« yves-de-chartres-63 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Jean 2, évêque élu d’Orléans

  •  
    après 1097 - avant 1116

  •  
    n.c.

  •  
    Lettre

  •  

    Ivo, humilis Ecclesiae Carnotensis minister, Leudoni, fratri et compresbytero(1), salutem.

    Post multam oblivionem, recordatus sum tuae petitionis et meae sponsionis qua spoponderam me scripturum aliqua contra quorumdam nescio simplicium an duplicium ineptias, qui secundum Apostolum(2) nesciunt « neque quae loquuntur, neque de quibus affirmant », dicentes quascumque personas, etiam sacrum ordinem non habentes, verba dominica proferentes, sacramenta altaris et caetera ecclesiastica sacramenta posse conficere et salubriter accipientibus ministrare. Quorum fatuitas multipliciter improbari(a) potest, partim ratione, partim divinorum operum attestatione, postremo sanctorum Patrum irrefragabili auctoritate.

    Primo namque, si a quibuscumque personis divina sacramenta et confici et tractari possent, ex abundanti constitutus esset in Ecclesia ordo sacerdotalis et leviticus ; quod impium est aliquem arbitrari, cum hunc utrumque ordinem et vetus lex primo, Domino jubente, sub figura constituerit, et evangelica vel apostolica doctrina postmodum in veritate consecraverit. Unde in Exodo Dominus ita loquitur ad Moysem(3) : « Porro filiis Aaron tunicas lineas parabis et balteos ac tiaras in gloriam et decorem, vestiesque his omnibus Aaron fratrem tuum et filios ejus cum eo, et cunctorum consecrabis manus(b), consecrabisque eos ut sacerdotio fungantur mihi ». Et in consequentibus(4) : « Hoc oleum unctionis sanctum erit mihi et juxta compositionem ejus non facietis aliud. » Et item(5) : « Sanctum sanctorum erit mihi thymiama, talem compositionem non facietis. Quicumque homo fecerit simile peribit de populis suis ». Unde legitur in Levitico(6) quod « Nadab et Abiu, filii Aaron, cum acceptis thuribulis posuissent ignem et incensum desuper, offerentes coram Domino ignem alienum quod eis non erat praeceptum, egressus est ignis a Domino et devoravit eos ». Quid est autem ignem alienum sacrificio apponere, nisi sacerdotii opus sine legitima ordinatione ex sui spiritus praesumptione usurpare ? Habemus quoque in Levitico(7) quia « completis a sacerdote summo Aaron hostiis pro peccato(c) et holocaustis et pacificis, egressus ignis a Domino devoravit holocaustum(d) et adipes qui erant super altare ». Unde e contrario in libro Numeri(8) legitur quod cum Datan, Core et Abiron, sacerdotium sibi usurpare volentes, imposito igne thuribulis, thymiama superposuissent, non thymiama divinus ignis adolevit, sed absorptis principibus a terra complicem multitudinem similiter thurificantem materialis ignis assumpsit.

