« yves-de-chartres-8 »


Description

  •  
    Yves, évêque de Chartres

  •  
    Richer 2, archevêque de Sens

  •  
    circa 1091

  •  
    [1091]

  •  
    Lettre

  •  

    Richerio, Dei gratia, Senonensi archiepiscopo(1), Ivo, per eamdem gratiam Petri manibus Ecclesiae Carnotensi consecratus et delegatus episcopus, et(a) a Romanae Ecclesiae pace non discedere et, si quid aliter sapuit, valde velociter(2) resipiscere.

    Litteras contumeliosas et amaritudinis plenas sigillo vestro signatas et nomine vestro titulatas, a quibusdam clericis nuper accepi, in quibus primo depressionem(b) meam et falsas criminum objectiones in me factas, postremo sedis apostolicae majestatem non leviter laesam(3) vehementer indolui. Cum enim ut pacem mecum haberetis et in filium susciperetis apostolica auctoritate fuissetis commonitus, nec ut fratrem me salutastis in litteris illis(c), nec ut coepiscopum, qui nullum vobis coepiscopi adjutorium, vel filii denegavi obsequium(d). Cur igitur alienigenam ad judicium vocatis(4), cur obedientiae vinculis astringitis, quem nec suffraganeum, nec collegam esse cognoscitis ? Huic injuriae meae graviorem superadditis, quod “demembratorem” metropolitanae sedis non apte satis appellatis. Nam cum ramus aridus, qui in radice arboris matris numquam coaluit(e) nec in se virens fructum fecit, magni cultoris manu excisus esset(5), eadem manus quae ramum praemortuum excidit me non ad demembrationem, sed ad supplendum locum inde mortui, eidem arbori, quantum in se erat, inseruit, quia hoc et cum aliqua spe fructus et sine vulnere matris arboris posse fieri aestimavit(f). Cui ergo sine vestra contradictione licuit quod nocebat excidere, quae ratio impedit ut ei non liceat quod profuturum sperabat inserere ?

    Dicitis etiam(g) in litteris illis me sedem invasisse Gaufridi coepiscopi(h) vestri, in quo manifeste contra sedem apostolicam caput erigitis, dum quod illa aedificat, vos, quantum in vobis est, destruitis et quod illa destruxit vos aedificare contenditis ; cujus judiciis et constitutionibus obviare, plane est haereticae pravitatis notam incurrere, cum Scriptura dicat(6)(i) : « Haereticum esse constat qui Romanae Ecclesiae non concordat. » Praeterea famae vestrae non bene consulitis, qui caprum emissarium(7), cujus adulteria, fornicationes, perjuria, proditiones, per omnem ferme latinam Ecclesiam publicatae sunt, qui pro his et aliis similibus a sede apostolica damnatus est, ita ut, se purgare non valens, virgam pastoralem redderet et annulum, de quo apostolicum accepistis decretum in haec verba(8) : « Quicumque Gaufridum depositum deinceps juverit ad infestandum vel reinvadendum Carnotensem episcopatum, excommunicatum eum esse censemus », adhuc episcopum vocare, in episcopum reformare contenditis, cujus malefacta defendere, quid est aliud nisi similem damnationis sententiam in se provocare ? Cum enim, secundum Apostolum(9), satis sit ad damnationem peccatis alienis consentire, cur non magis sufficiet eadem fovere et defendere ? Neque enim in hoc protegit vos clypeus ignorantiae, cum haec, sicut dixi, nota sint(j) non tantum Ecclesiis Lugdunensis Galliae, sed omnibus ferme Ecclesiis latinae linguae.

