« yves-de-chartres-17 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Galon, prévôt de Saint-Quentin (futur évêque de Paris)

  •  
    après 1091 - avant 1092

  •  
    [1091- 1092](1)

  •  
    Lettre

  •  

    Ivo, Dei gratia humilis Carnotensium(a) episcopus, dilectis in Christo filiis Galoni(2)(b) cum caeteris fratribus, sic boni propositi cursum tenere ut ad bravium supernae vocationis(3) valeatis pervenire.

    Quaecumque(c) diversa vel adversa de me vobis rumor popularis aspergat, firma stat anchora spei meae(4), fidelem habens Deum(d) qui omnes tentationes meas pusillanimitati meae contemperat et ad tolerandum fortitudinem praestat. Unde si aliquando ex humana infirmitate volitante fama aliquorum periculorum comminatione perturbor, disceptat adversum ratio mea, et si non his verbis, hac tamen sententia(5) : « “Quare tristis es, anima mea ? Quare conturbas me ?” Qui numquam defuit tibi, nusquam(e) deerit tibi Deus tuus salutare tuum(6). Quid est tibi episcopatus, nisi cruciatus ? Quid aliud est(f) hic honor, nisi onus ? Quid est tibi haec sublimitas, nisi naufragosa tempestas ? Unde si inventa honesta occasione huic oneri te subtraheres et tibi soli vacares, nullo impediente stadium hujus vitae percurrens(g), ad bravium supernae vocationis expeditius pervenires(7). Assume ergo tibi(h) pennas columbae(8) et avolabis a molestiis et requiesces et inhabitabis in solitudine mentis. Ibi exspectabis eum qui salvum te faciet a pusillanimitate spiritus et tempestate. »

    In hac mea deliberatione et quadam commodorum et incommodorum veluti libratione(i), plurimum mihi placet illa sententia, ut summopere optem mihi occasione justitiae aliquam inferri violentiam, ut exoneratus sarcina pastorali plena amaritudinis fastidiosae, plena curae fastidiosae et nubilosae(j) vertere me possim quo me invitat honestum otium, plenum dulcedinis non fastidiosae, plenum securitatis deliciosae et luminosae. Sed rursus in hac sententia quodam modo mihi displiceo, timens voluntatem Dei non sequi, sed praevenire meo desiderio. Et tandem secure mihi consulit ratio, ut sicut non praeveni voluntatem Dei episcopatum ambiendo, sic non praeveniam contemnendo, sed voluntati ejus in omnibus obnoxius de manu Domini aequo animo suscipiam prospera et aspera(k), secundum illud Apostoli(9) : « Nemo nostrum sibi vivit et nemo nostrum sibi moritur, sed ei qui pro ipsis mortuus est » Ideo non audeo manus subtrahere suscepto regimini. Non audeo officium linguae meae negare populo Dei, quotidie(l) ad consulta animae suae recurrenti, ne plectar poena servi mali et pigri(10). Unde oportet me propter spem numerosae prolis, consortium Liae nocte mihi suppositae, licet lippae, tamdiu tolerare, donec post expletionem senarii operis ad amplexus speciosae Rachel, donante Dei gratia, valeam penetrare(11). Ligat me etiam charitas cleri, devotio populi, benevolentia principis, quae ita se mihi gratuito contulit(m) ut etiam comitissa(12), me non petente, immo renuente, in manu mea quam sancte spoponderit pro se et pro comite(13) se mihi omnem fidem servaturos et in nulla persecutione quam pro lege(n) Dei patiar aliquatenus defuturos.

    De domino autem rege, quod mihi infestus sit, quia nuptiis ejus dicto et scripto(14) calumniam quam debui feci, scio vos non latere. Propter quod donec haec procella vertatur in auram(15), praesentiam meam vobis exhibere non valeo(o) ; tanquam presens(p) vero exopto et exhortor ut pacem sectemini et sanctimoniam. Hoc vovistis, hoc debetis, hoc et exhibetis, sed ut exhibeatis magis. Per hoc bono odore(16) diffuso, qui hactenus a vobis processit, et facultates Ecclesiae vestrae frequentibus augmentis multiplicabitis, et euntes de virtute in virtutem(17) ut filii pacis(18) in pace in idipsum dormietis(19). Nec alia vobis scribere scio nisi ut quae a me audistis, et accepistis, et tenuistis, ea indefesse teneatis, et omnes(q) ad societatem vestram venientes(r) tenenda doceatis. Praecipue vero memores estote communionis vestrae, ne si, quod absit, avaritia in vobis radicem fixerit, apostolicae conversationis, qua vivere optatis, obliti cum Anania et Saphira apostolica maledictione condemnemini(20). Et quia prona est omnis aetas ab adolescentia in malum, adolescentes vestros honestis semper exercitiis intentos, summa diligentia custodite, ut caste nutriti sacris possint ministeriis applicari. Si quis autem ambulat inter vos inquiete, hunc mihi per epistolam notate, ut congregatis vobis et meo spiritu digna eum possimus severitate corripere(s), quia non requiescet in eo spiritus meus(21) a quo scandalizatur grex pusillus(22).

