leur infamie autrement qu'en s'efforçant de porter préjudice à la réputation des gens de bien et de salir les vases propres et qui ne critiquent pas la simonie pour d'autres raisons que parce qu'ils ne peuvent être simoniaques, quand d'autres parviennent à obtenir dans l'Église ce qu'eux-mêmes, empêchés par certaines violences, ne méritent pas d'obtenir. Et s'ils tournaient vers eux les yeux de l'esprit, outre la simonie, ils se reprocheraient à juste titre autant de forfaits que d'opprobres, si bien qu'on peut d'évidence dire à leur sujet cette parole de l'Apôtre : « En jugeant autrui, tu te condamnes toi-même ; car tu fais les mêmes choses que celles que tu juges. »

    Et je ne dis pas cela parce que je reconnaîtrais que ma conscience a un jour été contaminée par un tel crime ; mais je me demande avec étonnement pourquoi on critique seulement cela et dans la seule Église de Chartres, alors que ces maux et beaucoup d'autres également condamnables règnent en maîtres dans presque toute l'Église de Gaule. Or s'il vous a été suggéré que l'hérésie simoniaque règne publiquement dans l'Église de Chartres avec ma permission, c'est tout à fait privé de vérité, parce que j'ai toujours abhorré ce mal depuis le début de ma cléricature et, après être arrivé à l'épiscopat, autant que j'en ai eu la force avec le don de Dieu, je l'ai coupé au pied ; ce qui deviendrait manifeste si cela pouvait se faire en préservant la paix entre nos confrères et collègues évêques, dans les Églises de qui beaucoup de mauvaises coutumes dressent encore la tête, coutumes qui, depuis l'époque de notre sacerdoce, ont été anéanties dans l'Église de Chartres avec l'aide de Dieu. Et s'il en existe encore quelques-unes qu'exigent publiquement, selon une antique coutume, le doyen et le chantre ainsi que d'autres ministres de la part de ceux qui deviennent chanoines, malgré mon opposition et mon obstination, ils se défendent par la coutume de l'Église romaine où ils disent que les camériers et les ministres du sacré palais exigent des évêques ou des abbés consacrés beaucoup de choses qui sont dissimulées sous le nom d'offrande ou de bénédiction, puisque là, disent-ils, on n'obtient gratuitement ni calame ni papier ; et ils m'en broient le front comme avec une pierre, alors que je n'ai rien à répondre, sauf cette parole de l'Évangile : « Ce qu'ils disent, observez-le et faites-le » ; mais, s'ils agissent ainsi, « n'agissez pas selon leurs œuvres. »

    Si je ne peux pas éradiquer cette peste à fond, cela ne doit pas être imputé seulement à ma faiblesse, puisque l'Église romaine s'y est appliquée depuis l'origine de l'Église naissante et qu'elle n'a pas réussi à éliminer totalement de son sein même de telles personnes à la recherche de leur intérêt. Et en ces jours mauvais la cupidité ne cessera de régner jusqu'à ce que, le terme du monde étant arrivé, la charité reçoive un royaume apaisé. En attendant, pour user des termes d'Augustin : « Quelle que soit la discipline qui veille dans ma maison, je suis homme et je vis parmi les hommes ; et je n'ose me flatter que ma maison soit meilleure que l'arche de Noé où, parmi seulement huit hommes, il s'en est trouvé un pour tourner son père en dérision ; ou meilleure que la maison d'Abraham, où il a été dit : “Rejette la servante et son fils” ; ou meilleure que la maison d'Isaac, à qui il a été dit à propos des deux jumeaux : “J'ai aimé Jacob mais j'ai eu Esaü en aversion”. » Et, pour en venir aux époques chrétiennes, le Christ supporte toujours en ses membres le traître Judas, l'Église supporte Nicolas qui approuve la fornication, Simon qui recherche les profits sacrilèges et, pour parler en général, la paille abondera toujours jusqu'à ce que l'aire soit ventilée.

    Si cependant de telles choses sont publiées à nos oreilles par un ordre judiciaire, si elles sont confirmées par des preuves certaines, nous ne supportons pas, tout en observant assurément le chemin des lois, qu'elles continuent à être impunies. Quant aux jugements incertains, nous les réservons aux tribunaux du Juge éternel, sachant que celui qui n'a pas le pouvoir de condamner un accusé ou qui ne peut pas prouver sa culpabilité est exempt de responsabilité. Donc que vos compagnons dans le service, qui vivent comme nous dans des jours mauvais et à qui, pas plus qu'à nous, n'ont pas encore été révélés les secrets des ténèbres et n'ont pas été manifestés les conseils des cœurs, comprennent notre imperfection d'après la leur et ne se hâtent pas de juger des choses incertaines. Mais s'il leur arrive de couper simplement du bois, qu'ils veillent à ne pas laisser échapper le fer de son manche par un coup intempestif et à ne pas tuer un des fils des prophètes.

    En outre, je fais savoir à votre sollicitude que les clercs de l'Église de Chartres se méfient de vous parce que, pour prononcer le jugement concernant l'immunité du cloître de Chartres, vous les avez invités à Blois, où ils disent qu'ils craignent la violence d'une foule téméraire, étant donné que les gens de la comtesse y ont un pouvoir tout particulier, elle qui se plaint que c'est contre son honorabilité qu'a été fait le statut de l'Église de Chartres décidant de ne pas admettre les affranchis au rang de clercs. C'est pourquoi il faut que votre libre décision religieuse se tienne dans un juste milieu, de sorte que dans ce jugement on ne vous voie pas faire peu de cas de la personne du pauvre et honorer la face du puissant. Et je ne dis pas cela parce que je soupçonne quelque chose de mal de la part de la comtesse, mais parce que je suis tenu de veiller à l'honorabilité de l'Église romaine, dans la mesure où cela concerne ma petitesse. Et si je n'honore pas son messager, je ne parais pas honorer celui qui l'envoie. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 21070 (yves-de-chartres-133), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/21070 (mise à jour : 21/09/2017).