« yves-de-chartres-44 »


Description

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Les habitants du diocèse de Chartres

  •  
    après 1095/12 - avant 1116

  •  
    [après décembre 1095]

  •  
    Lettre

  •  

    Ivo, Dei gratia Carnotensis Ecclesiae minister, omnibus in ejusdem Ecclesiae episcopatu positis, salutem in Domino.

    Notum sit vobis, dilectissimi, qui ad supernam Hierusalem pertinere vos creditis, quia si donativum superni regis(1), ad quod vocati estis, promereri desideratis, pacem vobis a Deo mandatam remota omni discordiae peste servare debetis. Hanc enim Christus mundum ingrediens(2) angelica revelatione mundo mandavit coelesti militia concinnente(3) : « Gloria in excelsis Deo et in terra pax hominibus bonae voluntatis. » Hanc Christus proxime de mundo egressurus et in brevi ad coelos reversurus commendavit dicens(4) : « Pacem meam do vobis, pacem meam relinquo vobis. » Hanc Apostolus necessario tenendam admonet dicens(5) : « Pacem sequimini cum omnibus et sanctimoniam, sine qua nemo videbit Deum. » Cum enim Christi adventus non solum inter se coelestia et terrestria, sed etiam ad invicem ipsa terrestria pacificare venerit, ut in unitate fidei(6) et christianae pacis unum Christi corpus fierent, quid ei proderit Christi adventus qui extra pacem fuerit inventus ? Hanc professi estis cum, ad Deum auctorem pacis et amatorem revertentes, diabolo auctori et amatori discordiae et omnibus operibus ejus in fonte vitae renuntiastis(7).

    Ergo, fratres, si dissimulare non vultis, magna est vobis indicta necessitas observandae pacis, qui regis aeterni sacramentis obstricti aeterni praemii exspectatione coelesti militiae(8) vos mancipastis. Pro certo enim sciat fraternitas vestra quia in regno Christi(9) nullus est relictus discordiae locus. Solum cum auctore mortis et operibus ejus indeficiens est nobis injuncta discordia. Cum ergo, ut dictum est, christianorum fines pacem debeant habere continuam(10) et non tantum mentes eorum a vitiis, sed et manus debeant vacare ab operibus vitiosis, videte quantum jam(a) desit vobis ad christianam perfectionem, qui dies, quos devovistis coelesti militiae ad quaerendam salutem, remitti vobis cogitis exercendae malitiae ad inveniendam mortem.

    Attendite, fratres, si quis vestrum alternatim carnem suam tribus diebus(11) ferro incideret, vel igni combureret, vel quolibet alio cruciatu affligeret, quatuor vero diebus tantum vacaret, nonne ab amicis ligaretur, nonne tanquam phreneticus ad medicum duceretur ? Quanto magis vulnerator animae suae vel interfector fortioribus Christi vinculis esset alligandus, ut a morte animae suae cessaret et incessanter vitae operam daret ! Sed quia prona est omnis aetas ab adolescentia in malum(12) et perversi homines stipendia peccati(13) magis quam justitiae diligentes adversus(b) correctores suos insurgunt, tanquam phrenetici in medicos, exspectantes de vobis meliora et viciniora saluti(14), toleramus imperfectionem vestram, dissimulamus impietatem vestram et, cum abundante iniquitate sanare vos perfecte nequeamus, malumus infirmos et saucios vos habere(c) quam penitus mortuos. Rogamus itaque et obsecramus et, ex auctoritate Domini Jesu cujus legatione, licet indigni, fungimur(15), vobis praecipimus ut salvationis vestrae memores saltem hos quatuor dies, quibus(d) Dominus et Salvator noster medicinalia salutis nostrae sacramenta evidentius operatus est, pacificos firmiter habeatis et ab omni injuria tam inimicorum quam amicorum, tam alienigenarum quam indigenarum, mentes, manus, linguas compescatis(16).

