« aposcripta-1254 »


Général

  •  
    Victor IV (antipape ; 1138)

  •  
    Le seigneur de Montpellier Guilhem VII

  •  
    Pridie idus septembris

  •  
    1160/09/12

  •  
    Pavie

  •  
    Lettre, général (avant 1198)

  •  
    L’antipape Victor IV écrit à Guillem VII, seigneur de Montpellier, pour l’attirer à son parti contre Alexandre III.

  •  
    [Cartulaire] Cart. des Guillems, fol. 11.

  •  
    Ici reprise de Julien Rouquette, Augustin Villemagne, Bullaire de l'Église de Maguelone, Paris, Montpellier : Picard, Valat, 1911-1914, I, n. 63-XL, p. 93-94.

  •  
    JL 14440 [en ligne].

  •  
    Cart. des Guillems, fol. 11 r° ; édit. p. 31
  •  
    Gariel, Series, t. I, p. 202
  •  
    Bouquet, Recueil, t. XV, p. 779, note
  •  
    Germain, Hist. de la commune de Montpellier, t. I, p. xxiii
  •  
    F. Fabrège, Hist. de Maguelone, t. I, p. 274.

  •  
    Victor episcopus, servus servorum Dei, dilecto in Cristoa filio G[uillelmo]b, domino Montis Pessulanic, salutem et apostolicam benedictionem.
    Ecclesie Catholice necessitates, et Cristianed religionis exorte nostro tempore turbationes statum Sedis apostolice et nostrum usque adeo sua gravitate prepediunt, ut de antiquorum consuetudine Romanorum Pontificum, quos olim similis labor et sollicitudo constrinxit, catholicorume principum consilia et assensumf requirere debeamus, eorumque suffragia tanto confidentius implorare, quanto manifestius collatum sibi gladium et potestatem pro defensione Sancte Ecclesie a Domino obtinuisse noscuntur.
    Principaliter autem de gloria tue magnitudinis et sanguinis generositate in hac parte confidimus, eo quod Dominum semper timueris, et Ecclesie dilexeris unitatem. Favor quoque et sincera caritas, quam in negotiisg tui culminis hactenus curavimus efficaciter exhibere, et desiderium quod ad exaltandam principatus tui gloriam paterna intentione concepimus, magnam nobis prestant de celsitudine tua fiduciam, et ad inquirenda potentie tue solatia usquequaque confortant. Amicus quoque tui culminis karissimus filius noster F[ridericus]h, Romanorum imperator semper Augustus, non minus nobis de te quam ratio prelibata promittit. Scimus quia solius Dei et beati Petri intuitu Sedem Apostolicam revereris, et nos, qui indigni vicem beati Petri gerimus, ab eo tantum devotionem tuam et obsequia recognoscimus, cujus locum et officium obtinemus in terris.
    Te igitur, dilectissime, tanquam specialem Sedis apostolice filium, de cujus fide, constantia et altitudine omnino speramus, rogamus, petimus et diligenter hortamur, ut matris tue Sacrosanctei Romane Ecclesie necessitates filiali devotione respicias, schismaticosj reprimas, et ad removendas ejus oppressiones humeros tue fortitudinis potenter apponas, et talem te in servitiumk ejus per quem reges regnant, hoc tempore precipue studeas exhibere, quod alii mundi principes tuis accendantur exemplis, et tu superne retributionis premia et gloriam, intervenientibus precibus et meritis beati Petri apostolorum principis, consequaris.
    Ad hec, dilectum filium nostrum magistrum Bandinum, subdiaconum nostrum, apostolice Sedis legatum, virum ample sapientie, moribus et honestate preclarum, cui vices nostras et plenam legationem per universam Gotiam, Provinciam, Guasconiam et utramque Hispaniam commisimusl, quem ad tue magnitudinis presentiam de nostro latere delegamus, per apostolica tibi scripta duximus attente commendandum, propensius exorantes, ut eum benigne recipias, honeste pertractes, et per partes tuas in eundo et redeundo secure conducas, atque in omnibus que in terra tui dominii disponere vel ordinare voluerit, ei, tamquamm persone nostre, remota omni dubitationen, credas, consulas et assistas.
    Datum Papie, pridie idus septembris.