    Sicut ergo ignis divinus holocausta umbratilia, a legitimis tamen sacerdotibus oblata, visibiliter absumebat et in se convertebat, usurpatorum autem victimas non tantum respuebat, verum etiam usurpantes terribiliter condemnabat ; sic divina virtus sacramenta hujus temporis a legitimis sacerdotibus ministrata invisibiliter consecrat et in veritatem Christi corporis et sanguinis transformat. Aliter vero praesumentium hostias non tantum habet irritas, verumetiam ipsos praesumptores interim caecitate interiori condemnat, in futuro quoque eis irremediabiles poenas parat. Neque enim illa sacrificia, quae erant umbra futurorum(9), solis verbis Dominus perfici voluit, sed omnia circumstantia mysteria et ministeria ad completionem eorum adhiberi praecepit, altaria videlicet et vasa ad hoc opus sacrata, sacerdotes quoque et ministros ad haec offerenda vel ministranda ordinatos, non sine ornamentis mysticis ad hoc officium sanctificatis, de quorum omnium sanctificatione sic habemus in Levitico(10) : « Tulit Moyses unctionis oleum quo linivit tabernaculum cum omni supellectili sua. Cumque sanctificans aspersisset altare septem vicibus, unxit illud et omnia vasa ejus, labrumque cum basi sua ; quod fundens super caput Aaron unxit eum et consecravit, filios quoque(e) ejus oblatos vestivit tunicis lineis et cinxit balteo(f) imposuitque mitras, ut jusserat Dominus ». Et post pauca(11) : «  Assumensque unguentum et sanguinem qui erat super altare, aspersit super Aaron et vestimenta ejus, et super(g) filios ejus ac vestes eorum et sanctificavit in vestitu suo ». Completa autem sanctificatione « dixit(12) Moyses ad Aaron : “Accede ad altare et immola pro peccato tuo. Offer holocaustum et deprecare pro te et pro populo.” Statimque Aaron immolavit vitulum pro peccato suo, cujus sanguinem obtulerunt ei filii ejus ». In quibus attendendum est quia primum sacratur tabernaculum, altare et vasa, sacerdotes et indumenta sacerdotalia, dehinc jubetur ut accedant ad altare sacrificaturi et pro suis populique peccatis Dominum deprecaturi, ut intelligat populus christianus quia si, in his sacrificiis quae tantum fiebant ad emundationem carnis(13), cum tanta reverentia, iste ritus ministrorum et ministeriorum erat observandus, quanto magis in consecratione dominici corporis et sanguinis, in quibus consistit emundatio carnis et spiritus, non statim ad mysticas benedictiones et obsecrationes, quibus illa consecratio perficitur, quilibet est admittendus, nisi primum fuerit in ordine sacerdotali consecratus et omnium congruentium supellectilium et omnium circumstantium ministeriorum plenitudine subornatus.

    Quod vero alius quam sacerdos ad consecrandum accedere non debeat, legitur in libro Numeri, dicente Domino ad Aaron(14) : « Tu et filii tui custodite sacerdotium vestrum et omnia quae ad cultum altaris pertinent et intra velum sunt per sacerdotes administrabuntur. Si quis externus accesserit, occidetur. » Quid Aaron nisi summos sacerdotes, quid filii ejus nisi minores significant sacerdotes ? Qui, accipientes a summis sacerdotibus manus impositionem, tanquam per paternam successionem, promoventur ad sacerdotalem benedictionem. Qui ea quae intra velum sunt administrant, dum corpus et sanguinem Domini, quae intus aliud sunt, aliud foris apparent, mystica benedictione consecrant et fidelibus populis salubriter administrant. Quid est autem externus nisi in presbyterali officio(h) non consecratus ? Qui autem sacramenta dominica simulare praesumit juste occiditur, quia a corpore justorum sua praesumptione praeciditur. Quod vero non sine sacris vestibus ministrare debeant, legitur in Exodo. Cum enim Dominus ad Moysem loquens vestes sacerdotales enumerasset, addidit(15) : « Facies et feminalia linea, ut operiant carnem turpitudinis suae a renibus usque ad femora(i), et utentur eis Aaron et filii ejus, quando appropinquant ad altare, ut ministrent in sanctuario, ne iniquitatis rei moriantur ».

