« yves-de-chartres-112 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Foulques, doyen de Paris

  •  
    circa 1102

  •  
    [1102]

  •  
    Lettre

  •  

    Ivo, humilis Ecclesiae Carnotensis minister, Fulconi, Parisiensis Ecclesiae decano(1), et clero sibi commisso, dilectionem et salutem.

    Quoniam omnis injuria ecclesiastica quae admonitione non corrigitur anathemate plectenda est, si ancillam Ecclesiae vestrae adversus dominos suos calcitrantem excommunicastis, quod vestri juris erat fecistis, maxime cum dominorum potestatem in servos suos illibatam debere esse lex constituat(a) nec cuiquam(b) hominum jus suum detrahi posse permittat(2). Quod autem ex consuetudine Ecclesiae vestrae hoc vobis licere absque alterius personae interpellatione asseritis ; non est haec solius Parisiensis Ecclesiae consuetudo, sed etiam Carnotensis et aliarum Ecclesiarum quibus episcopali auctoritate excommunicandi jus concessum est. Unde non aliud sanius consilium vobis dare possumus quam ut consuetudinem fortiter teneatis, a qua si semel cesseritis non ad arbitrium vestrum recuperare valebitis(3).

    De caetero culpo dilectionem vestram quod Paganum(4), a nobis canonice excommunicatum et apostolica auctoritate exigentibus culpis suis in infamiam pulsum, in communionem recipitis, et Hugonem Puteacensem(5) similiter, quod a nobis fieri de vestris excommunicatis manifeste culparetis. Monemus(c) itaque ut de caetero quam a nobis justitiam in necessitate vestra vobis fieri velletis eamdem nobis in nostra necessitate faciatis, ne, si vos negligentes invenerimus in nostris, et nos similes inveniamur in vestris. Et, ut hoc apostolica auctoritate fieri debere sciatis, litteras domni papae(6) quas misit Senonensi Ecclesiae et Aurelianensi et Parisiensi interim vobis transmitto, quas jam bullatas domnus metropolitanus accepit. Valete.


  •  
    statuat T 
  •  
    cui numquam A 
  •  
    moneo éd.

  •  
    Doyen vers 1090, il succède à la fin de 1102 à Guillaume de Montfort sur le siège épiscopal de Paris. Cette lettre est donc antérieure à cette date. Son élection fut contestée et il ne fut peut-être jamais installé. Il mourut en 1104. Voir aussi lettres 103, 138, 164.
  •  
    Justinien, Institutes, 1, 8, § 2. Yves, Décret 16, 76 et 186.
  •  
    Diuturni mores consensu utentium approbati legem imitantur, Institutes, 1, 2, § 9. Panormie 2, 160. Sur les rapports coutume/loi, autres textes dans Yves, Décret 4, 223 ; Panormie 2, 155 (Gratien, D. 12). Voir aussi lettre 184.
  •  
    Voir lettres 100, 114, 124.
  •  
    Voir lettre 79.
  •  
    Lettre non conservée.

  •  
    Avranches, BM 243, 72
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 48v
  •  
    Troyes, BM 1924, 100rv
  •  
    Auxerre, BM 69, 47v

  •  

    Yves, humble ministre de l'Église de Chartres, à Foulques, doyen de l'Église de Paris, et au clergé qui lui est confié, affection et salut.

    Puisque toute injustice contre l'Église qui n'est pas corrigée par un avertissement doit être frappée d'anathème, si vous avez excommunié la servante de votre Église qui regimbait contre ses maîtres, vous avez fait ce qui était de votre droit, surtout que la loi décide que le pouvoir des maîtres sur leurs esclaves doit être entier et qu'elle ne permet à aucun homme de pouvoir être dessaisi de son droit. Et vous assurez que, selon la coutume de votre Église, cela vous est permis sans que l'autre personne n'engage de poursuite judiciaire ; cette coutume n'est pas seulement celle de l'Église de Paris mais c'est aussi celle de Chartres et d'autres Églises où a été concédé à l'autorité épiscopale le droit d'excommunier. Aussi ne pouvons-nous vous donner de conseil plus sain que celui de vous en tenir solidement à la coutume que vous ne pourrez rétablir selon votre volonté si vous vous en écartez une seule fois.

    Par ailleurs, je blâme votre dilection d'avoir admis à la communion Païen, que nous avions excommunié selon les lois ecclésiastiques et que l'autorité apostolique avait frappé d'infamie comme ses fautes l'exigeaient, de même qu'Hugues du Puiset, action que vous blâmeriez manifestement si nous la faisions à l'égard de vos excommuniés. C'est pourquoi je vous conseille à l'avenir d'accomplir pour nous dans nos besoins la même justice que vous voudriez nous voir accomplir pour vous dans vos besoins, de peur que, si nous vous trouvons négligent dans les nôtres, nous aussi nous soyons trouvé tel dans les vôtres. Et pour que vous sachiez que c'est selon l'autorité apostolique que cela doit se faire, je vous transmets en attendant la lettre que le seigneur pape a envoyée aux Églises de Sens, Orléans et Paris, et que le seigneur métropolitain a déjà reçue munie de sa bulle. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 21049 (yves-de-chartres-112), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/21049 (mise à jour : 21/09/2017).