« yves-de-chartres-105 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Pascal 2, pape

  •  
    après 1090 - avant 1116

  •  
    n.c.

  •  
    Lettre

  •  

    Paschali, summo pontifici, Ivo, humilis Carnotensis Ecclesiae minister, spiritu fortitudinis(1) abundare.

    De tribulatione qua vexatur a filiis alienis Belvacensis Ecclesia et de regis Francorum in flagitio suo sacrae religioni perniciosa et ignominiosa pertinacia, nihil apertius et nihil vestrae auctoritati utilius et honestius scribere vel dicere possum quam scripsi(2), praeter quod sacramentum sacris canonibus et omni religioni obvium per quemdam servientem suum, ad suggestionem Drogonis cantoris(3) qui omni religioni, quantum praevalet, adversatur, dari fecit quod Galo(a) in vita ejus numquam futurus esset Belvacensis episcopus(4). Qua in re prudentiam vestram muniri oportet spiritu fortitudinis, quia, si tali sacramento annullari potest canonica electio, nulla ulterius in regno Francorum futura est nisi aut simoniaca aut violenta intrusio.

    Quod si sanctitati vestrae objicitur regem non oportere cogi ad perjurium(5), recordari potestis quid dicat beatus Ambrosius libro primo De officiis. Dicit enim(6) : « Est nonnumquam contra officium promissum custodire sacramentum, ut Herodes qui juravit quoniam quidquid petiturus esset daret filiae Herodiadis et necem Johannis concessit(b) ne promissum negaret. » Dicit etiam Augustinus in sermone quem fecit in decollatione Johannis Baptistae(7) : « Video David, hominem pium, sanctum, in jurationem temerariam incidisse(c) et maluisse non facere quod juraverat quam jurationem suam fuso sanguine hominis implere. » Item(8) : « Juravit David temere, sed non implevit jurationem majori pietate. De duobus peccatis elegit minimum. » Item Ambrosius in libro tertio De officiis(9) : « Plerique saepe se constringunt jurisjurandi sacramento et, cum ipsi cognoverint promittendum non fuisse, sacramenti tamen contemplatione faciunt quod spoponderunt, sicut de Herode supra scripsimus. Quanto tolerabilius fuisset tale perjurium sacramento, si tamen perjurium dici posset quod eviratus(d) inter saltantium choros promiserat ? » Item Hieronymus, Super Jeremiam libro primo(10) : « Animadvertendum quod jusjurandum hos habeat comites, veritatem, judicium atque justitiam. Si ista defuerint, nequaquam juramentum erit, sed perjurium. » Et in actione septimae synodi legitur(11) : « Herodes observavit sacramentum et periit. Petrus negavit cum juramento et conversus flevit et salvatus est. »

    Sed quia scientibus ista loquor, non docendo sed commemorando et commonefaciendo haec dicere me arbitror. Ad summam veniam. si rex a sanctitate vestra, seu per se, seu per alios poenitentiam acceperit(e) et, ut pro certo credimus, ad vomitum reversus fuerit, qualiter me habere debeam(f) instruite et litteris praemunite. Valete.


  •  
    Gualo J 
  •  
    consensit A 
  •  
    procidisse éd. Ju
  •  
    e juratus A, ejuratus V éd.
  •  
    egerit M 
  •  
    debeatur J.

  •  
    Is. 11, 2, spiritus consilii et fortitudinis.
  •  
    Voir lettre 104.
  •  
    Drogon, chantre de l'Église de Beauvais, apparaît dans un acte du 31 décembre 1099, Recueil des chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs, éd. J. Depoin, t. 1, 1912,Archives de la France monastique, 13.
  •  
    Voir lettre 104.
  •  
    Les textes concernant le parjure sont nombreux en droit canonique, Yves, Décret, livre 12 (Gratien, C. 22), mais rien de particulier ne concerne le roi.
  •  
    Livre 1, L, 255, éd. M. Testard, Paris, 1984, t. 1, p. 219-220. La citation est exacte, il manque solvere après promissum. Yves, Décret 12, 10 ; Panormie 8, 91 (Gratien, 22, 4, 2). Mort de Jean-Baptiste, Matth. 14, 1-12.
  •  
    Augustin, Sermo 308, c. 2, PL 39, col. 1408. Yves, Décret 12, 11 ; Panormie 8, 92-93 (Gratien, 22, 4, 3 et 4). Le serment de David est relaté dans I Sam. 25, 22-35.
  •  
    Sermo 308, c. 2-3.
  •  
    Livre 3, XII, 77, éd. M. Testard, t. 2, p. 117. Yves, Décret 12, 17 ; Panormie 8, 101 (Gratien, 22, 4, 8). La citation du texte d'Ambroise est abrégée dans la lettre.
  •  
    Sur Jérémie 4, verset 2, éd. S. Reiter, CCSL 74, I, 69, p. 40. Yves, Décret 12, 22 ; Panormie 8, 123 (Gratien, 22, 2, 2). Même citation lettre 71 et Geoffroy de Vendôme, l. 189.
  •  
    Septième synode (2e concile de Nicée, 787), c. 4. Yves, Décret 12, 15 ; Panormie 8, 100 (Gratien, 22, 4, 18).