  •  
    (a) Cart. : Xto ; Germain : Christo.
  •  
    (b) Cart. : G. ; Germain : Guillelmi.
  •  
    (c) Cart. : Montis Pessulani ; Germain : Montispessulani.
  •  
    (d) Cart. : Xriane ; Germain : Christiane.
  •  
    (e) Cart. : catholichorum ; Germain : catholicorum.
  •  
    (f) Cart. : assensu ; Germain : assensum.
  •  
    (g) Cart. et Germain : negociis.
  •  
    (h) Cart. : F. ; Germain : Fridericus.
  •  
    (i) Cart. : Sacro sancte ; Germain : Sacrosancte.
  •  
    (j) Cart. et Germain : scismaticos.
  •  
    (k) Cart. : servitiu ; Germain : servitium.
  •  
    (l) Cart. et Germain : comisimus.
  •  
    (m) Cart. : tamquam ; Germain : tanquam.
  •  
    (n) Cart. : dubitacione ; Germain : dubitatione.

  •  
    Date. — Tous les auteurs ont fixé cette bulle au 13 septembre. Sur ce point, le manuscrit de Montpellier ne permet pas de doute : la lettre est bien de la veille des ides de septembre, par conséquent, du 12 ce mois.

    On sait dans quelles circonstances le cardinal Octavien se fit proclamer antipape, sous le nom de Victor IV. Il réussit à gagner à sa cause l’empereur Frédéric Barberousse. Il pensa, sans doute, qu’il lui serait facile d’attirer à lui Guillem VII, parent de l’empereur. Il fut déçu dans ses espérances. Nous verrons même, plus loin, que Frédéric demanda au seigneur de Montpellier une trahison. Celui-ci resta fidèle à la cause de l’orthodoxie. Cette lettre de Victor IV nous montre le cas qu’il faisait de l’adhésion de Guillem VII à sa cause, et aussi l’influence que ce dernier avait, non seulement dans le Midi de la France, mais aussi dans la chrétienté.

    Nous ignorons quelle fut la réponse de Guillem VII à l’envoyé de Victor IV : les événements qui suivirent nous la font au moins soupçonner. Alexandre III, chassé de Rome, vint se reposer tout d’abord à Maguelone et à Montpellier, et ce fut dans notre diocèse qu’il chercha un refuge, avant de parcourir la France. Il était donc assuré de trouver un évêque qui lui serait tout dévoué, et un seigneur qui le protégerait.

    Sans doute, si c’est une gloire pour le diocèse de Maguelone d’avoir acclamé, le premier, Alexandre III fugitif ; si, pour ce motif, ce grand Pape garda toujours pour notre Église une affection toute spéciale, il ne faut pas oublier cependant que, vers la fin de 1161, un concile avait été tenu à Toulouse. Les légats d’Alexandre et de Victor s’y trouvèrent, ainsi que les rois de France et d’Angleterre. Alexandre III y fut reconnu Pape, et Victor IV y fut excommunié. Très probablement l’évêque de Maguelone, Jean de Montlaur, n’y assista pas (Cf. Hist. gén. de Languedoc, t. III, p. 816).

    C’est à ce concile que doit faire allusion Louis VII dans sa lettre à l’évêque de Maguelone, découverte par Léopold Delisle, et que nous reproduisons d’après M.F. Fabrège (Hist. de Maguelone, t. III, p. 432, note) :

    Celebravimus concilium nos et rex Anglie super discordia Romane Ecclesie, ubi archiepiscopi, episcopi et viri religiosi quam plures affuerunt. Ordinante autem Domino, cardinales partium astiterunt, tres pro domino Alexandro et duo pro domino Octaviano qui, prosequentes seriatim negocium, in auribus nostris suas raciones protulerunt. Cum vero finem dicendi fecissent, nos antedicti negorii examen clericis imposuimus quod a laycis discuti non decebat. Itaque archiepiscopi et episcopi et clericorum conventus in dominum papam Alexandrum tandem consenserunt et nos cum terra nostra, et similiter rex Anglie cum sua, dictum Alexandrum in patrem et papam recepimus ; et ut vos pariter ei obediatis vestram in Domino sanctitatem exhortamur (Cf. sur l’explication de cette lettre, F. Fabrège, ibid.)

    Telle était donc la situation des deux partis quand Alexandre III fut chassé de Rome, et vint abriter la barque de Pierre dans le port de Maguelone.

    [Rouquette-Villemagne]

Informations

Acte

aposcripta admin (CIHAM (UMR 5648)), dans  APOSCRIPTA – Lettres des papes

APOSCRIPTA database – Lettres des papes, dir. J. Théry, CIHAM/UMR 5648, éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 24102 (aposcripta-1254), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/aposcripta/notice/24102 (mise à jour : 20/02/2021).