    Est et aliud in litteris illis, in quo evidentissime et irreverentissime os vestrum posuistis in coelum et lingua vestra transivit in terra(10), cum benedictionem per manus impositionem papae datam et cardinalium Romanae Ecclesiae, non simpliciter benedictionem, sed “qualemcumque” hostili irrisione appellastis ; cum ad ipsam principaliter et generalissime pertineat, tam metropolitanorum quam caeterorum episcoporum consecrationes(k) confirmare vel infirmare, constitutiones vestras et judicia retractare, suas vero inconcussas detinere(l) et nullius inferioris judicio retractandas vel corrigendas concedere. Sic enim de non infirmandis apostolicae sedis judiciis scribit papa Gelasius in epistola Fausto magistro directa, de justa depositione Achatii(11) : « Nobis opponunt canones, dum nesciunt quid loquantur. Contra quos hoc ipso(m) venire se produnt, quod primae sedi sana rectaque suadenti parere diffugiunt. Ipsi sunt canones qui appellationes(n) totius Ecclesiae ad hujus sedis examen voluere deferri ; ab ipsa vero nusquam prorsus appellari debere sanxerunt, ac per hoc illam de tota Ecclesia judicare, ipsam ad nullius commeare judicium ; nec de ejus unquam praeceperunt judicio judicari sententiamque illius constituerunt non oportere dissolvi, cujus potius sequenda decreta mandaverunt. » Et paulo post : « Qua traditione majorum apostolicam sedem in judicium vocant ? » Et item : « Viderint ergo si alios habent canones, quibus suas ineptias exsequantur. Caeterum isti qui sacri, qui ecclesiastici, qui legitimi celebrantur, sedem apostolicam ad judicium vocare non possunt. » Item Gregorius in epistola de Aldrico Cenomannensi episcopo ad Gallias directa(12) : « Nullus Aldricum ante haec judicet, aut judicare praesumat. Sed si quid, quod absit, grave intolerandumque ei objectum fuerit, nostra erit exspectanda censura, ut nihil prius de eo qui ad sinum sanctae Romanae confugit Ecclesiae ejusque implorat auxilium decernatur, quam ab ejus Ecclesiae fuerit praeceptum auctoritate, quae vices suas ita aliis impertivit Ecclesiis ut sint in partem vocatae sollicitudinis, non in plenitudinem potestatis(13). Proinde dilectio vestra quorum devotione gaudemus, jungat curam suam dispositionibus nostris. » Et post plura(14) : « Nec pigeat forte aut pudeat nostris obedire mandatis, aut apostolicae sedis obsecundare praeceptis, quia humilibus datur gratia, non superbis. Nam nulli fas est velle vel posse transgredi apostolicae sedis praecepta, nec nostrae dispositionis ministerium, quod vestram sequi oportet(o) charitatem. Sit ergo ruinae suae dolore prostratus quisquis apostolicis voluerit contraire decretis, nec locum deinceps inter sacerdotes habeat, sed extorris a sancto fiat ministerio, nec de ejus judicio postea quisque curam habeat, quoniam jam damnatus a sancta et apostolica Ecclesia ac auctoritate pro sua inobedientia atque praesumptione a quoquam esse non dubitatur. »

    Inobedientem me quoque litterae vestrae non recte accusant, quia, cum obediturum me paternitati vestrae litterae domini papae commendaverint, nulla a me paterna vestra admonitio refutata est, quia nec audita. Quod aliunde me expetisse benedictionem calumniamini, Veritate teste verum dicam, quia nec episcopatum nec benedictionem episcopalem a vobis petii(p), nec a quoquam. Sed cum clericorum primo ingenio, postea violentia, regi fuissem praesentatus et inde cum virga pastorali a rege mihi intrusa ad ecclesiam Carnotensem adductus cumque, clericis petentibus et pulsantibus, nullum diem consecrationis meae velletis praefigere, interea consilium mihi fuit electioni eorum non omnimodo(q) assensum praebere, donec certus fierem et de Gaufridi depositione, et summi pontificis voluntate ; ad quem cum pervenissem, ad petitionem Ecclesiae Carnotensis apostolica auctoritate sum constrictus et ita in episcopum consecratus. His et hujusmodi tam rationibus quam auctoritatibus munitus, licet irritatus magis quam canonice vocatus, licet tam in me quam in capite meo et vestro(15), si tamen vestro, injuriam passus ; tamen paratus ero tempore opportuno et loco tuto intra Senonensem provinciam, vel etiam Stampis(16), si conductum tutum, comitem videlicet Stephanum(17) ex parte domini nostri regis et vestra propter circumstantes inimicos habuero ; paratus, inquam, ero vobis occurrere, et quantum salva reverentia sedis apostolicae licuerit objectionibus vestris respondere, ad cujus audientiam aliquando forsitan opportebit ista referre.

    Pax Dei, quae exsuperat omnem sensum, custodiat cor vestrum et intelligentiam vestram(18), ut obedientia vestra praelatis vestris exhibita, nos vobis obedientes exhibeat et devote subjectos. Valete.