    Postremo quod monui iterum moneo ut aliquem substituatis loco meo(23), non quod velim fraternitatem vestram deserere sed, si ita divinus ordo se habet, ut aliquando possitis(t) sub eo quem meo consilio vobis praefeceritis strenue(u) militare. Et quomodocumque res se habeat, vivens vellem de vestra conversatione experimento cognoscere quid boni post mortem meam de vobis sperare audeam. De caetero orate pro me et quomodo res vestrae se habeant interiores et exteriores et de incolumitate fratrum mihi rescribite. Valete.


  •  
    Carnotensis J 
  •  
    Gualoni J, G. T, om. al.
  •  
    quae JT 
  •  
    Dominum M 
  •  
    numquam MT 
  •  
    est om. JT 
  •  
    percurreres JT 
  •  
    om. JT 
  •  
    deliberatione JT 
  •  
    plena...nubilosae om. JT, curae nubilosae éd. Ju
  •  
    adversa JT
  •  
    cotidiane M 
  •  
    obtulit et fin de la lettre
  •  
    propter legem J 
  •  
    possum J 
  •  
    tanquam presens] absens J éd. Ju, praesens vero spiritu AL 
  •  
    omnibus AJL 
  •  
    venientibus AJL 
  •  
    corrigere J 
  •  
    si...possitis] sed ita divinus ordo aliquando J, ut possitis om. T, ut om. AM, opto ut éd.
  •  
    om. AMJ

  •  
    Yves garda la direction de Saint-Quentin au début de son épiscopat, son successeur Eudes fut élu en 1093. Le comte de Blois est encore tenu pour vivant, voir note infra.
  •  
    La plupart des manuscrits ne portent pas de nom. La lettre s'adresse aux chanoines de Saint-Quentin de Beauvais, où Yves passa quatorze ans, à partir de 1078. Galon, chanoine à Saint-Quentin, élève d'Yves de Chartres, à qui il succéda comme prévôt en 1090, fut élu en 1100 évêque de Beauvais et consacré en 1102 par Pascal II, voir lettres 99, 102.
  •  
    Ad bravium supernae vocationis, Phil. 3, 14. Le début de l'adresse est peut-être inspiré de Hebr. 12, 1.
  •  
    D'après Hebr. 6, 19.
  •  
    Ps. 41, 6.
  •  
    D'après Luc. 1, 47.
  •  
    D'après Phil. 3, 14.
  •  
    La métaphore et le passage suivant sont empruntés à Ps. 54, 7-9, avec une citation exacte de expectabis à tempestate. Ces expressions font référence à la vie régulière, qu'Yves semble bien regretter.
  •  
    Rom. 14, 7. La fin de la phrase n'est pas une citation exacte.
  •  
    D'après Matth. 25, 26.
  •  
    D'après Gen. ch. 29-30.
  •  
    Adèle, voir lettre 5.
  •  
    Son mari Étienne-Henri était parti à la croisade où il mourut en mai 1102, voir lettre 49.
  •  
    Voir lettres 13-16.
  •  
    Ps. 106, 29.
  •  
    II Cor. 2, 15.
  •  
    Ps. 83, 8.
  •  
    Luc. 10, 6.
  •  
    Ps. 4, 9.
  •  
    Act. ch. 5.
  •  
    D'après Is. 11, 2.
  •  
    Voir lettre 13.
  •  
    Voir aussi lettres 31 et 32. Le successeur d'Yves, Eudes, fut élu en 1093.

  •  
    Avranches, BM 243, 17v-18v
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 10v-11
  •  
    Jesus College, Q.G.5, 34rv
  •  
    Troyes, BM 1924, 77rv
  •  
    Lettres de saint Ives évêque de Chartres traduites et annotées par L. Merlet, Chartres, 1885,
  •  
    PL CLXII, col. 11-504, d'après Fr. Juret, Ivonis, Carnotensis episcopi, epistolae, 1585,

  •  

    Yves, par la grâce de Dieu évêque des Chartrains, à ses chers fils dans le Christ Galon avec tous les autres frères, vous maintenir dans la course de votre bon propos de manière à pouvoir atteindre le prix auquel vous êtes appelés d'en haut.

    Quels que ce soient les bruits contraires ou hostiles que la rumeur populaire répand à mon sujet auprès de vous, l'ancre de mon espérance demeure ferme car je tiens pour fidèle Dieu qui ajuste toutes mes tentations à ma faiblesse et me fournit le courage de les supporter. C'est pourquoi s'il arrive qu'à cause de la lâcheté humaine je sois troublé par la menace de quelques périls dont le bruit court çà et là, ma raison juge à l'opposé, sinon en ces termes, du moins en ce sens : « “Pourquoi es-tu triste, ô mon âme ? Pourquoi me troubles-tu ?” Qui t'a jamais fait défaut ? Ton Dieu, ton salut, nulle part ne te fera défaut. Qu'est l'épiscopat pour toi, sinon une torture ? Qu'est d'autre cet honneur, sinon une charge ? Qu'est pour toi cette élévation, sinon une tempête source de naufrages ? Par conséquent, si à la faveur d'une occasion honorable tu te soustrayais à cette charge et t'occupais de toi seul, en parcourant sans que personne n'y fasse obstacle le stade de cette vie, tu atteindrais plus rapidement le prix auquel tu es appelé d'en haut. Prends donc les ailes de la colombe et tu t'envoleras loin des embarras et tu te reposeras et tu habiteras dans la solitude de l'esprit. Là tu attendras celui qui te sauvera de la lâcheté de l'esprit et de la tempête. »

