« yves-de-chartres-27 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Eudes, sénéchal de Normandie

  •  
    après 1093 - avant 1094

  •  
    [1093-1094]

  •  
    Lettre

  •  

    Ivo, Dei gratia humilis Carnotensium episcopus, Eudoni, Nortmanniae dapifero(1), a zelo bono non tepescere(2).

    Quaesivit a me dilectio tua utrum contra eum qui, ante ordinationem suam de simoniaca haeresi et quibusdam criminibus apud metropolitanum et comprovinciales episcopos a te et aliis honestis pulsatus, diem statutae examinationis anticipando subterfugit et, violentia principis consecrationem adeptus, sedi episcopali est intrusus, agere debeatis sicut episcopum, vel sicut tantummodo clericum(3). Ego plane hoc ad inquisita respondeo quia, licet apud quorumdam imperitiam(a) existimetur episcopus, illis tamen non est in quorum conscientiis invasor est et haereticus. Unde sic dicit Leo papa in epistola Rustico Narbonensi episcopo directa(4) : « Nulla ratio sinit ut inter episcopos habeantur qui nec a clericis sunt electi, nec a plebibus expetiti. » Et post pauca : «  Quis ambigat non esse eis tribuendum quod non docetur fuisse collatum ? » Quus verbis ostenditur quia invasoribus episcopalis honor nullatenus est tribuendus.

    Non esse etiam clericatu dignos probat idem Leo in epistola episcopis Galliae et Germaniae directa, sic dicens(5) : « Sic decet fidem sanctorum Patrum servari in Ecclesia catholica ut quod habuit amittat qui improbabili temeritate quod non accepit assumpserit. Quos non esse sacerdotes beatus Gregorius ita confirmat in epistola Syagrio et coepiscopis ejus missa(6) : « Quicumque sacerdotium studet pretii datione mercari, non officium, sed nomen attendit ; non esse, sed dici tantum sacerdos concupiscit. » Idem in epistola ad Ciriacum episcopum Constantinopolitanum(7) : « Sicut locus regiminis desiderantibus negandus est, ita fugientibus offerendus ; et sicut scriptum est “Nec quisquam sibi sumit honorem, sed qui vocatur a Deo tanquam Aaron” ». Et alibi(8) : « Sicut qui invitatus renuit, quaesitus refugit, sacris altaribus est admovendus ; sic qui ultro aut importune se ingerit, procul dubio est repellendus. » Hinc dicit papa Paschasius(9) : « Quomodo tales episcopos vel abbates vel clericos devitamus(b), cum quibus si vel simus, vel oramus, excommunicationem subimus(c). » Quos quidem sacerdotes esse saltem credere, omnino errare est. De quorum repulsione etiam in canonibus Parisii promulgatis ita habetur(10) : « Si per ordinationem regiam istius honoris culmen aliquis pervadere nimia temeritate praesumpserit, a comprovincialibus episcopis nullatenus recipi mereatur, quem indebite ordinatum cognoscunt. » Inde ait beatus Ambrosius in Libro Pastorali(11) : « Oculis carnalibus videtur episcopus quasi magnus, sed divinis obtutibus est leprosus, qui per pecuniam acquisivit indebitum ordinem(d). » Hinc et beatus martyr Cyprianus(12) : «  Plebs obsequens dominicis(e) praeceptis et Deum metuens a peccatore sacerdote separare se debet, cum habeat potestatem dignos eligendi et recusandi indignos, quia in lege ostendit Dominus ordinationes sacerdotales non nisi sub populi assistentis(f) conscientia fieri oportere, ut plebe praesente vel malorum crimina detegantur, vel bonorum merita praedicentur. »

    Si igitur rationes vestrae constant, constat non esse agendum contra eum ut episcopum quem praedictae auctoritates episcopum esse non sinunt. Nam sicut dicit papa Bonifacius(13) : « Manifestum est confiteri de crimine, qui indulto et delegato judicio purgandi se occasione non utitur. » Praeterea secundum consuetudinem Romanae Ecclesiae aliter agitur contra simoniacam et neophytorum haeresim(14) quam adversus caetera crimina. Nam cum in aliis accusationibus, accusatorum et testium innocentia quaeratur, ad insimulationem talium etiam infames personae admittuntur(15).