  •  
    om. MVT 
  •  
    deprehensionem T 
  •  
    vestris JT 
  •  
    auxilium J 
  •  
    valuit V 
  •  
    existimavit éd. Ju 
  •  
    enim A 
  •  
    episcopi V 
  •  
    scripta dicant V 
  •  
    ita sint nota ut dixi T 
  •  
    consecrationem éd. Ju 
  •  
    retinere éd. Ju 
  •  
    hoc ipsi JT, hinc ipsi 
  •  
    appellatione A, appellationem MJVT 
  •  
    oporteat MV 
  •  
    expetii V 
  •  
    omnino J, omnimode T.

  •  
    Richer, archevêque de Sens de 1072 à sa mort le 27 décembre 1096. Il a refusé de consacrer Yves, voir lettres 1 et 2. D'après J. Leclercq, il soutenait l'évêque Geoffroy déposé, parce qu'il était lié d'amitié avec son oncle, l'évêque de Paris Geoffroy de Boulogne,.
  •  
    Valde velociter, Ps. 6, 11. Vu le contexte, l'adresse dont chaque mot est pesé prend ici tout son sens.
  •  
    Le rapprochement majestatem/laesam assimile l'attitude de Richer à un crime de lèse-majesté.
  •  
    Yves, Décret 6, 327 ; Panormie 4, 79 (Gratien, 3, 5, 8), voir lettre 75.
  •  
    D'après Matth. 3, 10 ; 7, 19 ; 21, 18-20 ; Luc. 13, 6-9.
  •  
    Grégoire VII, livre 7, lettre 24, éd. Caspar, t. 2, p. 504-505, à Guillaume abbé d'Hirsau, citant Ambroise (sans doute livre 1, lettre 11, mais ce n'est pas une citation exacte). Dictatus papae, c. 26. Cette phrase lapidaire a été plusieurs fois utilisée dans le contexte de la réforme, par exemple Liber canonum contra Henricum IV, c. 7, Libelli de Lite I, 480 ; Pascal II, lettre 33, PL 163, col. 55.
  •  
    Lev. 16, 10, 26.
  •  
    Voir les lettres 1 et 2 proclamant la déposition de Geoffroy par Urbain II.
  •  
    D'après Rom. 1, 32 ; I Tim. 5, 22.
  •  
    Os vestrum...terra, Ps. 72, 9.
  •  
    Fausses décrétales, éd. Hinschius, p. 638. Yves, Décret 5, 9 (Gratien, 9, 3, 16 et D. 22, 5).
  •  
    Lettre de Grégoire IV, 2 juillet 833. Yves, Décret 5, 349 (Gratien 2, 6, 11 et D. 19, 5). La citation exacte ne commence qu'à la deuxième phrase, la première étant un résumé du début de la lettre du pape.
  •  
    Le fin de ce passage, à partir de vices suas, est aussi cité dans Yves, Décret 5, 11. Cette formule a servi à argumenter sur les limites du pouvoir des légats, par exemple Geoffroy de Vendôme, lettre 136 à Girard d'Angoulême.
  •  
    Yves, Décret 5, 11 et 349.
  •  
    Urbain II.
  •  
    Un concile était prévu à Étampes (arr., Essonne), voir lettre 12.
  •  
    Voir lettre 5 et 86. Il est frappant de voir l'assurance dont fait preuve Yves face à son métropolitain ainsi que ses exigences.
  •  
    Pax...vestram, Phil. 4, 7.

  •  
    Avranches, BM 243, 12-13
  •  
    Montpellier, Ecole de médecine H 231, 6v-7v
  •  
    Jesus College, Q.G.5, 10-11
  •  
    Vatican, Reg. Lat. 147, 1v-2
  •  
    Troyes, BM 1924, 43v-45v
  •  
    Auxerre, BM 69, 1-2v
  •  
    PL CLXII, col. 11-504, d'après Fr. Juret, Ivonis, Carnotensis episcopi, epistolae, 1585,

  •  

    À Richer, par la grâce de Dieu archevêque de Sens, Yves par la même grâce consacré et désigné des mains de Pierre évêque pour l'Église de Chartres, ne pas se séparer de la paix de l'Église romaine et s'il a eu un autre point de vue revenir très rapidement à résipiscence.

