« yves-de-chartres-76 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Daimbert, archevêque de Sens

  •  
    après 1098/03 - avant 1116

  •  
    [après mars 1098]

  •  
    Lettre

  •  

    Daimberto, Dei gratia Senonensium archiepiscopo(1), Ivo, humilis sacerdos, salutem et debitam reverentiam.

    Quoniam ex antiqua institutione provincialem synodum celebrare vestra sollicitudo disposuit(2), in qua ad correctionem pravorum promulganda sunt instituta apostolica et canonica, parvitatem meam quam invitatis, licet minus utilem(3), subtrahere nec volo nec debeo(4), si tamen divina miseratio libertatem mihi conservaverit et sospitatem. Per quamcumque autem viam eadem divina miseratio venire me concesserit, ante aliquot dies praemando vobis ut in loco competenti quam securiorem conductum poteritis mihi transmittatis.

    De electione autem Nivernensium(5), in qua se partium vota diviserunt, ex institutione Patrum instructam credo esse prudentiam vestram ut illum modis omnibus praeferatis qui majoribus studiis juvatur et meritis(6). Sed quia nemini cito manus imponenda est, si id ad praesens ad plenum deprehendere non valetis, differendum mihi hoc negotium usque ad futuram synodum videtur, ut tunc evidentius discutiantur et eligentium studia et electorum merita.

    De caetero Adeliciam(7), Puteacensem dominam, et Hugonem filium ejus(8) cum caeteris adjutoribus suis propter tyrannidem quam in nos exercent, ex auctoritate apostolica, a nobis excommunicatos precando insistimus et insistendo precamur ut vos quoque excommunicetis aut male invasa nobis restitui faciatis. Sic enim antiquitus est institutum et nuper in Avernensi concilio omnium episcoporum qui aderant assensu confirmatum ut ab uno episcopo quemlibet pro injuriis ecclesiasticis excommunicatum vicini quoque episcopi excommunicent(9). Quod si causatur injuste se excommunicatam, veniat ad Ecclesiam cui calumniam facit et a qua nullam injuriam pertulit ; audiet Deo juvante justam se accepisse sententiam. Apostolica autem auctoritate a nobis eam esse excommunicatam, exemplar apostolicarum litterarum quod vobis transmisi declarabit. Valete.


  •  
    Daimbert, sacré en mars1098-mort le 28 novembre 1122. Voir lettres 58 et 59.
  •  
    Sur l'obligation de tenir un concile par an, 2e concile de Nicée, c. 6. Yves, Décret, 5, 373 (Gratien, D. 18, 7).
  •  
    Variante du servus inutilis.
  •  
    La présence aux conciles du métropolitain fait partie des obligations des évêques, voir les références lettre 79.
  •  
    À Guy (1097-1099) succède Hervé (1099-8 août1110) dont l'élection a été discutée, voir lettre 79.
  •  
    L'accord des évêques et du métropolitain est requis dans l'ordination d'un nouvel évêque (nombreux textes, Gratien, D.  65). Les termes de cette phrase sont à peu près ceux de la lettre de Léon à Anastase de Thessalonique, c. 4,Fausses décrétales, éd. Hinschius, p. 619. Yves, Décret 5, 347 ; Panormie, 3, 6 (Gratien, D. 63, 36) : Cum ergo de summi sacerdotis electione tractabitur, ille modis omnibus praeponatur, quem cleri plebisque consensus concorditer postularint, ita ut si in aliam fortasse personam partium se vota diviserint, metropolitani judicio is alteri praeferatur, qui majoribus et studiis juvatur et meritis tantum ut nullus invitis et non petentibus ordinetur, ne plebs invita episcopum non optatum aut contemnat, aut oderit, et fiat minus religiosa quam convenit, cui non licuit habere, quem voluit. Autres textes sur les qualités requises de l'évêque, lettre de Léon aux évêques d'Afrique, Fausses décrétales, éd. Hinschius, p. 622. Yves, Décret 5, 105 (Gratien, D. 61, 8 et 18 et D.  63, 36).
  •  
    Voir lettre 75.
  •  
    Hugues II, seigneur du Puiset, vicomte de Chartres. Voir lettres 111 et 112. L'affaire n'est toujours pas réglée dans la lettre 111.
  •  
    De nombreux textes canoniques interdisent à un évêque d'absoudre quelqu'un qui a été excommunié par un autre évêque. Parmi les plus anciens, conciles de Nicée, c. 5, d'Antioche, c. 6, de Sardique, c. 16. Yves, Décret 14, 36-39 et 106. R. Somerville, Decreta Claromontensia, p. 113, c. 3 du manuscrit d'Oxford et note 15 : Interdicit...alterius parrochianum non judicari ab alio nec ad communionem nec ad penitentiam accipi. Presertim nullo modo intromittit sequis de parrochio alterius nisi precepto vel consensu illius cujus parrochianus est. Voir autres références lettres 111, 120, 194. Mais il ne s'agit pas exactement de l'excommunication collective que demande Yves dans cette lettre.

  •  
    Avranches, BM 243, 50
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, def.
  •  
    Troyes, BM 1924, 10rv

  •  

    À Daimbert, par la grâce de Dieu archevêque des Sénonais, Yves, humble prêtre, salut et révérence qui lui est due.

    Puisque, selon l'antique institution, votre sollicitude a décidé de célébrer un synode provincial au cours duquel doivent être promulguées des instructions apostoliques et canoniques pour la correction des méchants, je ne veux ni ne dois soustraire ma petitesse, que vous avez invitée malgré son peu d'utilité, à condition toutefois que la compassion divine me conserve la liberté et la santé. Or quelle que soit la route par laquelle cette même compassion divine m'accorde de venir, je vous demande de me faire parvenir quelques jours auparavant dans un lieu convenu l'escorte la plus sûre possible.

    Quant à l'élection de Nevers, dans laquelle les vœux des partis se sont divisés, je crois que selon la disposition des Pères votre prudence a été instruite qu'il vous fallait préférer dans tous les cas celui qui est soutenu par des préférences et des mérites plus importants. Mais puisque l'imposition de la main ne doit être faite à personne à la hâte, si vous ne pouvez pas vous en rendre tout à fait compte pour le moment, il me semble qu'il faut différer cette affaire jusqu'au prochain synode, pour qu'alors on discute avec plus de clairvoyance et sur les préférences des électeurs et sur les mérites des élus.

    D'autre part Adélicie, dame du Puiset, et son fils Hugues ainsi que tous leurs partisans, que nous avons déjà excommuniés selon l'autorité apostolique à cause de la tyrannie qu'ils exercent contre nous, nous insistons en vous priant et vous prions en insistant de les excommunier vous aussi ou de leur faire rendre ce qu'ils ont enlevé à tort. Car il a été institué de toute antiquité et récemment confirmé au concile d'Auvergne, avec l'accord de tous les évêques présents, que tous les évêques voisins excommunient eux aussi celui qui a été excommunié par un seul évêque pour des injustices faites à l'Église. Et si elle se plaint d'avoir été excommuniée à tort, qu'elle vienne dans l'Église à laquelle elle a fait du tort et de laquelle elle n'a subi aucune injustice ; elle entendra, avec l'aide de Dieu, qu'elle a reçu une juste sentence. Or que nous l'ayons excommuniée selon l'autorité apostolique, une copie de la lettre apostolique que je vous ai transmise le prouvera. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 21013 (yves-de-chartres-76), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/21013 (mise à jour : 21/09/2017).