    Novit enim quicumque est(e) christianae religionis discipulus quia quinta feria(17) Dominus Jesus ultimum(f) cum discipulis convivium celebravit(18), in quo corpus et sanguinem suum, quae sunt nostrae reconciliationis sacramenta et vulnerum nostrorum medicamenta, edendum et bibendum, et de caetero in sui commemorationem faciendum eisdem discipulis commendavit. Completo itaque coenae mysterio, eorumdem discipulorum pedes lavit, in sacramentum poenitentiae et remissionis(19), hoc sacramento designans terreno pulvere etiam religiosa corda sordere et neminem esse mortalium qui non egeat poenitentia et peccatorum indulgentia. Ejusdem diei fine, discipulo prodente, traditus est in manus Judaeorum, quod tanta patientia fieri pertulit ut se male tractantibus in nullo resisteret, immo aurem praecisam servo principis benigne restitueret(20). Quinta quoque feria, peracta dispensatione suae incarnationis, videntibus discipulis in glorificata carne coelos ascendit(21), de caetero ad dexteram Patris interpellans pro nobis(22) ut eo sequatur humilitas gregis quo praecessit celsitudo pastoris. Quid in his omnibus dux noster, quid nisi pacis exempla monstravit, videlicet ut quo die christiana plebs tot ad vitam medicamenta suscepit, nemo alium laedendo se potius laedat, nemo alium interficiendo se potius interficiat, cum laesus foris laedens(g) intus pereat ?

    Sexta vero feria primus Adam de limo plasmatus est(23)(h) et secundus Adam, ad redimendum hominem veniens, in utero Virginis angelo nuntiante est incarnatus(24). Eadem quoque feria Christus passus est et homo perditus ad imaginem Dei per Christi sanguinem(i) est reformatus. Qua ergo die pax reddita est mundo, pacem servare debet omnis homo, ne ad mortem redeat, quam protoplastus universo intulit mundo.

    Septima autem feria requievit Deus ab omni opere suo(25), significante hoc nobis Spiritu sancto quod non tantum quiescere debemus ab omni opere vitioso, sed et requiem exspectare post tempus quo(j) sabbatizandum est ab omni opere oneroso(26). Non enim onerosum erit Deum perfecte diligere et ejus laudibus ex dilectione incessanter insistere. In figuram quoque futuri et praesentis sabbatismi, praedicta feria caro Christi requievit in sepulcro, anima ejus interim tartara debellante et hostis antiqui fortitudine superata, perdita spolia reportante. Noli ergo, christiane Christi sanguine redempte, noli beneficiis tui Redemptoris ingratus existere, noli tartara in hac ereptionis et requietionis die tua praesentia cumulare, bona proximi tui rapiendo et eum qui aliena non rapuit, sed se ipsum tibi impendit in membris suis iterum persequendo.

    De octava feria, quae et prima, nulli credenti dubium est quod ea die Dominus resurrexerit et certum nobis argumentum et exemplum duplae nostrae resurrectionis sua resurrectione contulerit, in qua plena pax dabitur filiis adoptionis(27), jam non concupiscente carne adversus spiritum, vel spiritu adversus carnem(28).

    His et aliis de causis quae pro brevitate sermonis onerosum est enumerare, majores nostri in his potissimum diebus servandam pacem esse sanxerunt et pro qualitate personarum et quantitate malorum diversa et dira supplicia violatoribus pacis inferri decreverunt. Quorum vestigia, pro posse nostro, sequentes, exhortando praecipimus et praecipiendo exhortamur ut pacem, cujus constitutionem vobis scriptam dirigimus, sine disceptatione servetis et servandam tactis sacrosanctis reliquiis manu propria firmetis(29). Hoc enim vobis bonum est, et ad augmentum(k) rerum temporalium, et ad profectum bonorum incommutabilium. Obedientibus a Deo pax et misericordia(30) ; huic autem constitutioni non obediturus, sit anathema ; maranatha(31)(l).


  •  
    jam quantum V, jam om.
  •  
    ad V 
  •  
    quibus om. T, quibus et Dominus salvator V 
  •  
    om. AVT 
  •  
    communionem, convivium om. V 
  •  
    laesus al
  •  
    om. V, est plasmatus A 
  •  
    per...sanguinem om.
  •  
    quia V, qua T 
  •  
    argumentum V, agmentum T 
  •  
    valete T.
  •  
    . maluimus habere vos infirmos et saucios AT éd. L, malumus infirmos vos habere et saucios V 

