« yves-de-chartres-101 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Adèle de Normandie, comtesse de Chartres

  •  
    après 1090 - avant 1116

  •  
    n.c.

  •  
    Lettre

  •  

    Ivo, humilis Ecclesiae Carnotensis minister, Adelae excellenti comitissae, salutem et orationum munus.

    Audivi quod a Radulfo(1)(a) archipresbytero nostro bannum leugae(2) requiritis propter quamdam pseudomonacham cujus reculas saisivit quas apud quemdam burgensem Blesensem invenit. Unde rogamus et monemus excellentiam vestram ut hanc nobis non inferatis injuriam. Omnes enim pseudopraedicatores et pseudomonachi et pseudoclerici fornicatores, adulteri, foeneratores(3) et alii qui in christianismo offendunt, exceptis his qui poena capitali sunt puniendi, a nobis sunt distringendi et corrigendi, et ipsi et eorum res nostri juris sunt. Et haec est antiqua et inconcussa consuetudo non tantum Carnotensis Ecclesiae, sed omnium Ecclesiarum per totum regnum Galliarum. Et hoc astruere parati sumus sive in Ecclesia nostra, sive in omni Ecclesia quae canonicum super nos possit facere judicium.

    Cesset ergo a tali incoepto(b) prudentia vestra et, sicut inconcussum vultis habere principatum vestrum, sic Ecclesiam permittite habere jus suum(4). Nec obsit nobis apud excellentiam vestram, quod vos et vestra diligimus, et inviti adversum vos aliquid etiam ratione movente(c) attentamus. Sciat autem prudentia vestra quia quod fecerunt ministri vestri in praedictum archipresbyterum graviter ferimus, sed propter dilectionem vestram dissimulamus. Sed si res in pejus, quod absit !, se verterit, adhuc ab eis pro officio nostro districte exigemus. Valete.


  •  
    Gradulfo AM, Guidulfo Au 
  •  
    praecepto A 
  •  
    monente AMAu.

  •  
    Un Raoul apparaît comme chanoine en 1099 parmi les témoins de la charte d'établissement de chanoines à Saint-Jean-en Vallée, Cartulaire de Saint-Jean-en-Vallée, charte 3, et un Raoul chambrier dans la charte de fondation de l'abbaye de Tiron, Cartulaire de l'abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron, L. Merlet, Chartres, 1888, charte 1, 3 février 1114.
  •  
    La comtesse revendique l'exercice de sa juridiction, tandis que l'archiprêtre, qu'Yves soutient ici, a considéré que l'affaire relevait du droit ecclésiastique.
  •  
    Dépendent de la justice de l'évêque les clercs fornicateurs, Yves, Panormie 3, 134 et 139, d'après concile de Chalon et Urbain (Gratien D 94, 3 et 12, 1, 9), adultères, Panormie 3, 135, 138, 143, d'après Gélase et 3e concile de Tolède (Gratien 16, 3, 7, 12, 2, 69 et D 77, 8), usuriers, Panormie 3, 156, 157 d'après concile d'Agde (Gratien 12, 2, 33 et 18, 2, 12).
  •  
    Les tensions à propos des droits des comtes et des évêques sont permanents. Voir un siècle plus tard (1194-1195), Cartulaire de Notre-Dame, ch. 121, t. 1, p. 229-243, Attestationes comitissae Blesensis et capituli Carnotensis super consuetudinibus ecclesie Carnotensis de quibus erat contentio.

  •  
    Avranches, BM 243, 60v-61
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 40v-41
  •  
    Troyes, BM 1924, 98v
  •  
    Auxerre, BM 69, 45rv

  •  

    Yves, humble ministre de l'Église de Chartres, à Adèle, excellente comtesse, salut et offrande de prières.

    J'ai entendu dire que vous réclamiez de notre archiprêtre Raoul le droit de banlieue à cause d'une fausse religieuse dont il a saisi les modestes biens qu'il a trouvés chez un bourgeois de Blois. Aussi demandons-nous et conseillons-nous à votre excellence de ne pas nous porter ce préjudice. Car tous les faux prédicateurs, faux moines et faux clercs fornicateurs, adultères et usuriers, ainsi que tous ceux qui portent offense à la religion chrétienne, sauf ceux qui doivent être punis de la peine capitale, doivent être poursuivis en justice et corrigés par nous, et leurs personnes comme leurs biens dépendent de notre juridiction. Et ceci est une coutume antique et inviolable non seulement de l'Église de Chartres, mais de toutes les Églises à travers tout le royaume des Gaules. Et nous sommes prêt à le prouver soit dans notre Église soit dans toute Église apte à porter un jugement canonique sur nous.

    Que votre prudence renonce donc à une telle entreprise et, de même que vous voulez avoir votre pouvoir inviolable, de la même manière permettez à l'Église d'avoir son droit propre. Que cela ne nous nuise pas auprès de votre excellence, parce que nous vous aimons, vous et ce qui est à vous, et que c'est malgré nous que nous entreprenons quelque chose contre vous, même si c'est la raison qui nous y pousse. Et que votre prudence sache que nous supportons péniblement ce que vos ministériaux ont fait contre ledit archiprêtre, mais que nous le dissimulons par affection pour vous. Mais si l'affaire venait à empirer, à Dieu ne plaise !, nous serions alors, selon notre charge, d'une exigence rigoureuse envers eux. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 21038 (yves-de-chartres-101), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/21038 (mise à jour : 21/09/2017).