« aposcripta-1247 »


Général

  •  
    Adrien IV (1154-1159)

  •  
    L'évêque de Maguelone, Raymond, et ses successeurs

  •  
    XVII kalendas maii, indictione III, anno MCLV,anno primo

  •  
    1155/04/15

  •  
    n.c.

  •  
    Bulle

  •  
    Adrien IV prend sous sa protection l’Église de Maguelone, et renouvelle les privilèges de ses prédécesseurs, surtout en ce qui regarde le comté de Melgueil et le monastère d’Aniane.

  •  
    Julien Rouquette, Augustin Villemagne, Bullaire de l'Église de Maguelone, Paris, Montpellier : Picard, Valat, 1911-1914, I, n. 56-XXXV, p. 81-85

  •  
    Priv. de Maguelone, fol. 28 v°
  •  
    Arnaud de Verdale, éd. Germain, p. 92
  •  
    Germain, Maguelone sous ses évêques, p. 164
  •  
    F. Fabrège, Hist. de Maguelone, t. I, p. 267
  •  
    Jaffé et Wattenbach, n° 10027.

  •  
    Adrianus episcopus, servus servorum Dei, venerabili fratri Raimundo, Magalonensi episcopo, ejusque successoribus canonice substituendis in perpetuuma.

    In eminenti apostolice Sedis specula, disponente Domino, constituti, fratres nostros episcopos, tam vicinos quam longe positos, debemus fraterna caritate diligere, et Ecclesiis, quibus Domino militare noscuntur, suam justitiamb conservare.

    Eapropter, venerabilis in Cristoc frater, Raimunde episcope, tuis justis postulationibus clementer annuimus, et Magalonensem Ecclesiam, cui, Deo auctore, preesse dinosceris, ad exemplar predecessorum nostrorum felicis memorie Alexandri, Urbani, Paschalis et Calixti, Romanorum Pontificum, sub beati Petri et nostra protectione suscipimus, et presentis scripti privilegio communimus, statuentes ut secundum dispositionem pie memorie Petri comitis, et Sedis Apostolice privilegia, Magalonensis Ecclesia, specialiter in beati Petri protectione consistens, ab omni semper secularis servitutis et potestatis vinculo et exactione libera permaneat et quieta.

    Omnes etiam ejusdem episcopatus ecclesie, tam in justitiisd clericorum quam et in hospitiise, ab omnium gravamine sint immunes. Nec in episcopatus vel communie honoribus quisquam prorsus, preter Romanum Pontificem, dominium sibi audeat vendicare.

    Preterea quascumque possessiones, quecumque bona eadem Ecclesia in presentiarumf juste et canonice possidet, aut in futurum, concessione Pontificum, liberalitate principum, oblatione fidelium, seu aliis justis modis, Deo propitiog, poterit adipisci, firma tibi tuisque successoribus, et per vos eidem Ecclesie illibata permaneant, in quibus hec propriis duximus exprimenda vocabulis :

    Tota insula in qua ipsa Ecclesia sita est, cum omnibus pertinentiis suis, et quicquid in mari et in stagno eadem Ecclesia juste dinoscitur possidere ; in mari piscationes suas, et ubicumque in Substantionensi comitatu portus marinus, qui dicitur gradus, aperiaturh, in omni censu sive usaticis qui inde provenerint ; medietatem in stagno ; similiter piscationes vestras, pulmentum, decimas et sepes, si eas ibi facere volueritis ; insulam Esclionis, insulam de Neut, castrumi de Villanova, cum omnibus pertinentiis suis, villam de Exindrio, villam de Amantione, villam de Maurino, villam de Cocone, cum omnibus pertinentiis suis, ecclesiam Sancti Baudilii de Montecevo cum eodem monte, villam de Vico cum pertinentiisj suis, et boscum de Arescario, castrum de Gijano cum omnibus ad idem castrum pertinentibus, totum castrum de Veiruna cum pertinentiis suis, villam de Terallet, villam de Bejanicis cum pertinentiis suis, villam de Agusanicis cum toto terminio suo, villam de Agantico cum justitiisk et omnibus ad eandeml villam pertinentibus, omnem honorem de Roveto, ecclesiam scilicet Sancti Salvatoris et omnia que ad illum honorem pertinere noscuntur, Montempessulanetum cum toto terminio suo, feudum quod tenet Guillelmus de Montepessulano, Montempessulanumm, scilicet totum et castrum de Palude seu de Latis cum toto terminio suo, villam Sancti Bricii cum toto suo districtun, villam Sancti Dyonisii, villam de Perols cum toto terminio suo, ecclesias Sancti Vincentii et Sancte Marie de Salviniaco, villam de Pratis cum ecclesia Sancti Jacobi, ecclesiam Sancte Marie de Claperio, ecclesiam Sancti Petri de Jocone cum medietate ejusdem ville, ecclesiam Sancti Martini de Crecio cum tota villa et pertinentiis suis ; in episcopatu Biterrensi villam de Pruneto cum pertinentiis suis.

