« yves-de-chartres-10 »


Général

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Abbaye de Saint-Avit (Saint-Denis-les-Ponts)

  •  
    après 1090 - avant 1116

  •  
    n.c.

  •  
    Lettre

  •  

    Ivo, Dei gratia, Carnotensium episcopus, virginibus in Dunensi monasterio sancti Aviti(1) Deo devotis, in virginitatis proposito placere virginum sponso.

    Gloriosum nomen virginitatis, sed(a) gloriosior est fructus. Cum enim justus quisque Domini sui vestigia jubeatur sequi qua poterit, de virginibus legitur quia sequuntur agnum quocumque ierit(2). Et cum unusquisque gradus conjugatorum vel continentium semper habeat de perpetrata carnis corruptione quod defleat, virginitas intemerata semper habet in auctore suo quo gaudeat. Cujus quanto superior est gradus, tanto gravior est casus. Cui perseveranti quanto felicior et suprema speranda est glorificatio, tanto cadenti miserior et extrema(b) timenda damnatio. Virginitas supernae civitatis est virtus, supernorum civium decus, ubi non habet quis de integritate quod perdat, de corruptione quod doleat. Quam quisquis in hac mortalitate studiosius aemulabitur, eo familiarius sponsi virginum visitatione(c) et charitate delectabitur. Ut autem probetis hanc paradisi esse virtutem, mementote quia primi parentes hanc ante peccatum in paradiso servaverunt, post lapsum facti exsules in terris(d) amiserunt. Nam quia suae civitatis munimenta projecerunt, ab antiquo hoste(3) facile expugnati et in hujus exsilii aerumnas expulsi, ejusdem civitatis ornamenta merito perdiderunt. Ut ergo valeatis de exsilio ad patriam repedare, ejusdem patriae munimentis vos munite, ejusdem ornamentis vos ornate, quo et antiqui hostis callida tentamenta fortiter respuatis et immortali sponso, cui integritatem corporum vestrorum devovistis, complacere valeatis.

    Christo enim vovistis nubere, non clericis. Christo vovistis nubere, non saecularium hominum colloquia frequentare. Ad hoc enim vobis septa monasterii facta sunt, ne mundi amatores intra castra(e) mundum fugientium recipiatis, ne ad publicum prodeatis(f), ac de corporali mundi visione, tractis introrsum foedis imaginibus atque expugnata intus virginitate, corpus quoque corruptioni subjici permittatis. Quomodo ergo pudicitiam servare valebitis, quae cum impudicis hominibus miscere colloquia publica vel privata quotidiano usu laboratis ? Legistis enim(4) : « Corrumpunt mores bonos confabulationes pessimae ». Non enim beata virgo Maria, cujus vita Christi virginibus specialis est forma proposita, residebat in publico nec procorum delectabatur colloquio quando est ab angelo salutata, quando est(g) Spiritu sancto obumbrata(5) et mater Salvatoris effecta. Sic reliquae sanctae mulieres, quae in proposito sanctitatis Deo placere voluerunt, virorum colloquia respuerunt, praeter eos quorum necessitatibus aliquando de sua substantia charitate monente ministraverunt, vel a quibus sanctae exhortationis gratiam percipere meruerunt ; non autem aliquando carnis amatoribus pretiosa veste(h)(6), vel fucata facie, non gestu lubrico, vel soluto incessu placere studuerunt. Immortalis etenim sponsus in interiori homine(7) vestro imputribilem quaerit pulchritudinem, non exterioris hominis pulchram putredinem(i) Sic enim de sponsa Christi legitis(j) in psalmo(8) : « Omnis gloria ejus filiae Regis ab intus ». Christi ergo virginem primum decet cordis humilitas(9), facies pallida macieque confecta, cutis cilicio squalida, non balneis frequentibus accurata, in loquendo verecundia, in audiendo obedientia, in cibo parcitas, in potu sobrietas, in incessu gravitas, in veste vilitas, non dissolutae mentis(k) nutrix et index prodigalitas, ut in his omnibus non voluptati serviatur, sed necessitati. Sicut enim bona domus in ipso vestibulo agnoscitur(10), sic religiosae mentis habitus his signis foris agnoscitur, et eisdem ad contemptum sui quotidianis profectibus eruditur. Quanto enim quisque vilior est in oculis suis, tanto sublimior est in oculis conditoris.

