« yves-de-chartres-66 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Hugues de Die, archevêque de Lyon

  •  
    après 1097/12/25 - avant 1106

  •  
    [après Noël 1097]

  •  
    Lettre

  •  

    Hugoni, Lugdunensis Ecclesiae primae sedis episcopo, Romanae Ecclesiae legato, Ivo, humilis Carnotensis Ecclesiae minister, salutem et servitium.

    Quia decorem domus Dei vos hactenus dilexisse(1) intelleximus, post domnum papam super omnes ecclesiasticas personas speciali amore vos dileximus et famam vestram lacerari ab aliquo aequo animo ferre non potuimus. Eumdem itaque zelum in vobis nec frigere nec tepere aestimantes, miseriam Aurelianensis Ecclesiae ante oculos vestros ponimus, quam filii alieni(2) sua quaerentes(3) strangulant et devorant. De qua cum manu vestra evulsa esset arbor infructuosa(4), nunc inseritur pestifera. Turonensis enim archiepiscopus(5), praedictae Ecclesiae paedagogus et incubus(6), in Natale Domini, regi contra interdictum vestrum coronam imponens(7), hac arte a rege obtinuit ut Johannes, qui per Johannem defunctum episcopum multis submurmurantibus et male sentientibus factus est archidiaconus, eidem Ecclesiae praeficeretur episcopus(8). De hoc enim rex Francorum non secreto, sed publice mihi testatus est quod praedicti Johannis succubus fuerit. Et hoc ita fama per Aurelianensem episcopatum et vicinas urbes publicavit ut a concanonicis suis famosae cujusdam concubinae Flora agnomen acceperit.

    Hoc quod dico clerus approbaret, hoc populus acclamaret, nisi metu regis comprimerentur, vel insidiis Turonensis archiepiscopi terrerentur, qui clericos sibi adversantes clandestinis delationibus curiae tradi facit, aut in exsilium pellendos, aut bonis suis spoliandos. Hic enim cum duos episcopatus habere non possit, Aurelianensem Ecclesiam, quam non potest retinere per propriam, per submissam vult possidere personam, ut in ea possit quos voluerit humiliare, quos voluerit sublimare. Cui non sufficit quod in Ecclesia, in qua irrepsit contra canonicas et apostolicas sanctiones(9), toleratur, nisi ei liceat Ecclesiam Dei quibus libuerit procis prostituere, oculos videntium etiam medicorum vaniloquiorum suorum fumo, promissionum suarum nebulis intenebrare, ut quae audiunt de eo non audiant, quae vident non videant(10) et quae certa sunt tanquam ignota sustineant. Sic enim de seipso dicere solet se non indigere bonis clericis vel canonibus, cum haec omnia praesto sint ei in marsupio suo. Nec mirum, cui quod libet licet et quod licet impune facit, ut multi inde scandalizati altius gemant, dicentes magis impetrare desideria sua apud judices ecclesiasticos zelantes iniquitatem quam sequentes bonitatem.

    Veritas mihi testis est me non ista dicere tanquam adversus istos homines aliqua mihi sit privata controversia. Sed tabescere me facit zelus meus(11), cum videam in messe Dei vepres et spinas bonum semen suffocare nullamque aut pene nullam eradicantem manum(12). Et si aliquando sunt qui perficiant malae arboris ruinam, non pervigilant usque ad fructuosae arboris insertionem. Quod in hoc negotio manifestum est. Non enim Turonensis archiepiscopus ideo laboravit ut Sanctio(a) deponeretur quatenus eo melior eidem Ecclesiae praeficeretur, sed hujusmodi qui ei per omnia famularetur. Iste etenim juvenis qui, rege jubente et Turonensi archiepiscopo impingente, praedictae Ecclesiae est intrusus, ita est sub Turonensi archiepiscopo sicut puer sub paedagogo, ut nec stans sedere, nec sedens audeat surgere, nisi eo jubente aut innuente, utpote qui se ei ad turpes usus dicitur subdidisse. Ad ultimum, cum multa nefaria et turpissima dici verissime possent, quae deficientibus testibus veritatis pro humana infirmitate probari forsitan non possent, hoc ad repulsionem praedicti adolescentis sufficit, quod persona ignominiosa est et per vicinas Ecclesias turpiter diffamata. Hic itaque per litteras regis et capituli mihi est oblatus suo tempore ordinandus in presbyterum, postmodum consecrandus in episcopum. Ejus autem electio nec a me est adhuc improbata vel approbata, sed nec aliquando approbanda, nisi domni papae vel vestra me ad hoc pertrahat obedientia. Scio enim Ecclesiae Dei non tantum hoc esse ignominiosum, sed etiam perniciosum(b).