    Ad hec adjicienteso statuimus ut nullip alicujus dignitatis, ordinis, potestatisve persone facultas sit in episcopatu vestro ecclesiam novam construere, absque tua tuorumque successorum, canonice substitutorum, licentia, et sine fratrum assensu regulariter in eadem Ecclesia Magalonensi viventium.

    Sane parrochianos Ecclesie vestre, cujuslibet dignitatis vel potestatis, a te vel successoribus tuis post canonicam evocationem pro suis iniquitatibus excommunicatos, ante dignam satisfactionem, vobis invitis, nullus presumat absolvere ; neque ipsis parrochianis vestris alicujus pravitatis machinatione facultas sit se ab Ecclesie vestre subjectione subtrahere.

    Porro Anianense monasterium Magalonensi Ecclesie obedientiam debitam exhibere sancimus, sicut in definitione predecessorum nostrorum Alexandri et Urbani II pontificum continetur. Capellani preterea monachorum, juxta ejusdem domini nostri Urbani mandatum, animarum curam per manum vestram accipiant, et debitam obedientiam solvant.

    De Substantionensi etiam comitatu, quod a bone memorie Petro comite dispositum, et predecessorum nostrorum privilegiis confirmatum est, si heredum successio desierit, cum consilio et assensu Sacrosancte Romane Ecclesie teneatur.

    Nulli ergo omnino hominum liceat eandemq Ecclesiam, clericos et homines ejus, tam videlicet episcopi quam communie, justitiisr, albergis, toltis, questiss, seu aliquibus injustis exactionibus, temere perturbare, aut ejus possessiones auferre, vel ablatas retinere, minuere, vel temerariis vexationibus fatigare ; sed omnia integra conserventur, tam tuis quam clericorum et pauperum usibus profutura, et sub tua et successorum tuorum canonica dispositione mansura, salva in omnibus Apostolice Sedis auctoritate. Si qua igitur in futurumt ecclesiastica secularisve persona, hanc nostre constitutionis paginam, sciens, contra eam temere venire temptaverit, secundo tertioveu commonita, si non satisfactione congrua emendaverit, potestatis honorisque sui dignitate careat, reamque se divino judicio existere de perpetrata iniquitate cognoscat, et a sacratissimo corpore ac sanguine Dei et Domini Redemptoris nostri Jhesu Cristiv aliena fiat, atque in extremo examine districte ultioni subjaceat. Cunctis autem eidem Magalonensi Ecclesie justa servantibus sit pax Domini nostri Jhesu Cristiw, quatenus et hic fructum bone actionis percipiant, et apud districtum judicem premia eterne pacis inveniant. Amen. Amen. Amen.


    Datum Rome, apud Sanctum Petrum, per manum Rolandi, Sancte Romane Ecclesie presbiteri cardinalis et cancellarii, XVII kalendas maii, indictione III, Incarnationis Dominice anno MoCLV, pontificatus vero domini Adriani pape IIII, anno primo.

  •  
    (a) Priv. et Germain : imperpetuum.
  •  
    (b) Priv. : justiciam ; Germain : justitiam.
  •  
    (c) Priv. : Xro ; Germain : Christo.
  •  
    (d) Priv. : justiciis ; Germain : justitiis.
  •  
    (e) Priv. : hospiciis ; Germain : hospitiis.
  •  
    (f) Priv. : in presentiarum ; Germain : inpresentiarum.
  •  
    (g) Priv. : propicio ; Germain : propitio.
  •  
    (h) Priv. : apperiatur ; Germain : aperiatur.
  •  
    (i) Priv. et Germain : castri. Nous préférons castrum.
  •  
    (j) Priv. : pertinentii ; Germain : pertinentiis.
  •  
    (k) Priv. : justiciis ; Germain : justitiis.
  •  
    (l) Priv. : eandem ; Germain : eamdem.
  •  
    (m) Germain : Montepessulo, Montempessulum ; Priv. : Monteplo, Montemplum avec un trait sur la dernière syllabe.
  •  
    (n) Priv. : districto ; Germain : districtu.
  •  
    (o) Priv. et Germain : adicientes.
  •  
    (p) Priv. : ulli ; Germain : nulli.
  •  
    (q) Priv. : eandem ; Germain : eamdem.
  •  
    (r) Priv. : justiciis ; Germain : justitiis.
  •  
    (s) Priv. : qstis, le q est surmonté d’un i ; Germain : questis.
  •  
    (t) Priv. : infuturum ; Germain : in futurum.
  •  
    (u) Priv. : terciove ; Germain : tertiove.
  •  
    (v) Priv. : Xri ; Germain : Christi.
  •  
    (w) Priv. : Xri ; Germain : Christi.