    Oportet quoque ut semper sitis intentae orationi, aut lectioni, aut operationi(l), ut diabolus vos inveniat occupatas(11), nec mentes vestras nocivis(m) et vagis cogitationibus expositas. Iste enim mos legitur(12) fuisse in monasteriis Aegyptiorum, ut neminem(n) reciperent qui nollet operi operam dare, non propter necessitatem, sed propter vitandam otiositatem, quae inimica est animae(13). Ad haec fortasse dicturae estis quod dixerunt quidam a Domino recedentes et post Satanam abeuntes : « Durus est hic sermo(14). Non potest talia pati nostra aetas, non potest ferre nostra ingenuitas. » Quibus respondeo : « Quae vestrum nobilior beata Caecilia(15), quae cilicio membra domabat ? Quae vestrum Agnete beatissima tenerior, quae non solum conjugium nobilium sprevit, sed sicut ipsa de se dicit, carnis spurcitias immaculato calle transivit(16) ? Plena sunt exemplis religiosarum et religiosorum saecula qui in omni conditione, in omni sexu, in omni aetate supradictis modis(o) Domino placuerunt. Quare ergo vos non poteritis in Patre luminum(17) quod isti et istae potuerunt ? » Est(p) aliud quod fortasse vel tacita cogitatione proponetis : « Si familiaribus nostris denegaverimus consueta colloquia, et ipsi denegabunt nobis solita obsequia, subtrahent nobis necessaria subsidia. » Ad quod ego vobis ex apostolica voce(18) promitto quod(q) « fidelis Deus qui non patietur vos tentari supra id quod potestis sustinere», sed parabit vobis pro uno carnali amatore centum spirituales amatores, per quos vobis necessaria ministrabit et res monasterii vestri tutas et incolumes conservabit. Si enim aliqua vestrum esset alicui nuptiali foedere sociata et ad alium transiret, nonne adultera judicaretur(19) ? Nonne capitali sententia a judicibus puniretur ? Quanto magis putatis(r) eam majora mereri supplicia quae, spretis castis immortalis sponsi nuptiis, amorem suum cuiquam carnaliter impendit ?

    Haec considerantes, charissimae, immortali sponso adhaerete, totum amorem vestrum illi impendite, famae vestrae quam ex parte maculastis de caetero consulite, ne compellar ad vos(s) quandoque in virga venire(20), et inveniam vos quales nolo, et vos me inveniatis qualem non vultis. Volo autem et praecipio in summa obedientia ut omni hebdomada semel in conventu vestro legatur haec epistola, quatenus et ea quae inhonesta sunt sollicite cavere discatis, et quae honesta sunt(t) et saluti vestrae congrua alacriter et fortiter observare studeatis. Bene valete.


  •  
    om. JT 
  •  
    est JT 
  •  
    visione V 
  •  
    om. JT 
  •  
    claustra V 
  •  
    ne...prodeatis om. V 
  •  
    om. JT 
  •  
    om. V 
  •  
    pulchritudinem JT, putrem pulchritudinem 
  •  
    legistis V éd. Ju 
  •  
    om. JT 
  •  
    operationi JT, operi 
  •  
    nocuis J, in otiis T 
  •  
    nullum V 
  •  
    viis T, om.
  •  
    est et J 
  •  
    om. JT 
  •  
    putetis J 
  •  
    om.
  •  
    om. JVT.

  •  
    Abbaye de Saint-Avit (cne Saint-Denis-les-Ponts, cant. et arr. Châteaudun, Eure-et-Loir). Fondée peut-être au VIe siècle, l'abbaye avait été restaurée en 1045 par Gannelon, trésorier de Saint-Martin de Tours. Ch. Cuissard, « Sommaire des chartes de Saint-Avit », Bulletin de la société dunoise, t. 9, 1898, p. 169-200.
  •  
    Sequuntur...ierit, Apoc. 14, 4.
  •  
    Apoc. 12, 9 ; 20, 2.
  •  
    I Cor. 15, 33, corrumpunt...colloquia mala. Yves cite le texte comme Jérôme, ep. 22, 29, ep. 52, 5 et passim, avec confabulationes pessimae.
  •  
    Luc. 1, 35.
  •  
    I Tim. 2, 9.
  •  
    Rom. 7, 22 ; Eph. 3, 16.
  •  
    Ps. 44, 14.
  •  
    Le passage est inspiré d'Ambroise, De virginibus, ad Marcellinam sororem suam l. 2, ch. 2, 7-8, PL 16, c. 209, repris par Augustin, De doctrina christiana, livre 4, ch. 48.
  •  
    Ambroise, De virginibus, livre 2, ch. 2, 7, citation exacte.
  •  
    D'après Jérôme, ep. 125, Ad Rusticum, c. 11, repris dans Yves, Décret, 7, 4-6 (Gratien, DC 5, 33).
  •  
    Ibid.
  •  
    Regula Sancti Benedicti, ch. 48, 1.
  •  
    Joh. 6, 61.
  •  
    BHL, p. 224-225.Acta Sanctorum, Nov. 22, non édité.
  •  
    Ps. Ambroise, Vita sanctae Agnetis,Acta Sanctorum, Januarii, t. 2, p. 715-718 ; ep. 1, PL 17, col. 735-752, la citation se trouve § 13, col. 740.
  •  
    Jac. 1, 17.
  •  
    I Cor. 10, 13.
  •  
    Même idée, Augustin, Enarrationes in psalmos,In Ps. 83, c. 4. Calixte, ep. 2, c. 14, Fausses décrétales, éd. Hischius, p. 139. Yves, Décret, 3, 53 (Gratien, 7, 1, 39).
  •  
    D'après I Cor. 4, 21.