    Rogo itaque paternitatem vestram ut in hac causa vigilantissime honestati et auctoritati vestrae consulatis et Ecclesiae Dei provideatis, ne in manibus ejus committatur salus aliena qui numquam adhuc deliberavit de salute sua. Per portitorem itaque praesentium mihi rescribite quid me velitis super hoc negotio facere, ut quod responsurus sum respondeam Aurelianensibus ex vestra auctoritate. Ipsi tamen, quidquid respondeam, de vestra benevolentia plus justo praesumentes, vanizando(13) dicunt quod juxta petitionem Turonensis archiepiscopi eum consecrabitis vel consecrari facietis. Quidquid autem vos faciatis, ego liberavi animam meam. Multi enim Aurelianenses ad haec quae dixi darent mihi testimonium, nisi timerent carcerem vel exsilium. Et ne me ista aliqua occasione confinxisse credatis, unam cantilenam de multis metrice et musice de eo compositam ex persona concuborum suorum vobis misi, quam per urbes nostras in compitis et plateis(14) similes illi adolescentes cantitant, quam et ipse cum eisdem concubis suis saepe cantitavit et ab illis cantitari audivit.

    Praeterea sciat vestra sollertia quia cum abbas Burguliensis(15), ore patulo, manibus apertis, cum multa securitate ad curiam in Natale venisset ad accipiendum episcopatum, sicut ei illa dicta regina promiserat, quia animadversi sunt plures et pleniores sacculi nummorum latere in apothecis amicorum istius quam apud abbatem, ille est admissus, iste est exclusus. Et cum abbas quereretur apud regem quare sic eum delusisset, respondit : « Sustinete interim donec de isto faciam proficuum meum, postea quaerite ut iste deponatur et tunc faciam voluntatem vestram. »

    Summa itaque haec est verborum meorum. Rogo, moneo ut huic electioni numquam assensum praebeatis, ne domum Dei prostibulum publicum et speluncam latronum(16) faciatis. Postremo rogo, quia semel ab Aurelianensibus deceptus sum, si quid mihi de eo scribere volueritis, per talem nuntium cui credere possim transmittatis. Et quia turpitudo non potest nisi verbis suis exponi, irreligiosis verbis pro religione tamen assumptis veniam postulo. Valete.


  •  
    Sancio AAu 
  •  
    periculosum vel perniciosum A.

  •  
    Ps. 25, 8.
  •  
    Ps. 17, 46 ; 18, 45 et passim.
  •  
    I Cor. 13, 5 ; Phil. 2, 21.
  •  
    D'après Jude I, 12. Il s'agit de Sancion, voir lettres 51, 62.
  •  
    Raoul II, voir lettres 54, 66, 100, 108.
  •  
    Nous gardons le parallèle incubus et plus bas succubus par la traduction incube, démon masculin censé abuser d'une femme pendant son sommeil, et succube, démon femelle venant la nuit s'unir à un homme.
  •  
    Noël 1097, A. Fliche, Philippe Ier, p. 94.
  •  
    L'évêque défunt est Jean Ier (1089-1096), frère de l'archevêque Raoul. Sur Jean II, voir lettres 51, 64, 75.
  •  
    Voir lettre 54.
  •  
    D'après Matth. 13, 13 ou Rom. 11, 8.
  •  
    Ps. 118, 139.
  •  
    D'après Matth.13, 24-30. Spinas et vepres, Is. 5, 6 ; 7, 23 etc.
  •  
    Du Cange ne cite que cette seule occurrence, avec le même sens que vanitare.
  •  
    Jérôme,Commentarium in Isaiam, 14, 51, 20, CCSL 73A, p. 571.
  •  
    Baudri, né en 1045 à Meung-sur-Loire, Loiret, moine au monastère Saint-Pierre de Bourgueil, Indre-et-Loire, dont il devint abbé entre 1080 et 1082. Après cette tentative infructueuse pour obtenir l'évêché d'Orléans, il devint évêque de Dol-de-Bretagne, voir lettre 176. Il mourut à Saint-Pierre de Préaux le 5 janvier 1130. Plus connu pour ses qualités littéraires que pour son œuvre pastorale, c'est un brillant représentant de la renaissance humaniste, auteur de poèmes et d'œuvres en prose. J.-Y. Tilliette, DLF, p. 132-133.
  •  
    Speluncam latronum, Matth. 21, 13 ; Marc. 11, 17 ; Luc. 19, 46. Prostibulum, Lev. 21, 7 etc.

