« yves-de-chartres-130 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Mathilde, vicomtesse de Blois

  •  
    après 1102 - avant 1105

  •  
    [après 1102-avant 1105]

  •  
    Lettre

  •  

    Ivo, Dei gratia humilis Ecclesiae Carnotensis episcopus, Mathildi, Blesensi vicecomitissae(1), salutem.

    Quoniam tibi et omnibus quos in Deum vel propter Deum diligimus salubria monita vel praecepta dare debemus, monemus et praecipimus per legem Christianam ut conjugium quod cum comite Vindocinensi te inituram pepigisti usque ad legitimam discussionem differas et bonam aestimationem quam hactenus habuisti non amittas. Quod si aliter praesumpseris, et excommunicationi subjacebis, et perdes res tuas quas pro hoc conjugio distraxeris. Dicunt enim communes consanguinei Vindocinensis comitis et Roberti vicecomitis, mariti tui defuncti, quia consanguinei fuerunt comes Vindocinensis et Robertus maritus tuus, eo gradu quo litterae comiti missae demonstrant et probare parati sunt. De qua re statuam tibi et comiti diem et locum, cum ad me propter hoc nuntios vestros miseritis. Ordo autem parentelae supra scriptus est(2). Vale.


  •  
    Voir lettre précédente. Malgré les mises en garde d'Yves, le mariage eut lieu en 1105.
  •  
    Il s'agit d'un renvoi à la lettre précédente ; cette phrase a dû été intégrée au texte de la lettre lors de l'élaboration du recueil. Rien ne la distingue du texte dans les manuscrits où la lettre précédente est bien celle adressée au comte Geoffroy : Chartres, Montpellier, ms de la PL, Avranches, Troyes, fol. 19v. En revanche elle est absente des manuscrits où les deux lettres ne se suivent pas : Auxerre, Troyes, folio 103 (la lettre est copiée à deux endroits).

  •  
    Avranches, BM 243, 76v-77
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 52
  •  
    Troyes, BM 1924, 19v et 103v
  •  
    Auxerre, BM 69, 49v-50

  •  

    Yves, par la grâce de Dieu humble évêque de Chartres, à Mathilde, vicomtesse de Blois, salut.

    Puisque nous devons donner des avertissements ou des préceptes salutaires à toi et à tous ceux que nous aimons en Dieu ou à cause de Dieu, nous t'avertissons et te prescrivons selon la loi chrétienne de différer jusqu'à une enquête légitime le mariage que tu as convenu de contracter avec le comte de Vendôme et de ne pas perdre la bonne réputation que tu as eue jusqu'à maintenant. Si tu as la présomption d'agir autrement, tu seras soumise à l'excommunication et tu perdras tes biens que tu auras distraits pour ce mariage. En effet les parents communs du comte de Vendôme et du vicomte Robert, ton défunt mari, disent que le comte de Vendôme et ton mari Robert étaient parents à un degré que démontrent les lettres envoyées au comte, et ils sont prêts à le prouver. Je vous assignerai à ce sujet un jour et un lieu, à toi et au comte, quand vous aurez envoyé vos messagers pour cette affaire. Or l'ordre de la parentèle a été écrit ci-dessus. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 21067 (yves-de-chartres-130), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/21067 (mise à jour : 21/09/2017).