    Je viens de recevoir de certains clercs la lettre injurieuse et pleine d'amertume marquée de votre sceau et signée de votre nom ; j'en ai eu une profonde affliction, d'abord pour le dénigrement à mon égard et les fausses accusations de crimes portées contre moi, ensuite pour la blessure non négligeable infligée à la majesté du siège apostolique. En effet, bien que vous ayez été avisé par l'autorité apostolique de faire la paix avec moi et de m'accueillir comme un fils, vous ne m'avez salué dans cette lettre ni comme un frère ni comme un coévêque, moi qui ne vous ai refusé ni l'assistance d'un coévêque ni l'empressement d'un fils. Pourquoi donc appelez-vous en jugement un étranger, pourquoi attachez-vous avec les liens de l'obéissance celui que vous ne reconnaissez ni comme votre suffragant ni comme votre collègue ? À cette injure que vous me faites vous en ajoutez une plus grave, en m'appelant mal à propos “démembreur” du siège métropolitain. Car puisque le rameau aride, qui ne s'est jamais nourri dans la racine de l'arbre mère et qui florissant n'a pas donné de fruit, a été coupé de la main du grand cultivateur, cette même main, qui a coupé le rameau déjà mort, m'a greffé dans le même arbre, dans la mesure du possible, non pour démembrer mais pour remplacer ce qui était mort, parce qu'il a considéré que cela pouvait se faire avec quelque espoir d'avoir du fruit et sans blesser l'arbre mère. Celui donc à qui il a été loisible, sans que vous vous y opposiez, de couper ce qui était nuisible, quelle raison empêche qu'il lui soit loisible de greffer ce qu'il espérait être utile ?

    Vous dites aussi dans cette lettre que j'ai usurpé le siège de Geoffroy votre coévêque, en quoi vous dressez la tête de manière manifeste contre le siège apostolique en détruisant, autant qu'il est en vous, ce qu'il édifie et en vous efforçant d'édifier ce qu'il a détruit ; s'opposer à ses jugements et à ses décrets, c'est proprement encourir la marque de dépravation hérétique, puisque l'Écriture dit : « Il est établi qu'est hérétique celui qui n'est pas en accord avec l'Église romaine ». En outre vous ne veillez pas bien à votre réputation : ce bouc émissaire dont les adultères, les fornications, les parjures, les trahisons ont été divulgués dans presque toute l'Église latine, qui pour ces faits et d'autres semblables a été condamné par le siège apostolique de sorte que, ne pouvant pas se justifier, il a rendu le bâton pastoral et l'anneau, au sujet duquel vous avez reçu le décret apostolique en ces termes : « Quiconque aidera dorénavant Geoffroy déposé à perturber l'évêché de Chartres ou s'en emparer à nouveau nous le tenons pour excommunié », vous cherchez encore à l'appeler évêque, à le rétablir comme évêque ; défendre ses méfaits, qu'est-ce d'autre sinon provoquer contre soi une semblable sentence de damnation ? Car alors que, selon l'Apôtre, il suffirait pour être damné de consentir aux péchés d'autrui, pourquoi ne suffira-t-il pas à plus forte raison de favoriser et défendre ces mêmes fautes ? Car en cette affaire le bouclier de l'ignorance ne vous protège pas, puisque tout ceci, je l'ai dit, est connu non seulement des Églises de la Gaule lyonnaise, mais presque de toutes les Églises de langue latine.