    Possem quidem latius ista dixisse(g) et multa similia ad hujus sententiae confirmationem de authenticis scripturis collegisse, sed propter vitandam prolixitatem epistolae nunc ista sufficiant. De(h) caetero suadeo dilectioni tuae ut in causa ista non facile te committas illorum judicio qui in hujus invasoris depositione suum attendunt imminere periculum. Sicut enim dicit beatus Leo(16) : « Qui episcopi talem consecraverint sacerdotem, qualem esse non liceat, etiamsi aliquo modo damnum proprii honoris evaserint, ordinationis tamen jus ulterius non habebunt, nec illi sacramento intererunt, quod, neglecto divino judicio, immerito praestiterunt. » Si ergo secus quam justitia se habet, tibi judicatum fuerit, judices ipsos ad apostolicam invita audientiam, sine qua hujusmodi negotia commode finiri non possunt. Ego autem domino papae litteris meis commendabo causam vestram, si legati vestri per me transierint. De ipso vero papa de quo quaesisti, hoc tibi dico, quia mense novembri cum eo Romam pacifice intravi, mense januario ibi eum dimisi. Ibi adhuc moratur, et adversariis Romanae Ecclesiae, quantum Deo donante praevalet, obluctatur(17). Valete.


  •  
    stultitiam vel imperitiam V 
  •  
    non devitamus V 
  •  
    si vel simul oramus excommunicationem subimus JV, si vel simul oramus excommunicationi subjicimur AM 
  •  
    honorem vel ordinem J 
  •  
    divinis J, Domini V 
  •  
    astantis J 
  •  
    quidem ista duxisse V 
  •  
    de caetero...obluctatur] om. JT.

  •  
    Eudes le sénéchal, fils de Hubert de Ryes, sénéchal des rois normands Guillaume le Conquérant, Guillaume le Roux et Henri Ier, de 1071 à sa mort en 1120. Homme important en tant qu'administrateur, juge et conseiller, il participa aussi à des opérations militaires. Il était à sa mort possesseur de très vastes domaines. J.H. Round, « The legend of ‘Eudo Dapifer' », The English Historical Review, t. 37, 1922, p. 1-34. J.O. Prestwich, « The military Household of the Norman Kings », The English Historical Review, t. 96, 1981, p. 1-35.
  •  
    D'après la métaphore biblique in igne zeli ejus, Soph. 1, 18 et passim.
  •  
    Les accusations contre les évêques ne sont pas traitées en droit canonique comme celles qui concernent de simples clercs ; elles sont traitées au livre 5 dans le Décret d'Yves, De primatu romanae ecclesiae, tandis que ce qui touche les clercs se trouve au livre 6,De clericis. Les restrictions portent en particulier sur les gens reconnus aptes à accuser un évêque, Fausses décrétales, éd. Hinschius, Etienne, ep. 2, c. 6, p. 184, Sixte II, ep. 2, c. 8, p. 193, Felix Ier, ep. 2, c. 9-10, Jean, p. 694. Yves, Décret 5, 255, 247, 248, 249.
  •  
    Léon, ep. ad Rusticum, Narbonensem episcopum, c. 1, Fausses décrétales, éd. Hinschius, p. 616. Yves, Décret 5, 65 (Gratien D. 62, 1).
  •  
    Léon, fin de la lettre aux évêques de Germanie et de Gaule, Fausses décrétales, éd. Hinschius, p. 629. Yves, Décret 6, 73, canon attribué à la lettre 2 du pape Silvère à l'évêque Vigilius (Gratien, 25, 2, 22).
  •  
    Livre 9, 218, MGH, t. 2, p. 206 ; 9, 219, CCSL 140A, p. 783 . Yves, Coll. Trip. 1, 55, 6. Cette phrase n'et pas reprise dans le Décret.
  •  
    Livre 7, 5, MGH, t. 1, p. 445 ; CCSL 140, p. 448, citant Hebr. 5, 4. Yves, Décret 5, 350.
  •  
    Livre 9, 218, MGH, t. 2, p. 206 ; 9, 219, CCSL 140A, p. 784. Yves, Coll. Trip. 1, 55, 33.
  •  
    Pascal Ier, lettre 5 (PL 102, col. 1091-1094). Yves, Décret 2, 84.
  •  
    Concile de Paris III tenu vers 556-573, c. 8. Yves, Décret 5, 123 ;Panormie 3, 9 (Gratien D. 63, 5).
  •  
    Ambroise, De dignitate sacerdotali, c. 5, PL 17, col. 576-577. Yves, Décret 5, 96.
  •  
    Cyprien, ep. 67, 3, CC 3C, p. 451 ; éd. Bayard, p. 229. Le texte n'est pas dans le Décret
  •  
    Boniface, lettre aux évêques de Gaule (anno 419), Fausses décrétales, éd. Hinschius, p. 555. Yves, Décret 5, 271 et 6, 338 ;Panormie 4, 105 (Gratien, 3, 9, 10).
  •  
    L'hérésie des simoniaques et celle des néophytes sont souvent rapprochées, par exemple Pascal Ier, cité dans Yves, Décret 2, 84. Quisquis contra simoniacam et neophytorum haeresim pro officii sui loco vehementer non arserit... Quibus in verbis cum haereticus ex simoniaca et neophytorum haeresi exprimatur, quod aeterna morte dignissimum crimen sit, apertissime declaratur...
  •  
    Sur les personnes infâmes,voir lettre 83. Leur témoignage n'est pas reçu normalement, Décret 5, 257 (Jules, lettre aux évêques orientaux), Yves, Décret 16, 208 (Capitulaires, Benoît le Lévite, I, 309) et passim. Je n'ai pas trouvé de mention spéciale concernant les simoniaques.
  •  
    Léon, lettre aux évêques d'Afrique, Fausses décrétales, éd. Hinschius, p. 624. Yves, Décret 5, 107 (Gratien, 1, 1, 43).
  •  
    Voir lettres 24 et 25.