  •  
    Métaphores patristiques, sans référence précise. Donativum, voir lettre 103.
  •  
    Hebr. 10, 5.
  •  
    Luc. 2, 14.
  •  
    Joh. 14, 27 (avec les deux propositions interverties).
  •  
    Hebr. 12, 14.
  •  
    Eph. 4, 13.
  •  
    Réminiscence de la formule de renonciation baptismale. Fons vitae, Ps. 35, 10.
  •  
    Expression biblique, Luc. 2, 13 ; Act. 7, 22 et passim.
  •  
    Eph. 5, 5.
  •  
    Réminiscence de la secrète de la messe pour la paix, Deus qui credentes.
  •  
    Ce chiffre fait référence aux décrets de la paix de Dieu renouvelés au concile de Clermont en décembre 1095, canons 2, Tribus autem diebus, scilicet secunda et tertia et quarta feria, injuria ab aliquo alicui illata non reputabitur pacis infractio, et 3, Quatuor autem reliquis diebus, si quis alicui injuriam intulerit, infractionis sanctae pacis reus habeatur et, prout judicatum fuerit, puniatur. Texte transmis par Lambert d'Arras, Registre, C. 52, p. 186-187.
  •  
    Prona est omnis aetas ab adolescentia in malum, Gen. 8, 21.
  •  
    Rom. 6, 23.
  •  
    Hebr. 6, 9.
  •  
    D'après II Cor. 5, 20.
  •  
    Concile de Clermont, c. 3, voir note supra.
  •  
    Jeudi. Sont ensuite énumérés les sixième, septième et huitième, soit vendredi, samedi et dimanche.
  •  
    Allusion à la célébration de la cène le jeudi saint. Matth. 26, 26-29 ; Marc. 14, 22-25 ; Luc. 22, 19-20.
  •  
    Joh. 13, 2-11.
  •  
    Luc. 22, 50-51.
  •  
    Luc. 24, 51; Act. 1, 9 et passim.
  •  
    Marc. 16, 19.
  •  
    Gen. 2, 7.
  •  
    L'opposition des deux Adam s'inspire de I Cor. 15, 45.
  •  
    Gen. 2, 2.
  •  
    Tertullien, Adversus Judeos, 4, sabbatizare nos ab omni opere servili, d'après Num. 29, 35.
  •  
    Expression paulinienne, Rom. 8, 15, Eph. 1, 5, etc.
  •  
    D'après Gal. 5, 17.
  •  
    Avant le concile de Clermont, la trêve de Dieu avait été plusieurs fois décidée : conciles de Verdun-sur-le-Doubs (1016), de Lillebonne (1047-1066), décrets d'Ascelin de Laon (1023-1030), de Gérard Ier de Cambrai (1036), concile de Saint-Médard de Soissons, entre 1083 et 1092, sans doute en 1092. R. Bonnaud-Delamare, « La paix en Flandre pendant la première croisade », Revue du Nord, t. 39, 1957, p. 147-152. « Les institutions de paix dans la province ecclésiastique de Reims au XIe siècle », dans Bulletin philologique et historique... 1955-1956, Paris, 1957, p. 143-200. H. Hoffmann, Gottesfriede und Treuga Dei, Stuttgart, 1964, p. 191-192. D. Barthélemy, L'an mil et la paix de Dieu, Paris, 1999. F. S. Paxton, « The peace of God in modern historiography : perspectives and trends », Historical Reflections/Réflexions historiques, 14, 1985, p. 385-404. Les textes visent essentiellement à la protection des églises, des gens sans armes, des femmes, des voyageurs et marchands, définissent les jours et périodes où cette paix doit s'exercer, les rites d'amendement ou d'excommunication. L'assemblée de Saint-Omer en 1099 reprend encore ces thèmes, Lambert d'Arras, Registre, C. 62.
  •  
    I Tim. 1, 2 ; II Tim. 1, 2.
  •  
    I Cor. 16, 22.Le terme est souvent lié à la formule d'excommunication et se trouve dans les décrets pontificaux et les conciles.

  •  
    Avranches, BM 243, 30-31v
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 19-20
  •  
    Vatican, Reg. Lat. 147, 9-10
  •  
    Troyes, BM 1924, 81-82v
  •  
    Auxerre, BM 69, 15-16v
  •  
    Lettres de saint Ives évêque de Chartres traduites et annotées par L. Merlet, Chartres, 1885,

  •  

    Yves, par la grâce de Dieu ministre de l'Église de Chartres, à tous ceux qui résident dans l'évêché de cette même Église, salut dans le Seigneur.