    De caetero si ad paginas veniamus evangelicas, legimus Salvatorem non laicis personis, sed solis discipulis suis sacramenta sui corporis et sanguinis commisisse celebranda. Qui etiam cum sacerdotium vetus transferre vellet in novum, praecepit eisdem discipulis ut sibi Pascha pararent in coenaculo(16), ubi ipse manifeste novo(j) functus sacerdotio eos hujus sacerdotii constituit successores, post ministratam eucharistiam ita illis(k) praecipiens(17) : « Hoc facite in meam commemorationem ». Quid est quod Salvator(l) primum in coenaculo voluit hoc sacramentum celebrari, nisi quia coenaculum celsior est habitatio domus, sicut sacerdotium celsior est in Ecclesia gradus ? Cum ergo facta Domini et facta sint in aperto et(m) aliud loquantur in occulto, quid voluit Dominus hujus(n) loci positione signari, nisi ut nemo attrectare praesumat hoc mysterium, nisi prius pervenerit ad sacerdotium ? Hinc et Apostolus ad Hebraeos(18) : « Nec quisquam sumit sibi honorem, sed qui vocatur a Deo tanquam Aaron. » Hoc officium ab apostolis caeteris presbyteris per successionem esse relictum(19) testatur Hieronymus in epistola ad Heliodorum monachum(20) : « Absit ut de eis(o) sinistrum quidquam loquar qui, apostolico gradui sacerdotes(p) succedentes, corpus Christi sacro ore conficiunt, per quos nos etiam christiani sumus, qui habent claves regni coelorum. » Quod autem non solum(q) solemnibus verbis divina contenta sint sacramenta, testatur idem Hieronymus in Explanatione super Sophoniam his verbis(21) : « Sacerdotes qui Eucharistiae serviunt et sanguinem Domini populis ejus dividunt impie agunt in legem Christi, putantes eucharistiam imprecantis(r) facere verba, non vitam, et necessariam esse tantum solemnem orationem et non sacerdotum merita de quibus dicitur(22) : “Et sacerdos in quocumque fuerit macula non accedet offerre oblationes Domino” ». Huic sententiae consonat pater Augustinus quod benedicere non possit quis nisi fuerit ordinatus, ita dicens in Quaestionibus Veteris Testamenti(23) : « Dictum est a Domino in Numeris ad Aaron : “Vos, ponite nomen meum super filios Israel. Ego, Dominus, benedicam eos”(24) ut gratiam traditio per ministerium ordinati transfundat hominibus. Quanta autem dignitas sit sacerdotalis ordinis hinc advertamus. Dictum est autem de nequissimo Caipha interfectore Salvatoris, inter caetera(25) : “Hoc(s) autem a semetipso non dixit, sed cum esset princeps sacerdotum anni illius prophetavit”. Per quod ostenditur Spiritum sanctum gratiarum(t) non personam sequi digni aut(u) indigni, sed ordinem traditionis, ut(v) quamvis aliquis boni meriti sit non tamen possit benedicere nisi fuerit ordinatus ut officium ministerii exhibeat. Dei autem est effectum tribuere benedictionis ».

    Ex his itaque(w) claret quia divinorum plenitudo sacramentorum non in solis constat mysticis orationibus et solemnibus verbis, sed etiam his(x) quae supra taxata(y) sunt indiget(z) supplementis. Qui enim dedit praeceptum ut ordinate fierent, negavit effectum veritatis, quae in sacramentis intelligitur, his qui traditum ordinem praetermitterent. Unde Apostoli qui potestatem acceperant super omnia daemonia, cum quemdam lunaticum solo verbo sanare voluissent(26) et non valuissent, cum admiratione ad Dominum revertentes didicerunt se praetermisisse quaedam necessaria, sine quibus perfici non poterat illius lunatici cura. Ait enim(27) : «  Hoc genus daemoniorum(aa) non ejicitur nisi in oratione et jejunio. » Si ergo hi qui potestatem acceperant in quod intendebant praetermisso ordine implere non potuerunt, quid mysticum, quid divinum facere poterunt(ab) qui nullam potestatem tractandorum divinorum mysteriorum acceperunt ?

    Sufficiant tibi interim ista, charissime, quia cum his quae a nobis dicta sunt multa legendo reperiet tua diligentia, quibus facile propulsabitur talium vaniloquorum nulla ratione vel auctoritate fulta insipientia. Avertat autem Deus hunc errorem ab Ecclesia sua, qui eam mundavit sibi lavacro aquae in Verbo. ut eam haberet sponsam sine macula et ruga(28). Vale.