    Il y a aussi un autre point dans cette lettre où, avec la plus grande évidence et la plus grande irrévérence, vous avez tourné votre bouche vers le ciel et où votre langue s'est traînée sur la terre, quand vous avez appelé la bénédiction donnée par l'imposition des mains du pape et des cardinaux de l'Église romaine non simplement bénédiction, mais, par une dérision hostile, bénédiction “quelconque” ; alors que c'est à elle qu'il appartient principalement et très généralement de confirmer ou d'infirmer les consécrations tant des métropolitains que de tous les autres évêques, de réviser vos constitutions et vos jugements, tout en maintenant ses décisions inébranlables et sans admettre qu'elles puissent être révisées ou corrigées par le jugement d'aucun inférieur. Car c'est ainsi que sur l'indissolubilité des jugements du siège apostolique le pape Gélase écrit dans une lettre adressée au maître Faustus à propos de la juste déposition d'Acate : « Ils nous opposent les canons, alors qu'ils ne savent ce dont ils parlent. Ils révèlent eux-mêmes qu'ils vont à leur encontre par le fait même qu'ils se dispensent d'obéir au siège principal qui leur conseille des choses saines et droites. Ce sont les canons eux-mêmes qui ont voulu que les appels de l'Église entière soient déférés à l'examen de ce siège, qui ont décrété que de ce siège on ne pouvait plus faire appel nulle part, qui ont décidé par là que ce siège juge sur toute l'Église, que lui-même ne passe en jugement devant personne et qu'on ne juge jamais de son jugement ; et ils ont prescrit que ne devait pas être cassée la sentence de celui dont ils ont au contraire ordonné de suivre les décrets. » Et peu après : « Selon quelle tradition des anciens convoquent-ils en jugement le siège apostolique ? » Et aussi : « Qu'ils voient donc s'ils ont d'autres canons sur lesquels appuyer leurs inepties. D'ailleurs ceux qui sont reconnus consacrés, ecclésiastiques, légitimement ordonnés, ne peuvent pas citer en jugement le siège apostolique. » De même Grégoire dans la lettre envoyée aux Gaules au sujet d'Aldric, évêque du Mans : « Que personne ne juge Aldric avant ceci ou n'ait la présomption de le juger. Mais si, à Dieu ne plaise, quelque chose de grave ou d'intolérable lui est reproché, il faudra attendre notre censure, de sorte que rien ne soit décidé au sujet de celui qui s'est réfugié dans le sein de la sainte Église romaine dont il implore le secours, avant que cela ait été prescrit par l'autorité de cette Église, qui a accordé sa délégation aux autres Églises pour qu'elles soient appelées à une part de ses responsabilités, non à la plénitude de son pouvoir. Que votre dilection, dont la dévotion nous réjouit, accorde donc son zèle à nos dispositions. » Et plus loin : « N'hésitez pas et n'ayez pas honte d'obéir à nos mandements ou de vous plier aux préceptes du siège apostolique, parce que la grâce est donnée aux humbles, non aux orgueilleux. Car il n'est permis à personne de vouloir ou de pouvoir transgresser les préceptes du siège apostolique ni l'observance de nos dispositions, parce qu'il faut que votre charité les suive. Que soit donc accablé de la douleur de sa ruine quiconque aura voulu aller à l'encontre des décrets apostoliques et qu'il n'ait plus dorénavant sa place parmi les prêtres mais qu'il soit chassé du saint ministère et que personne ensuite n'ait cure de son jugement, puisqu'il n'est douteux pour personne qu'il a été condamné par l'Église sainte et apostolique et par son autorité pour sa désobéissance et sa présomption. »

    Votre lettre m'accuse aussi d'être désobéissant, sans raison, parce que, comme la lettre du seigneur pape m'avait recommandé d'obéir à votre paternité, je n'ai rejeté aucune admonition de votre paternité, puisque je n'en ai pas eu connaissance. Vous me calomniez sur le fait que j'ai reçu la bénédiction ailleurs : la Vérité m'en est témoin, je dirai la vérité, à savoir que je n'ai sollicité ni l'évêché ni la bénédiction épiscopale ni de vous ni de qui que ce soit. Mais comme j'avais été présenté au roi d'abord par la volonté des clercs, puis de force, et qu'ensuite, une fois que le bâton pastoral m'eut été remis par le roi, j'avais été conduit à l'église de Chartres et que, malgré la demande et l'insistance des clercs, vous n'aviez voulu fixer aucune date pour ma consécration, je pris entre temps la décision de ne donner en aucun cas mon assentiment à leur élection, tant que je n'étais pas assuré et de la déposition de Geoffroy et de la volonté du souverain pontife ; comme je m'étais rendu auprès de lui, je fus contraint par l'autorité apostolique d'accéder à la demande de l'Église de Chartres et je fus ainsi consacré évêque. Confirmé tant par ces raisons que par ces autorités et d'autres de ce genre, bien que j'aie été entraîné plutôt qu'appelé canoniquement, bien que j'aie subi une injustice dirigée tant contre moi que contre mon chef et le vôtre, si toutefois il est le vôtre, je serai cependant prêt, en temps opportun et en lieu sûr, dans les limites de la province de Sens, ou même à Étampes, si, à cause des ennemis qui m'entourent, j'ai de la part de notre seigneur le roi et de la vôtre une escorte sûre, à savoir le comte Étienne, je serai prêt, dis-je, à vous rencontrer et à répondre à vos objections, dans la mesure où il sera possible de préserver la révérence due au siège apostolique, à l'audience de qui il faudra probablement un jour les soumettre.

    La paix de Dieu qui surpasse tout sentiment garde votre cœur et votre intelligence pour que l'obéissance que vous rendez à vos prélats nous rende obéissant à votre égard et sujet dévoué. Adieu.

Informations

Document

admin ydc (IRHT), dans  Yves de Chartres

Lettres d'Yves de Chartres, éd. G. Giordanengo (agrégée de l'Université), éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 20945 (yves-de-chartres-8), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/en/yves-de-chartres/notice/20945 (mise à jour : 29/06/2018).