    Qu'il vous soit connu, très chers, vous qui croyez appartenir à la Jérusalem d'en haut, que si vous désirez mériter du roi d'en haut la récompense à laquelle vous avez été appelé, vous devez observer, repoussant toute peste de discorde, la paix qui vous a été commandée par Dieu. Car c'est elle que le Christ venant dans le monde a commandée au monde par la révélation de l'ange, quand la milice céleste chantait : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur terre aux hommes de bonne volonté. » C'est elle que le Christ, sur le point de quitter le monde et de retourner bientôt dans les cieux, recommanda en disant : « Je vous donne ma paix, je vous laisse ma paix. » C'est elle que l'Apôtre engage à observer nécessairement en disant : « Recherchez la paix avec tous et la sanctification, sans laquelle personne ne verra Dieu. » Car puisque l'avènement du Christ est venu pacifier non seulement les êtres célestes et terrestres entre eux, mais aussi les êtres terrestres les uns avec les autres, pour qu'ils deviennent le corps unique du Christ dans l'unité de la foi et de la paix chrétienne, en quoi servira l'avènement du Christ à celui qui aura été trouvé hors de cette paix ? C'est elle que vous avez professée quand, revenant vers Dieu, auteur et ami de la paix, vous avez sur la fontaine de vie renoncé au diable, auteur et ami de la discorde, et à toutes ses œuvres.

    Donc, frères, si vous ne voulez pas être négligents, grande est la nécessité d'observer la paix qui vous est imposée, vous qui, liés par les serments du roi éternel, vous consacrez à la milice céleste dans l'attente de la récompense éternelle. Que votre fraternité sache en effet avec certitude que dans le royaume du Christ aucune place n'a été laissée à la discorde. C'est seulement avec l'auteur de la mort et avec ses œuvres que nous a été imposée une discorde sans fin. Puisque donc, comme il a été dit, les terres chrétiennes doivent avoir une paix continuelle et doivent libérer non seulement leurs esprits des vices, mais aussi leurs mains des œuvres vicieuses, voyez combien il vous manque pour atteindre la perfection chrétienne, vous qui exigez que les jours que vous avez voués à la milice céleste pour chercher le salut on vous les laisse consacrer à l'exercice de la malice pour trouver la mort.

    Remarquez, frères : si l'un d'entre vous, tour à tour, pendant trois jours coupait sa chair avec un fer ou la brûlait au feu ou l'affligeait de quelque autre torture, mais si pendant quatre jours seulement il la laissait reposer, ne serait-il pas attaché par ses amis, ne serait-il pas conduit chez le médecin comme un fou furieux ? Combien plus celui qui blesse son âme ou qui la tue devrait-il être enchaîné par les liens plus solides du Christ, pour cesser de causer la mort de l'âme et œuvrer sans cesse pour la vie ! Mais parce que dès l'adolescence tout âge est porté au mal et que les hommes pervers, aimant mieux le salaire du péché que celui de la justice, s'insurgent contre ceux qui les corrigent, comme les fous contre leurs médecins, en espérant de vous des œuvres meilleures et plus proches du salut nous tolérons votre imperfection, nous négligeons votre impiété et, comme nous ne pouvons vous soigner parfaitement vu l'abondance de votre iniquité, nous préférons vous avoir malades et blessés plutôt que tout à fait morts. C'est pourquoi nous demandons et supplions et, au nom de l'autorité du Seigneur Jésus dont nous remplissons bien qu'indigne la légation, nous vous ordonnons qu'en souvenir de votre salut vous considériez fermement comme des jours de paix au moins ces quatre jours dans lesquels notre Seigneur et Sauveur a opéré plus manifestement les sacrements, médecines de notre salut, et que vous reteniez vos esprits, vos mains, vos langues de toute injustice, tant contre vos ennemis que contre vos amis, tant contre les étrangers que contre les gens d'ici.