  •  
    improperari A 
  •  
    consecrabis manus om. V, perungues manus T 
  •  
    peccatis et pro holocaustis J 
  •  
    holocausta V 
  •  
    filiosque éd
  •  
    balteos éd
  •  
    om.
  •  
    ordine JT 
  •  
    femoralia éd., feminilia MVT 
  •  
    om.
  •  
    eis ita V 
  •  
    noster J 
  •  
    et...occulto om.
  •  
    hac éd. Ju
  •  
    his VT 
  •  
    om.
  •  
    solis MV 
  •  
    precantis J 
  •  
    haec V 
  •  
    gratiam M 
  •  
    ut éd. Ju
  •  
    aut éd. Ju
  •  
    igitur éd. Ju
  •  
    iis V 
  •  
    supradicta JT 
  •  
    indigent AMV, indigunt T 
  •  
    om. VT 
  •  
    poterint V, potuerunt T.

  •  
    Non identifié. Il peut s'agir d'un chanoine, compresbyter étant parfois utilisé dans les adresses de lettres à des chanoines, voir par exemple lettres 11, 29, 128, 140, mais vu le sujet traité c'est peut-être un simple prêtre de paroisse.
  •  
    I Tim. 1, 7.
  •  
    Ex. 28, 40-41.
  •  
    Ex. 30, 31-32.
  •  
    Ex. 30, 36-38.
  •  
    Lev. 10, 1-2.
  •  
    Lev. 9, 22 et 24.
  •  
    Num. 16, 16-35.
  •  
    Col. 2, 17 ; Hebr. 10, 1.
  •  
    Lev. 8, 10-13.
  •  
    Lev. 8, 30-31.
  •  
    Lev. 9, 7-9.
  •  
    Hebr. 9, 13.
  •  
    Num. 18, 7.
  •  
    Ex. 28, 42-43.
  •  
    Marc. 14, 15 ; Luc. 22, 12.
  •  
    Luc. 22, 19 ; I Cor, 11, 24-25.
  •  
    Hebr. 5, 4.
  •  
    Quae per successionem presbyterum in ecclesia traditur, traduction latine d'Irénée, Contra haereses, 3, 2, 2, PG 7, col. 847.
  •  
    Jérôme, lettre 14, 8, éd. J. Labourt, t. 1, p. 41.
  •  
    Jérôme,Commentarium in Sophoniam, ch. 3, v. 1-7, CCSL 76A, p. 697. Yves, Décret 2, 110 (Gratien, 1, 1, 90).
  •  
    D'après Lev. 21, 21.
  •  
    Ps. Augustin, Quaestiones ex Veteri Testamento, 11, 1, CSEL 50, p. 36. Yves, Décret 2, 100 ; Panormie 3, 79 (Gratien, 1, 1, 96).
  •  
    D'après Num. 6, 27.
  •  
    Joh. 11, 51.
  •  
    Marc. 3, 15 et vocabulaire de Matth. 4, 24.
  •  
    Matth. 17, 20 ; Marc. 9, 28.
  •  
    D'après Eph. 5, 25-27.

  •  
    Avranches, BM 243, 40v-42
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 26-27v
  •  
    Jesus College, Q.G.5, 15v-17
  •  
    Vatican, Reg. Lat. 147, 12-13v
  •  
    Troyes, BM 1924, 52-54
  •  
    Auxerre, BM 69, 27-2v

  •  

    Yves, humble ministre de l'Église de Chartres, à Leudon, son frère et collègue prêtre, salut.

    Après un long oubli, je me suis souvenu de ta demande et de ma promesse : j'avais promis de t'écrire quelque chose contre les inepties de certains, dont j'ignore s'ils sont ingénus ou perfides, qui ne savent, selon l'Apôtre, « ni ce qu'ils disent ni ce sur quoi ils portent des affirmations », lorsqu'ils disent que n'importe quelle personne, même si elle n'a pas les ordres sacrés, peut en proférant les paroles du Seigneur accomplir les sacrements de l'autel et tous les autres sacrements ecclésiastiques et les administrer pour leur salut à ceux qui les reçoivent. Leur sottise peut être prouvée de multiples manières, en partie par la raison, en partie par le témoignage des œuvres divines, enfin par l'autorité irréfutable des saints Pères.