  •  
    Avranches, BM 243, 68v-69
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 46rv
  •  
    Jesus College, Q.G.5, 22v-23
  •  
    Vatican, Reg. Lat. 147, 17rv
  •  
    Troyes, BM 1924, 63v-64

  •  

    À Pascal, souverain pontife, Yves, humble ministre de l'Église de Chartres, abonder en esprit de courage.

    Au sujet de la tribulation dont souffre l'Église de Beauvais du fait de fils étrangers et de l'entêtement du roi des Francs dans son scandale, néfaste et honteux pour la sainte religion, je ne peux rien écrire ou dire à votre autorité de plus clair, rien de plus utile et de plus convenable que ce que j'ai écrit, sauf que par un de ses sergents, à la suggestion du chantre Drogon qui s'oppose autant qu'il peut à toute religion, il a fait prêter le serment, contraire aux saints canons et à toute religion, que Galon, sa vie durant, ne serait jamais évêque de Beauvais. Dans cette affaire il faut fortifier votre prudence par l'esprit de courage parce que, si une élection canonique peut être annulée par un serment de ce genre, il n'y aura plus dorénavant dans le royaume des Francs qu'intrusion ou simoniaque ou violente.

    Et si on objecte à votre sainteté qu'un roi ne doit pas être contraint à se parjurer, vous pouvez vous rappeler ce que dit le bienheureux Ambroise au livre premier des Devoirs. Il dit en effet : « Il est parfois contraire au devoir de tenir un serment qu'on a promis, comme Hérode qui a juré que, quoi qu'on lui demanderait, il le donnerait à la fille d'Hérodiade et qui accorda le meurtre de Jean pour ne pas renier sa promesse. » Augustin dit aussi dans le sermon qu'il fit sur la décollation de Jean-Baptiste : « Je vois David, homme pieux, saint, s'être engagé dans un serment téméraire et avoir préféré ne pas faire ce qu'il avait juré plutôt que tenir son serment en répandant le sang d'un homme. » Également : « David jura témérairement mais ne tint pas son serment par une piété plus grande. De deux péchés il choisit le moindre. » Ambroise aussi au livre trois des Devoirs : « Souvent la plupart des gens se lient par l'engagement d'un serment et, bien qu'ils aient pris conscience par eux-mêmes qu'il n'aurait pas fallu promettre, cependant, par considération pour le serment, ils font ce qu'ils ont promis, comme nous l'avons écrit plus haut à propos d'Hérode. Combien le parjure aurait-il été plus supportable qu'un tel serment, si toutefois on peut appeler parjure ce qu'un efféminé avait promis parmi les chœurs des danseurs ! » Et aussi Jérôme, Sur Jérémie, livre premier : « Il faut veiller à avoir en jurant ces trois compagnons, vérité, jugement et justice. S'ils manquent ce ne sera pas un serment mais un parjure. » Et dans un canon du septième synode on lit : « Hérode observa son serment et périt. Pierre renia en jurant puis, repenti, pleura et fut sauvé. »

    Mais comme j'énonce ceci à des gens savants, je considère que je le dis non pour enseigner mais pour en faire rappel et mémoire. Pour en venir à l'essentiel, si le roi reçoit la pénitence de votre sainteté soit en personne soit par d'autres et si, comme nous le croyons vraiment, il retourne à son vomissement, informez-moi de la manière dont je dois me comporter et donnez m'en confirmation par lettre. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 21042 (yves-de-chartres-105), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/21042 (mise à jour : 21/09/2017).