  •  
    Depuis la bulle d’Urbain II, nous avons cru inutile de rappeler, chaque fois, les revendications des Papes sur le comté de Melgueil. Nous jugeons superflu de faire constater par le lecteur la suite des documents et comment, dans la diversité des Pontifes, nous trouvons toujours la même unité de vue.

    Nous devons cependant faire observer que Adrien IV était dans une situation particulière, et c’est pour ce motif que nous insistons sur ce fait : le diocèse de Maguelone peut, en effet, revendiquer ce Pape, anglais d’origine, qui fit ses études de clerc à l’église de Saint-Jacques de Melgueil (Cf. F. Fabrège, Hist. de Maguelone, t. I, p. 268). Il connaissait donc particulièrement les droits du Saint-Siège sur le comté, et aussi les localités mentionnées dans sa bulle.

    Tâchons d’identifier les noms des lieux qu’il cite. Quelques-uns ne présentent aucune difficulté et nous ne faisons que les traduire : l’île de Maguelone, Villeneuve, Vic, les Aresquiers, Gigean, Guzargues, La Mosson, Ganges, Montpellier et Montpelliéret, Lattes ou la Palus, Saint-Brès, Pérols, Prades, Clapiers, Jacou et le Crès.

    Les autres lieux sont moins connus, ou les églises ont disparu :

    Insula Esclionis. — Esclavon ou Esclavaux, île dans l’étang de Maguelone, aujourd’hui commune de Villeneuve.

    Insula de Neut. — Ile dans l’étang de Maguelone, près de Villeneuve ; mentionnée aussi dans le testament de Guillem VI (Cf. Cart. des Guillems, éd. Germain, p. 178).

    Exindrium. — Aujourd’hui le mas de la Madeleine, dans la commune de Villeneuve.

    Maurin et Cocon. — Sont deux anciens prieurés, situés aujourd’hui dans la commune de Lattes.

    Ecclesia Sancti Baudilii de Montecevo ou Monteceno. — Si nous en croyons M. Thomas (Dictionnaire topographique de l’Hérault), il faudrait identifier cette église avec Saint-Bauzille de Montmel, aujourd’hui commune du canton des Matelles. C’est, au contraire, entre Villeneuve et Fabrègues, sur la colline située près de la première localité, qu’il faut la placer (Voir N° 14, où nous avons déjà identifié cette église et donné le nom de celui qui la céda au chapitre). Faut-il écrire Montecevo ou Monteceno ? Nous hésitons entre les deux lectures qui, croyons-nous, peuvent être également admises.

    Villa de Terrallet. — Le Terral actuel, commune de Saint-Jean de Védas.

    Villa de Bejanicis. — Suivant sur ce point M. Thomas (Cf. Dictionnaire topographique de l’Hérault : art. Baillargues), Germain (Maguelone sous ses évêques, p. 8) a traduit Bejanice par Baillargues. Il a corrigé cette erreur dans sa traduction d’Arnaud de Verdale (p. 51), où nous lisons : Bejanice = Bejargues. Cette dernière localité n’est pas mentionnée dans le Dictionnaire topographique de l’Hérault. L’existence de l’église de Saint-Étienne de Béjargues ne peut faire l’ombre d’un doute, et c’est bien du côté du Terral qu’il faut la placer. Plusieurs actes du Cartulaire de Maguelone (Cf. en particulier reg. C, fol. 171 et 234) semblent même identifier le Terral et Béjargues comme vicairie.

    Honor de Roveto. — Rouet : l’identification ne nous paraît pas douteuse. Quelle est cette église de Saint-Sauveur ? Nous l’ignorons. L’église de Rouet était dès l’an 1041 sous le vocable de Saint-Étienne.

    Villa Sancti Dyonisii. — Saint-Denis de Ginestet, près de Lansargues. C’était un prieuré ayant deux églises, chose assez commune dans le diocèse de Maguelone, l’une dédiée à saint Denis, l’autre à saint Étienne (Cf. Grasset-Morel, Une villette de la baronnie de Lunel : Lansargues, dans Mém. de la Soc. archéol. de Montpellier, in-8°, t. III, pp. 106 et 107).

    Salviniacum. — Cette église, qu’il ne faut pas identifier avec Sauviac, commune de Claret, se trouvait sur le territoire de Pérols ; la paroisse s’étendait sur le territoire de Pérols et sur celui de Lattes.

    Pour de plus amples développements sur ces églises, Cf. J. Berthelé : Notes ajoutées à la fin de son édition de la Vieille Chronique de Maguelone.

    [Rouquette-Villemagne]

Informations

Acte

aposcripta admin (CIHAM (UMR 5648)), dans  APOSCRIPTA – Lettres des papes

APOSCRIPTA database – Lettres des papes, dir. J. Théry, CIHAM/UMR 5648, éd. électronique TELMA (IRHT), Orléans, 2017 [en ligne], acte n. 24095 (aposcripta-1247), http://telma-chartes.irht.cnrs.fr/aposcripta/notice/24095 (mise à jour : 12/02/2021).