    D'abord en effet, si les sacrements divins pouvaient être accomplis et dispensés par n'importe quelle personne, il aurait été superflu d'instituer l'ordre sacerdotal et lévitique dans l'Église ; il est impie pour qui que ce soit de le supposer, alors que ces deux ordres d'une part ont été institués d'abord par l'ancienne loi, sur ordre de Dieu, sous forme figurée, d'autre part ont été consacrés ensuite en vérité par la doctrine évangélique et apostolique. C'est pourquoi dans l'Exode le Seigneur parle ainsi à Moïse : « Tu prépareras pour les fils d'Aaron des tuniques de lin, des ceintures et des tiares pour la gloire et la parure et tu revêtiras de tout ceci ton frère Aaron et ses fils avec lui, et tu consacreras les mains de tous, et tu les consacreras pour qu'ils s'acquittent pour moi du sacerdoce ». Et dans la suite : « Cette huile de l'onction sera sainte pour moi et vous n'en ferez pas d'autre selon sa composition. » Et aussi : « Ce parfum sera pour moi le saint des saints, vous n'en ferez pas d'autre d'une telle composition. Tout homme quel qu'il soit qui en fera un semblable sera ôté du milieu des siens. » On lit aussi dans le Lévitique qu'alors que « Nadab et Abiu, fils d'Aaron, après avoir pris leurs encensoirs, avaient placé du feu et de l'encens par-dessus, offrant devant Dieu un feu étranger qui ne leur avait pas été prescrit, un feu jaillit du Seigneur et les dévora. » Or mettre en avant un feu étranger au sacrifice, qu'est-ce d'autre qu'usurper par la présomption de son esprit la fonction du sacerdoce sans ordination légitime ? Nous avons aussi dans le Lévitique que « une fois accomplis par le grand prêtre Aaron les sacrifices pour le péché, les holocaustes et les actions de grâce, le feu jailli du Seigneur dévora l'holocauste et les graisses qui étaient sur l'autel. » Et au contraire on lit dans le livre des Nombres que, tandis que Datan, Coré et Abiron, qui voulaient usurper pour eux le sacerdoce, après avoir placé le feu dans les encensoirs, avaient rajouté les parfums, le feu divin ne brûla pas les parfums, mais, une fois les princes engloutis par la terre, un feu matériel fit disparaître la multitude complice qui offrait également de l'encens.

    Donc de même que le feu divin faisait disparaître visiblement les holocaustes symboliques, offerts pourtant par des prêtres légitimes, et les faisait revenir en lui, et ne repoussait pas seulement les victimes des usurpateurs, mais condamnait de manière terrible les usurpateurs, ainsi la vertu divine consacre de manière invisible les sacrements de notre temps administrés par des prêtres légitimes et les transforme en la réalité du corps et du sang du Christ. Et au contraire non seulement il tient pour nulles les victimes des présomptueux, mais condamne aussi dans l'immédiat à la cécité intérieure les présomptueux eux-mêmes et dans l'avenir également leur prépare des châtiments sans remède. En effet ces sacrifices qui étaient l'ombre des choses à venir, le Seigneur n'a pas voulu qu'ils soient accomplis par des mots seulement, mais il ordonna que soient réglés tous les mystères qui les entouraient et les ministères destinés à leur accomplissement, à savoir les autels et les vases consacrés pour cette œuvre, ainsi que les prêtres et les ministres ordonnés pour les offrir ou les administrer, sans oublier les ornements mystiques sanctifiés pour cet office ; sur la sanctification de tous ceux-ci nous avons dans le Lévitique : « Moïse prit l'huile de l'onction, avec laquelle il enduisit le tabernacle avec tout son mobilier. Et, comme il avait aspergé l'autel sept fois en le sanctifiant, il l'oignit ainsi que tous ses vases et le bassin avec son socle ; et l'ayant répandue sur la tête d'Aaron il l'oignit et le consacra ; et ses fils aussi s'étant présentés il les revêtit de tuniques de lin et les ceignit de ceintures et leur mit des calottes, comme le Seigneur l'avait ordonné. » Et peu après : « Prenant l'onguent et le sang qui étaient sur l'autel, il en aspergea Aaron et ses vêtements et ses fils et leurs vêtements et il les sanctifia dans leur vêtement ». Cette sanctification accomplie, « Moïse dit à Aaron : “Approche-toi de l'autel et immole pour ton péché. Offre un holocauste et prie pour toi et pour ton peuple.” Et aussitôt Aaron immola pour son péché un veau dont ses fils lui présentèrent le sang. » En tout cela il faut remarquer que sont d'abord consacrés le tabernacle, l'autel et les vases, les prêtres et les ornements sacerdotaux, qu'ensuite il est ordonné aux prêtres d'approcher de l'autel pour faire un sacrifice et pour prier le Seigneur pour leurs péchés et ceux du peuple, afin que le peuple chrétien comprenne que, si dans ces sacrifices qui étaient faits seulement pour purifier la chair ce rite des ministres et des ministères devait être observé avec une si grande révérence, à bien plus forte raison dans la consécration du corps et du sang du Seigneur, dans laquelle réside la purification du corps et de l'esprit, n'importe qui ne peut pas être admis aux bénédictions mystiques et aux prières par lesquelles cette consécration s'accomplit, à moins d'avoir d'abord été consacré dans l'ordre sacerdotal et pourvu de l'ensemble de tous les objets appropriés et de tous les ministères qui accompagnent.