  •  
    Avranches, BM 243, 13v-15
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 8rv
  •  
    Jesus College, Q.G.5, 32-33
  •  
    Troyes, BM 1924, 74-75
  •  
    Auxerre, BM 69, 3-4v
  •  
    PL CLXII, col. 11-504, d'après Fr. Juret, Ivonis, Carnotensis episcopi, epistolae, 1585,

  •  

    Yves, par la grâce de Dieu évêque des Chartrains, aux vierges vouées à Dieu dans le monastère dunois de Saint-Avit, plaire à l'époux des vierges dans leur vœu de virginité.

    Glorieux est le nom de virginité, mais plus glorieux est son fruit. Car tandis que chaque juste reçoit l'ordre de suivre les traces de son Seigneur où il pourra, on lit à propos des vierges qu'elles suivent l'agneau où qu'il aille. Et tandis que chaque ordre des époux ou des continents a toujours à déplorer d'avoir commis une corruption de la chair, la virginité sans tache a toujours de quoi se réjouir en son auteur. Et plus haute est son élévation, plus grave est sa chute. Plus la glorification à espérer est heureuse et sublime pour celle qui persévère, plus la condamnation à craindre est misérable et profonde pour celle qui chute. La virginité est la vertu de la cité d'en haut, l'honneur des citoyens d'en haut, où il n'y a personne qui perde son intégrité, personne qui s'afflige de la corruption. Plus quelqu'un rivalisera de zèle dans cette vie mortelle, plus familièrement il se réjouira de la visite et de la charité de l'époux des vierges. Et pour vous convaincre que c'est bien la vertu du paradis, rappelez-vous que les premiers parents l'avaient conservée au paradis avant la faute et qu'ils la perdirent après la faute, devenus exilés sur les terres. Car parce qu'ils abattirent les remparts de leur cité, facilement battus par l'antique ennemi et chassés vers les tourments de cet exil, ils perdirent à juste titre les ornements de cette cité. Pour pouvoir donc revenir de l'exil vers la patrie, fortifiez-vous des fortifications de cette patrie, ornez-vous de ses ornements pour repousser avec force les tentatives rusées de l'antique ennemi et pour pouvoir plaire à l'époux immortel, à qui vous avez voué l'intégrité de vos corps.