  •  
    Avranches, BM 243, 22-23
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 13v-14
  •  
    Jesus College, Q.G.5, 11v-12
  •  
    Vatican, Reg. Lat. 147, 4 rv
  •  
    Troyes, BM 1924, 46-47
  •  
    Auxerre, BM 69, 5v-6v

  •  

    Yves, par la grâce de Dieu humble évêque des Chartrains, à Eudes, sénéchal de Normandie, ne pas se refroidir dans le bon zèle.

    Ta dilection m'a demandé si, contre un homme qui, accusé avant son ordination par toi et par d'autres personnes honorables d'hérésie simoniaque et d'autres crimes devant le métropolitain et les évêques de la province, a usé de subterfuge en anticipant le jour fixé pour l'examen de son cas et a usurpé le siège épiscopal après avoir reçu la consécration par la violence du prince, vous devez intenter une action en justice comme on le fait contre un évêque ou simplement comme contre un clerc. Moi je réponds nettement à cette question que, bien qu'il soit tenu pour un évêque selon l'ignorance de certains, il ne l'est pas toutefois pour ceux dans les consciences de qui il est usurpateur et hérétique. Aussi le pape Léon dit-il, dans la lettre adressée à Rusticus, évêque de Narbonne : « Aucune raison ne permet que soient reconnus parmi les évêques ceux qui n'ont été ni élus par les clercs ni réclamés par les peuples », et peu après : « Qui doute qu'il ne faut pas leur attribuer ce qu'on n'a pas appris leur avoir été accordé ? » Il est montré par ces paroles qu'aucun honneur épiscopal ne doit être attribué aux usurpateurs.