    Car quiconque est disciple de la religion chrétienne sait que la cinquième férie le Seigneur Jésus célébra avec ses disciples son dernier repas, dans lequel il leur donna à manger et à boire son corps et son sang, qui sont les sacrements de notre réconciliation et les remèdes de nos blessures, et qu'il recommanda à ces mêmes disciples de manger et de boire et de faire à l'avenir ceci en mémoire de lui. C'est pourquoi, après avoir accompli le mystère de la Cène, il lava les pieds de ces disciples en signe de pénitence et de rémission, désignant par ce signe que les cœurs même religieux sont souillés de la poussière terrestre et qu'il n'est aucun mortel qui n'ait besoin de pénitence et de pardon pour ses péchés. À la fin de ce même jour, quand le disciple l'eut trahi, il fut livré aux mains des Juifs, ce dont il supporta l'accomplissement avec une telle patience qu'il ne résista en rien à ceux qui le maltraitaient et qu'il remit même avec bienveillance au serviteur du grand prêtre l'oreille qui avait été coupée. La cinquième férie aussi, une fois accompli le plan de son incarnation, à la vue de ses disciples, il monta aux cieux dans sa chair glorifiée, intercédant à l'avenir pour nous à la droite du Père pour que l'humilité du troupeau suive là où a précédé l'élévation du pasteur. Qu'a montré en tout cela notre chef, quoi sinon des exemples de paix ? C'est pour que, le jour où la foule chrétienne a reçu tant de remèdes pour la vie, personne ne se blesse davantage en blessant autrui, que personne en tuant autrui ne se tue davantage, puisque périt blessé à l'intérieur celui qui blesse à l'extérieur.

    La sixième férie le premier Adam fut formé du limon et le second Adam, venant pour racheter l'homme, s'incarna à l'annonce de l'ange dans le ventre de la Vierge. Le même jour également le Christ souffrit et l'homme perdu fut reformé à l'image de Dieu par le sang du Christ. Donc en ce jour où la paix fut rendue au monde tout homme doit observer la paix de peur de retourner à la mort que le premier homme a apportée au monde entier.

    Quant à la septième férie, le Seigneur s'y reposa de tout son travail, le Saint-Esprit nous signifiant par là que non seulement nous devons nous reposer de toute œuvre mauvaise mais aussi espérer le repos après le moment où il faut célébrer le sabbat en nous gardant de toute œuvre pesante. Car il ne sera pas pesant d'aimer Dieu parfaitement et de s'adonner sans cesse à ses louanges par amour. À l'image également de ce sabbat futur et présent, en ce jour-ci la chair du Christ se reposa dans le tombeau, pendant que son âme combattait le Tartare et rapportait les dépouilles perdues après avoir vaincu la force de l'antique ennemi. Veille donc, chrétien racheté par le sang du Christ, veille à ne pas être ingrat devant les bienfaits de ton rédempteur ; veille en ce jour de délivrance et de repos à ne pas grossir le Tartare de ta présence, en volant les biens de ton prochain et en persécutant à nouveau dans ses membres celui qui n'a pas volé les biens d'autrui mais s'est sacrifié lui-même pour toi.

    La huitième férie, qui est aussi la première, il n'est douteux pour aucun croyant que c'est le jour où le Seigneur est ressuscité et nous a apporté une preuve certaine et un exemple de notre double résurrection, dans laquelle la plénitude de paix sera donnée aux fils de l'adoption, la chair ne convoitant plus contre l'esprit ni l'esprit contre la chair.

    Pour ces raisons et d'autres que pour la briéveté de l'exposé il est pesant d'énumérer, nos ancêtres ont décrété que la paix devait être observée surtout en ces jours et, en fonction de la qualité des personnes et de la quantité des maux, ont décidé d'infliger des supplices multiples et terribles contre les violateurs de la paix. Suivant leurs traces comme nous pouvons, nous ordonnons en exhortant et exhortons en ordonnant que vous observiez sans contestation la paix dont nous vous envoyons la constitution écrite et que vous en confirmiez l'observation en touchant de votre propre main les reliques sacrées. Car c'est bon pour vous, à la fois pour l'accroissement des biens temporels et pour le développement des biens immuables. À ceux qui obéissent paix et miséricorde de Dieu ; mais que soit anathème celui qui n'obéira pas à cette disposition ; le Seigneur vient. Adieu.

Informations

Document

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 20981 (yves-de-chartres-44), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/en/yves-de-chartres/notice/20981 (mise à jour : 21/09/2017).