  •  
    Avranches, BM 243, 42v-44
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 28rv
  •  
    Troyes, BM 1924, 90-91v
  •  
    Auxerre, BM 69, 30v-32

  •  

    À Hugues, évêque du siège primatial de l'Église de Lyon, légat de l'Église romaine, Yves, humble ministre de l'Église de Chartres, salut et service.

    Parce que nous avons remarqué que vous avez jusqu'à maintenant aimé l'honneur de la maison de Dieu, nous vous avons aimé d'un amour spécial plus que tous les autres gens d'Église, hormis le seigneur pape, et nous n'avons pu supporter d'une âme égale que votre renommée soit déchirée par qui que ce soit. C'est pourquoi, estimant que ce même zèle ne se refroidissait pas et ne s'attiédissait pas en vous, nous mettons devant vos yeux la misère de l'Église d'Orléans que des fils étrangers, recherchant leur intérêt, étranglent et dévorent. Alors que l'arbre sans fruit en avait été arraché de votre main, maintenant un arbre porteur de peste est planté. Car l'archevêque de Tours, maître et incube de ladite église, couronnant le roi à Noël malgré votre interdit, a obtenu du roi par ce procédé que soit nommé évêque pour ladite église Jean qui, malgré les plaintes et les réprobations de beaucoup, avait été fait archidiacre par Jean l'évêque défunt. Car le roi des Francs, non en secret mais publiquement, m'a attesté à son sujet qu'il était succube dudit Jean ; et la rumeur a répandu ce fait à travers l'évêché d'Orléans et les villes voisines, si bien qu'il a reçu de ses collègues chanoines le surnom d'une courtisane célèbre, Flora.

    Ce que je dis, le clergé le confirmerait, le peuple le proclamerait s'ils n'étaient réfrénés par la crainte du roi ou effrayés par les embûches de l'archevêque de Tours, qui fait livrer à la cour par des délations clandestines les clercs qui lui sont hostiles pour qu'ils soient ou chassés en exil ou spoliés de leurs biens. Celui-ci en effet, puisqu'il ne peut avoir deux évêchés, veut posséder par personne interposée l'Église d'Orléans qu'il ne peut tenir en personne propre, pour pouvoir y abaisser qui il voudra, élever qui il voudra. Et il ne lui suffit pas d'être toléré dans l'église où il s'est introduit contre les sanctions canoniques et apostolique, s'il ne lui est pas permis de prostituer l'Église de Dieu aux maîtres qui lui conviennent, d'obscurcir les yeux même des médecins vigilants de la fumée de ses vains bavardages, des nuages de ses promesses, pour que ceux qui entendent n'entendent pas à son sujet, ceux qui voient ne voient pas et qu'ils supportent ce qui est certain comme si c'était inconnu. Car il a ainsi l'habitude de dire de lui-même qu'il ne manque pas de bons clercs ou de chanoines, puisqu'il a tout ceci sous la main dans sa bourse. Et il n'est pas étonnant, devant un homme qui se permet ce qui lui plaît et qui fait impunément ce qu'il se permet, que beaucoup en soient scandalizés et gémissent à haute voix, disant qu'il obtient ce qu'il désire auprès de juges ecclésiastiques qui sont davantage zélateurs d'iniquité que serviteurs du bien.