    Et qu'aucun autre que le prêtre ne doive s'approcher pour consacrer, on le lit au livre des Nombres, le Seigneur disant à Aaron : « Toi et tes fils conservez votre sacerdoce et tout ce qui concerne le culte de l'autel et qui est à l'intérieur du voile sera administré par les prêtres. Si quelqu'un d'étranger en approche, il sera tué. » Qu'est-ce qu'Aaron, s'il ne représente pas les prêtres les plus élevés, qu'est-ce que ses fils s'ils ne représentent pas les prêtres moins importants ? Ceux-ci, en recevant l'imposition des mains des prêtres les plus élevés, sont promus comme par un héritage paternel à la bénédiction sacerdotale ; ceux-ci administrent ce qui est à l'intérieur du voile, tandis qu'ils consacrent par une bénédiction mystique le corps et le sang du Seigneur, qui sont une chose à l'intérieur et se montrent autre chose à l'extérieur, et les administrent pour leur salut aux peuples fidèles. Or qu'est-ce qui est étranger, sinon celui qui n'est pas consacré dans l'office presbytéral ? Celui qui a la présomption de simuler les sacrements du Seigneur est tué à juste titre, parce qu'il se coupe par sa présomption du corps des justes. Quant au fait qu'on ne doive pas remplir le ministère sans les vêtements sacrés, on le lit dans l'Exode. Comme le Seigneur en effet, parlant à Moïse, avait énuméré les vêtements sacerdotaux, il ajouta : « Tu leur feras aussi des caleçons de lin allant des reins jusqu'aux cuisses pour qu'ils cachent leur chair de turpitude et Aaron et ses fils s'en serviront quand ils s'approchent de l'autel pour exercer leur ministère dans le sanctuaire, pour qu'ils ne meurent pas coupables d'iniquité ».