    C'est le Christ en effet que vous avez fait vœu d'épouser, non les clercs. C'est le Christ que vous avez fait vœu d'épouser, non de vous mêler aux entretiens des hommes du siècle. Car la clôture du monastère a été faite pour vous dans ce but, que vous ne receviez pas ceux qui aiment le monde dans le camp de ceux qui fuient le monde, que vous ne vous montriez pas en public et qu'à cause de cette vision corporelle du monde, attirant des images honteuses au-dedans et détruisant la virginité à l'intérieur, vous ne laissiez pas votre corps aussi s'abandonner à la corruption. Comment donc pourrez-vous conserver la pudeur, vous qui cherchez en une habitude quotidienne à engager avec des hommes impudiques des entretiens publics et privés ? Car vous avez lu : « Les mauvaises conversations corrompent les bonnes mœurs. » La vierge Marie en effet, dont la vie est le modèle spécialement proposé aux vierges du Christ, ne vivait pas en public et ne prenait pas plaisir à s'entretenir avec des prétendants quand elle a été saluée par l'ange, quand elle a été à l'ombre du Saint Esprit et est devenue mère du sauveur. Ainsi toutes les autres saintes femmes, qui ont voulu plaire à Dieu par la sainteté de leur mode de vie, ont repoussé les entretiens avec les hommes, sauf ceux aux besoins de qui, poussées par la charité, elles ont parfois apporté l'aide de leurs biens, ou ceux de qui elles ont mérité de recevoir la grâce d'une sainte exhortation ; mais elles ne se sont jamais appliquées à plaire aux amis de la chair par un vêtement précieux ou un visage fardé, par un geste lubrique ou une démarche alanguie. L'époux immortel recherche en effet la beauté imputrescible dans votre homme intérieur, et non la belle pourriture de l'homme extérieur. Ainsi donc vous lisez dans le psaume, à propos de l'épouse du Christ : « Toute sa gloire de fille de roi vient de l'intérieur. » C'est pourquoi conviennent à la vierge du Christ l'humilité du cœur, un visage pâle et amaigri, une peau irritée par le cilice et non pas soignée par des bains fréquents, la pudeur dans la parole, l'obéissance dans l'écoute, la modération dans la nourriture, la sobriété dans la boisson, la gravité dans la démarche, la grossièreté dans le vêtement et non la prodigalité qui nourrit et dévoile un esprit dissolu, si bien qu'en tout ceci on n'est pas assujetti à la volupté mais à la nécessité. Car ainsi qu'une maison honnête se reconnaît dans son vestibule même, ainsi l'état d'un esprit religieux se reconnaît à ces signes extérieurs et par eux elle s'élève vers le mépris d'elle-même par des progrès quotidiens. En effet plus chacun est vil à ses propres yeux, plus il est élevé aux yeux du créateur.

    Il faut aussi que vous soyez toujours assidues à la prière, ou à la lecture, ou au travail, pour que le diable vous trouve occupées et que vos âmes ne soient pas exposées à des pensées nocives et vagabondes. En effet on lit que c'était la coutume dans les monastères d'Égypte de ne recevoir personne qui ne veuille se consacrer au travail, non par nécessité mais pour éviter l'oisiveté, qui est l'ennemie de l'âme. Peut-être allez-vous dire à cela ce qu'ont dit certains qui se sont écartés du Seigneur et sont allés ensuite vers Satan : « Dure est cette parole. Notre âge ne peut supporter de telles choses, notre condition ne peut supporter de telles choses. » À quoi je réponds : « Qui de vous est plus noble que la bienheureuse Cécile, qui domptait ses membres avec un cilice ? Qui de vous est plus tendre que la très sainte Agnès, qui non seulement méprisa le mariage de nobles, mais, comme elle le dit elle-même, traversa les impuretés de la chair sur un sentier immaculé ? Les siècles sont pleins d'exemples de ces religieuses et de ces religieux qui, de toute condition, de tout sexe, de tout âge ont plu au Seigneur par les moyens cités plus haut. Pourquoi donc vous ne pourrez-vous pas dans le Père des lumières ce que ceux-ci et celles-ci ont pu ? » Il y a autre chose que vous avancerez peut-être, même dans une réflexion silencieuse : « Si nous refusons les entretiens accoutumés avec nos familiers, eux aussi nous refuseront les services habituels, ils nous enlèveront les aides nécessaires. » À quoi je vous promets par la voix de l'Apôtre que « Dieu est fidèle, qui ne supportera pas que vous soyez tentées au-delà de ce que vous pouvez supporter », mais vous préparera pour un ami charnel cent amis spirituels, par qui il vous fournira le nécessaire et conservera sûrs et intacts les biens de votre monastère. Car si l'une d'entre vous avait été unie à quelqu'un par un contrat de mariage et passait à un autre, ne serait-elle pas tenue pour adultère ? Ne serait-elle pas punie par les juges de la peine capitale ? Combien plus pensez-vous que mérite les plus grands supplices celle qui, méprisant les noces chastes de son immortel époux, distribue charnellement son amour à n'importe qui ?

    Considérant ceci, très chères, attachez-vous à l'immortel époux, distribuez-lui tout votre amour, veillez à l'avenir à votre renommée, que vous avez en partie souillée, pour que je ne sois pas obligé de venir un jour auprès de vous avec des verges, que je vous trouve telles que je ne veux pas et que vous me trouviez tel que vous ne voulez pas. Or je veux et je prescris dans la plus grande obéissance qu'une fois chaque semaine cette lettre soit lue dans votre communauté, pour que vous appreniez à vous garder avec zèle de ce qui est déshonnête et que vous vous appliquiez à observer avec joie et courage ce qui est honnête et adapté à votre salut. Portez-vous bien.

Informations

Acte

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 20947 (yves-de-chartres-10), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/yves-de-chartres/notice/20947 (mise à jour : 29/06/2018).