    La vérité m'est témoin que je ne dis pas cela comme si j'avais quelque querelle privée contre ces hommes ; mais mon zèle me fait me consumer, tandis que je vois les buissons et les épines étouffer le bon grain dans la moisson de Dieu et aucune ou presqu'aucune main les en arracher. Et s'il arrive qu'il y en ait qui provoquent la chute d'un arbre mauvais, ils ne sont pas vigilants jusqu'à planter un arbre productif. C'est ce qui est manifeste en cette affaire. Car l'archevêque de Tours n'a pas œuvré à la déposition de Sancion pour qu'un homme meilleur que lui soit mis à la tête de la même Église, mais pour mettre un homme du genre à le servir en toute chose. En effet ce jeune homme qui, sur l'ordre du roi et l'impulsion de l'archiprêtre de Tours, a été introduit par force dans ladite Église est sous la coupe de l'archevêque de Tours tel un enfant sous son pédagogue, au point qu'il n'ose ni debout s'asseoir, ni assis se lever sauf si ce dernier lui en donne l'ordre ou y acquiesce, lui qu'on dit s'être soumis à celui-ci pour des commerces honteux. Enfin, bien que l'on puisse dire en toute vérité beaucoup de choses impies et très honteuses, qui peut-être ne pourraient être prouvées, les témoins de la vérité faisant défaut en raison de la faiblesse humaine, il suffit pour écarter ledit jeune homme que sa personne soit frappée d'ignominie et honteusement diffamée dans les églises voisines. C'est ainsi que par des lettres du roi et du chapitre celui-ci m'a été présenté en son temps pour être ordonné comme prêtre et ensuite pour être consacré comme évêque. Or je n'ai encore ni désapprouvé ni approuvé son élection, mais je ne dois jamais l'approuver, à moins que l'obéissance au seigneur pape ou à vous ne m'y amène. Car je sais que pour l'Église de Dieu c'est non seulement ignomineux, mais également pernicieux.

    Aussi demandé-je à votre paternité de songer dans cette affaire avec la plus grande vigilance à votre honorabilité et à votre autorité et de veiller sur l'Église de Dieu, de peur que le salut d'autrui ne soit confié aux mains de celui qui n'a encore jamais réfléchi sur son propre salut. C'est pourquoi récrivez-moi par le porteur de la présente ce que vous voulez que je fasse sur cette question pour que ce que je vais répondre aux Orléanais je le réponde d'après votre autorité. Ces derniers toutefois, quoi que je leur réponde, présumant plus que de raison de votre bienveillance, disent en se vantant que vous le consacrerez ou le ferez consacrer selon la demande de l'archevêque de Tours. Mais quoi que vous fassiez, moi j'ai libéré mon âme. Car beaucoup d'Orléanais m'apporteraient leur témoignage sur ce que j'ai dit s'ils ne craignaient la prison ou l'exil. Et pour que vous ne croyiez pas que j'ai inventé ces faits pour une raison quelconque, je vous ai envoyé une chanson parmi d'autres, composée sur lui en vers et en musique d'après la personne de ses amants, que des jeunes gens semblables à lui ne cessent de chanter dans nos villes sur les carrefours et les places, que lui aussi avec ces mêmes amants a souvent chantée ou qu'il leur a entendu chanter.

    En outre que votre vigilance sache que, tandis que l'abbé de Bourgueil, bouche bée, mains ouvertes, était venu à la cour à Noël avec grande assurance pour recevoir l'épiscopat, ainsi que la soi-disant reine le lui avait promis, comme on s'est aperçu que se cachaient des sacs d'argent plus nombreux et plus pleins dans les greniers des amis de ce vaurien que chez l'abbé, celui-là a été reçu, celui-ci a été exclu. Et tandis que l'abbé se plaignait auprès du roi, lui demandant pourquoi il l'avait ainsi trompé, il lui répondit : « Résistez jusqu'à ce que j'aie fait mon profit de lui, cherchez ensuite à ce qu'il soit déposé et alors je ferai votre volonté. »

    Voici donc le résumé de ce que j'avais à dire. Je vous prie, je vous avertis de ne jamais donner votre approbation à cette élection, de peur que vous ne transformiez la maison de Dieu en lieu public de prostitution et en caverne de voleurs. Je vous demande enfin, parce que j'ai été une fois trompé par les Orléanais, si vous voulez m'écrire quelque chose à ce sujet, de me le transmettre par un messager tel que je puisse me fier à lui. Et parce que la turpitude ne peut s'exposer si ce n'est dans ses termes propres, je demande pardon pour les termes irréligieux employés cependant pour la religion. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 21003 (yves-de-chartres-66), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/21003 (mise à jour : 21/09/2017).