    Quand je délibère sur cela en moi-même et pèse pour ainsi dire certains des avantages et des inconvénients, cette pensée me séduit surtout : souhaiter de toutes mes forces subir quelque violence pour la cause de la justice afin de pouvoir, déchargé du fardeau pastoral plein d'amertume, plein des désagréments et des nuages des soucis, me tourner où m'appelle un loisir honnête, plein de douceur sans désagréments, plein de sécurité délicieuse et lumineuse. Mais d'un autre côté cette pensée me déplaît dans une certaine mesure, car je crains de ne pas suivre la volonté de Dieu, mais de la devancer par mon désir. Et enfin ma raison me donne ce conseil sûr : de même que je n'ai pas devancé la volonté de Dieu en briguant l'épiscopat, de même je ne la devancerai pas en le dédaignant, mais soumis en tout à sa volonté j'accepterai de la main de Dieu d'une âme égale les réussites et les rigueurs, selon ce que dit l'Apôtre : « Aucun d'entre nous ne vit pour soi et aucun d'entre nous ne meurt pour soi, mais pour celui qui est mort pour nous. » C'est pourquoi je n'ose retirer ma main du gouvernement que j'ai reçu. Je n'ose refuser l'office de ma langue au peuple de Dieu qui chaque jour recourt à ses conseils pour son âme, de peur d'être frappé du châtiment du serviteur mauvais et paresseux. Aussi me faut-il, dans l'espoir d'une descendance nombreuse, supporter le commerce de Lia, placée de nuit auprès de moi, bien que chassieuse, jusqu'à ce que je puisse, après achèvement de mon œuvre de six ans, approcher, par le don de la grâce de Dieu, des étreintes de la précieuse Rachel. Me lient également l'amour du clergé, la dévotion du peuple, la bienveillance du prince, qui s'est offerte à moi gratuitement au point même que la comtesse, sans que je le demande, et comme plutôt je le refusais, a promis le plus saintement possible en ma main, pour elle et pour le comte, qu'ils garderaient une foi entière envers moi et qu'ils ne me manqueraient en rien dans aucune persécution que je pourrais subir pour la loi de Dieu.

    Quant au seigneur roi, je sais que vous n'ignorez pas qu'il m'est hostile parce que j'ai fait contre son mariage en paroles et par écrit la critique que je devais. À cause de quoi, tant que cette tempête ne se tourne pas en brise, je ne pourrai pas vous offrir ma présence ; mais comme si j'étais présent, je vous invite et vous incite à poursuivre la paix et la sainteté. Vous en avez fait le vœu, vous le devez et vous le manifestez, mais je désire que vous le manifestiez davantage. Ainsi, grâce à la diffusion de la bonne odeur qui a jusqu'à présent émané de vous, et vous multiplierez par des accroissements répétés les ressources de votre église et, en allant de vertu en vertu comme des fils de paix, vous dormirez en paix pour cette raison même. Je ne sais rien vous écrire d'autre sinon que vous reteniez sans vous lasser ce que vous avez appris de moi et reçu et retenu et que vous appreniez à tous ceux qui viennent dans votre communauté à le retenir. Mais surtout souvenez-vous du lien de votre communion de peur que si, à Dieu ne plaise, l'avarice plantait en vous sa racine, oublieux du mode de vie apostolique dont vous souhaitez vivre, vous ne soyez condamnés par la malédiction apostolique avec Ananie et Saphire. Et parce que tout âge est dès la jeunesse enclin au mal, surveillez avec le plus grand zèle vos jeunes toujours occupés à des exercices honnêtes, pour que nourris chastement ils puissent s'adonner aux fonctions sacrées. Mais si quelqu'un chemine parmi vous dans le trouble, faites-le moi connaître par une lettre pour que nous puissions, vous et mon esprit assemblés, le corriger avec la sévérité qui convient, parce que mon esprit ne reposera pas sur celui par qui est scandalisé le petit troupeau.

    Enfin je vous recommande à nouveau ce que je vous ai recommandé, nommez quelqu'un à ma place, non que je veuille abandonner votre fraternité mais, si l'ordre divin est tel, je souhaite que vous puissiez un jour combattre ardemment sous celui que vous aurez mis à votre tête sur mon conseil. Mais, quelque tournure que prenne l'affaire, je voudrais, vivant, connaître par expérience d'après votre mode de vie quel bien j'oserai espérer de vous après ma mort. Enfin, priez pour moi et récrivez-moi comment vont vos affaires intérieures et extérieures et comment se portent les frères. Adieu.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 20954 (yves-de-chartres-17), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/20954 (mise à jour : 21/09/2017).