    Si nous en venons maintenant aux pages évangéliques, nous lisons que le Sauveur confia non à des personnes laïques, mais à ses seuls disciples la charge de célébrer les sacrements de son corps et de son sang. Et comme il voulait transformer l'ancien sacerdoce en nouveau, il ordonna à ces mêmes disciples de lui préparer la Pâque dans la salle du repas où lui-même, s'acquittant de façon visible du nouveau sacerdoce, les institua successeurs de ce sacerdoce, leur prescrivant après leur avoir administré l'eucharistie : « Faites ceci en mémoire de moi. » Quelle est la raison pour laquelle le Seigneur voulut que ce sacrement soit célébré dans la salle du repas, sinon parce que la pièce plus haute de la maison est la salle du repas, comme le sacerdoce est un grade plus haut dans l'Église ? Donc puisque les actes du Seigneur ont été faits ouvertement mais disent autre chose secrètement, qu'est-ce que le Seigneur a voulu signifier par la position de ce lieu, sinon que personne n'ait la présomption de toucher à ce mystère s'il n'est pas d'abord parvenu au sacerdoce ? D'où la parole de l'Apôtre aux Hébreux : « Que personne ne s'attribue l'honneur, seulement celui qui est appelé par Dieu comme Aaron ». Que cet office ait été laissé par les apôtres à tous les autres prêtres par héritage, Jérôme en témoigne dans la lettre au moine Héliodore : « Loin de moi de dire quelque chose de mauvais sur ceux qui, succédant comme prêtres au grade apostolique, accomplissent le corps du Christ par leur bouche sacrée, ceux par qui nous sommes chrétiens, ceux qui ont les clés du royaume des cieux. » Et que les sacrements divins ne se contentent pas seulement des termes solennels, le même Jérôme en témoigne par ces mots dans l'Exposition sur Sophonie : « Les prêtres qui servent à l'eucharistie et qui partagent le sang du Seigneur à ses peuples agissent de façon impie contre la loi du Seigneur en pensant que font l'eucharistie les paroles de celui qui prie et non sa vie, et qu'est nécessaire seulement une oraison solennelle et non les mérites des prêtres dont il est dit : “Et le prêtre en qui il y aura quelque tache ne s'approchera pas pour offrir les offrandes au Seigneur” ». Notre père Augustin est d'accord avec cette sentence, à savoir que personne ne peut bénir s'il n'a pas été ordonné, lui qui parle ainsi dans les Questions de l'Ancien Testament : « Il a été dit par le Seigneur à Aaron : “Vous, posez mon nom sur les fils d'Israël. Moi, le Seigneur, je les bénirai”, pour que la tradition tranfuse la grâce aux hommes par le ministère de l'ordonné. Et nous remarquons par là combien est grande la dignité de l'ordre sacerdotal. Il a été dit entre autres du très infâme Caïphe, meurtrier du Sauveur : “Il n'a pas dit cela de lui-même, mais comme il était en cette année chef des prêtres il a prophétisé”. Il est montré par là que le Saint-Esprit ne suit pas la personne de celui qui est digne ou indigne de ses grâces, mais l'ordre de la tradition, de sorte que même si quelqu'un est de bon mérite il ne peut cependant pas bénir s'il n'a pas été ordonné pour accomplir l'office de ce ministère. Or il appartient à Dieu d'attribuer l'effet de la bénédiction. »

    D'après ceci il apparaît donc clairement que la plénitude des sacrements divins ne consiste pas dans les seules prières mystiques et les mots solennels, mais elle a aussi besoin de ces suppléments qui viennent d'être dits. Car celui qui a donné comme prescription que cela se fasse selon l'ordre a refusé l'efficacité réelle, que l'on entend dans les sacrements, à ceux qui négligeraient l'ordre transmis par la tradition. Aussi les Apôtres, qui avaient reçu pouvoir sur tous les démons, comme ils avaient voulu soigner par leur seule parole un lunatique et n'avaient pas pu, revenant étonnés vers le Seigneur apprirent qu'ils avaient oublié des choses nécessaires, sans lesquelles la guérison de ce lunatique ne pouvait s'accomplir. Il dit en effet : « Ce genre n'est chassé que dans la prière et le jeûne ». Si donc ceux qui avaient reçu le pouvoir ne purent remplir ce qu'ils se proposaient, parce qu'ils avaient omis un ordre, quoi de mystique, quoi de divin pourront faire ceux qui n'ont reçu aucun pouvoir d'accomplir les mystères divins ?

    Que ceci te suffise pour l'instant, très cher, parce qu'à cette lecture ta diligence trouvera, avec ce que nous t'avons dit, beaucoup de choses grâce auxquelles sera repoussée la sottise de tels vains phraseurs, qui ne s'appuie sur aucune raison ni aucune autorité. Et que Dieu écarte cette erreur de son Église, lui qui l'a purifiée par le bain de l'eau dans le Verbe, pour l'avoir pour épouse sans tache et sans ride. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 21000 (yves-de-chartres-63), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/21000 (mise à jour : 21/09/2017).