    Qu'ils ne soient même pas dignes de la cléricature, le même Léon le prouve, dans la lettre adressée aux évêques de Gaule et de Germanie, en disant ainsi : « Il convient que la foi des saints Pères soit observée dans l'Église catholique de manière à faire perdre ce qu'il a possédé à celui qui, par une témérité répréhensible, aura pris ce qu'il n'a pas reçu. » Le bienheureux Grégoire confirme ainsi que ces gens ne sont pas des prêtres, dans la lettre envoyée à Siagrius et à ses collègues évêques : « Quiconque s'efforce d'acheter le sacerdoce à prix d'argent prétend non à la charge, mais au titre ; il convoîte non d'être, mais seulement d'être dit prêtre. » Le même, dans la lettre à Cyriaque, évêque de Constantinople : « De même que la place de gouvernant doit être refusée à ceux qui la désirent, de même il faut l'offrir à ceux qui la refusent ; et comme il a été écrit : “Nul ne s'arroge à soi-même cet honneur, mais celui qui est appelé par Dieu, comme Aaron” » ; et ailleurs : « De même qu'il faut appeler aux saints autels celui qui, invité, refuse, celui qui, recherché, s'enfuit, de même il faut rejeter sans le moindre doute celui qui s'immisce de son propre mouvement ou importunément.  » Ainsi le pape Pascal dit : « Comment éviter de tels évêques ou abbés ou clercs alors que, si nous demeurons ou prions avec eux, nous encourons l'excommunication ? » Même simplement croire qu'ils sont prêtres, c'est se tromper complètement. Et pour les rejeter, il y a aussi dans les canons promulgués à Paris : « Si quelqu'un a, par une trop grande témérité, l'audace de s'introduire au faîte de cet honneur grâce à l'ordination royale, qu'il ne mérite nullement d'être reçu par les évêques de la province, lui qu'ils savent avoir été ordonné de manière indue. » Aussi le bienheureux Ambroise dit-il dans son Livre Pastoral : « Aux yeux de la chair il peut presque paraître un grand évêque, mais aux regards de Dieu il est lépreux celui qui a acquis par de l'argent un ordre indu. » Et aussi le bienheureux martyr Cyprien : « Le peuple qui obéit aux préceptes du Seigneur et qui craint Dieu doit se séparer du prêtre pécheur, puisqu'il a le pouvoir d'élire des gens dignes et de refuser les indignes, parce que dans la loi le Seigneur montre qu'il ne faut pas faire d'ordinations sacerdotales si ce n'est à la connaissance du peuple assemblé, de sorte qu'en présence du peuple ou bien soient dévoilés les crimes des méchants, ou bien soient proclamés les mérites des bons. »

    Si donc vos raisons sont établies, il est établi qu'il ne faut pas intenter une action en tant qu'évêque contre celui que lesdites autorités ne permettent pas d'être évêque. Car, comme le dit le pape Boniface : « Il est manifeste qu'il confesse son crime celui qui n'use pas de l'occasion de s'en repentir quand un jugement lui est concédé et accordé. » En outre, selon la coutume de l'Église romaine, contre l'hérésie simoniaque et celle des néophytes on intente une action autrement que contre tous les autres crimes. Car tandis que dans les autres accusations on s'informe de l'innocence des accusateurs et des témoins, pour mettre en accusation des gens de ce genre même les personnes infâmes sont admises.

    Je pourrais assurément avoir développé ces points plus en détail et avoir rassemblé pour confirmer cette sentence beaucoup d'autres textes semblables tirés des écritures authentiques, mais que ceux-ci suffisent maintenant, en vue d'éviter la prolixité de la lettre. D'ailleurs je conseille à ta dilection de ne pas t'en remettre facilement dans cette affaire au jugement de ceux qui s'attachent au fait qu'un danger les menace avec la déposition de cet usurpateur. Car comme le dit le bienheureux Léon : « Les évêques qui auront consacré un prêtre tel qu'il ne lui est pas permis de l'être, même s'ils échappent de quelque manière au dommage touchant leur propre honneur, n'auront cependant plus dorénavant le droit d'ordonner et ne participeront plus à ce sacrement qu'ils ont accordé à tort, en négligeant le jugement divin. » Si donc le jugement s'est déroulé d'après toi autrement que selon ce que la justice exige, invite les juges eux-mêmes à l'audience apostolique, sans laquelle ne peuvent se régler des affaires de ce genre. Quant à moi je recommanderai votre cause au seigneur pape dans ma lettre, si vos envoyés passent par chez moi. Sur ce que tu me demandes du pape lui-même, je te dis que je suis entré en paix dans Rome avec lui au mois de novembre et que je l'y ai laissé au mois de janvier. Il y demeure encore et il résiste contre les adversaires de l'Église romaine, autant qu'il le peut avec le don de Dieu. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 20964 (yves-de-chartres-27), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/20964 (mise à jour : 21/09/2017).